SES
 
BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              LA DANSE

 

 

 

  

    UNE PETITE DANSEUSE.

  Sans doute est-ce au studio du professeur de danse Blanche d'Alessandri Valdine, 21 rue Henri Monnier, que Gen Paul fit remarquer à Céline la jeune Lucette Almanzor qui revenait d'une tournée en Amérique : " D'abord c'est Popol qui me l'a fait sortir de l'ombre - je ne la voyais pas - c'est un enchanteur, magicien Popol ", écrira Céline dans un de ses Cahiers de prison.
  Lucette dira : " Nous nous sommes rencontrés chez des amis communs après la publication de Mort à crédit. J'étais de retour d'une tournée aux Etats-Unis. Pendant un
an et demi, nous nous sommes revus de temps en temps. [...] Nous nous retrouvions chez la grande maîtresse Blanche d'Alessandri où Céline venait se documenter sur la danse. "
   La première mention de Lucette Almanzor dans la correspondance de Céline apparaît dans une lettre d'août 1936 adressée à Ramon Fernandez pour lui demander d'aider la jeune danseuse à réintégrer l'Opéra Comique.
 (Eric Mazet, Spécial Céline n°3, novembre-décembre-janvier 2012)            
                                                                                                                             

   " J'ai une petite grâce à demander à Monsieur Rouché. Puis-je avoir l'audace de solliciter votre favorable appui ? Il s'agit d'une petite danseuse qui veut réintégrer l'Opéra-Comique après une tournée en Amérique. Cette petite s'appelle Lucette Almanzor, 3 ans de conservatoire, 3 ans d'opéra-comique - danseuse 1re catégorie (24 ans) - et Syndiquée. Il s'agit d'un petit coup de pouce en somme qui la replace dans le personnel et dans l'emploi. Vous voyez que je m'intéresse bien aux arts. Par le petit côté aussi bien que par le grand.
  Mais comme je suis impertinent ! J'arrive chez vous sans coup férir ! Je vous demande à présent de protéger mes créatures ! La honte me recouvre ! Enfin je sollicite en même temps votre indulgence, toute votre indulgence !... Je voulais voir Ramon avant mon départ. L'aiguillage vers la NRF prend tournure. Je pousse, croyez-le. J'en ai soupé de ma galère. Elle n'est que trous ! (...) très affectueusement et amicalement / (...) la petite s'appelle Lucette Almanzor, 108 boulevard Berthier. "
 (Lettre à Jeanne Fernandez, août 1936, Lettres Pléiade, 2010).