BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

  

                                                    CÉLINE  ET  LES  AUTEURS   (S  à  Z)

 

 

 

 

* Maurice SACHS (né Maurice ETTINGHAUSEN, écrivain aux multiples attitudes 1906-1945): " Je crois que ce malheureux a surtout souffert que ni Gide ni Cocteau n'aient pu lui faire d'enfants ! Il ne s'en console pas sur 500 pages. Ce sont de tels abîmes psychologiques qui fascinent les véritables lettrés ! Or ça cet androgyne a certainement bien du talent - un talent imitatif, du légume cuit et froid : réticent, imprévisible, sinueux, huileux, lissé, capricieux comme une croupe en coït. Mais en cela, du Proust, du J.J. Rousseau, du Gide bien sûr, du Cocteau, de tout ce qu'il a désiré au sens sexuel du terme.

    Il fait un monde des engouements, repentirs, finesses de son derrière, comme une femme. Il ne sort pas de son derrière. Tout cela finit par ressembler à du Colette. Mais Colette a un petit côté mâle bien agréable - Mais tout de même ce SACHS n'est nullement négligeable. C'est un auteur pour " Ambassades ". Vous pouvez le recommander. Il écrit ce qu'on appelle bien - Français 1/2 Berlitz - 1/2 Anatole France. "
  (
A Thorvald Mikkelsen, 17 déc. 1948, Lettres Pléiade, 2009).
 

 

 

 

 

 

* Françoise SAGAN (de son vrai nom Françoise Quoirez, écrivaine, 1935-2004) : " Mlle SAGAN nous raconte les velléités de coucheries de petits jeunes gens
d'un monde incertain. Son intrigue n'a même pas le relief d'un beau fait divers, c'est une petite histoire comme il s'en passe sous les toits de Paris, mais même la concierge ne s'y intéresse pas. C'est un roman fait de la petite sueur de passion d'une Colette maigrichonne et qui n'a qu'un mérite: la clarté.

   La formule en est simple : 1/2 Guy, 1/4 Dekobra, 1/4 Proust, le tout saupoudré de vagues paillettes de philosophie, du genre: " La vie commence par un cri et ce ne sont plus ensuite que des suites de cris. " M. de La Bruyère avait beaucoup mieux dit cela, lorsqu'il écrivait : " L'homme ne se sent pas naître, il souffre pour mourir, et il attend de vivre... " Mais Mlle SAGAN ne peut pas perdre son temps à conduire des voitures et bien tenir un stylo. " (Réponse à une enquête de Arts: " Paris juge SAGAN ", cahiers Céline 2, Gallimard 1982).

* " C'est un grand écrivain, il me semble... ? Une force. Une voix en colère. Le Voyage ? Admirable. Mais quand même, je n'éprouve pour lui nulle passion, d'ailleurs, il ne pouvait plus guère " écrire ", il ne savait désormais que remâcher des rancœurs. Ce n'est ni un exemple, ni un maître. Céline, c'est un verre d'eau froide en pleine figure. Voilà. "
  (Nouveau Candide, 6 juillet 1961
).

 

 

 

 

 

 * Alexis SALATKO (auteur de plusieurs ouvrages, romans et biographies romancées) : " Durant son séjour à Draveil, le vieux Max va alors raconter à ce jeune qui pourrait être son fils disparu le Paris célinien, tout en se rechargeant régulièrement en carburant anisé. C'est donc entre Ginette et ses séances de spiritisme et les récits de Max que le jeune homme se met à dévorer Céline, en commençant par le Voyage au bout de la nuit. " Céline, homme raffiné, écrivait des choses qui ne l'étaient pas. Marcel Aymé était plus populo, mais quelle finesse d'esprit ! En vérité il n'y avait pas plus différents que ces deux -là. Ils formaient un duo à la Laurel et Hardy, et comme Stan et Olivier, ils sont quasi inséparables jusqu'au terminus du voyage. "   

 " - ne dit pas de sottises. Céline n'était pas le genre d'oiseau qu'on attrape en lui versant du sel sur la queue. Du sel ou du gasoil. Tu sais, avant les nazis, des gens de tous bords l'avaient approché, flatté, évalué, pour finir par le condamner. Hitler a fait interdire ses œuvres en Allemagne et Staline, dont le Voyage fut paraît-il le livre de chevet, s'en est très vite détourné. Il n'empêche qu'il détestait Hitler et qu'il n'était pas question de lui emboîter le pas de l'oie... Il a très vite revu son jugement sur les Boches dont il espérait tant. Il a pris ses distances dès qu'il s'est aperçu qu'il s'agissait d'un régime de voleurs et d'assassins. "
  (Céline's band, Spécial Céline n°3, nov.-déc. 2011-janv. 2012).

 

 

 

 

 

 * George SAND (pseudonyme d'Amantine, Aurore, Lucie DUPIN, romancière, écrivain 1804-1876) : " (...) George SAND, dans ses souvenirs, raconte qu'elle a vu des gens d'Ancien Régime... Vous avez lu ?... Elle raconte... Elle dit : j'ai vu la jeunesse dorée qui faisait horreur. Parce que elle, elle était jeune fille, et elle voyait ces gens d'Ancien Régime, y z'avaient des manières à eux qu'étaient tellement spéciales qu'elle les voyait comme des vieux tableaux, pleins de grimaces.. y n'pouvaient rien faire...

      Quand y s'offraient une chaise, c'était toute une frimace... (...) Y mettaient leur perruque dans leur gilet, puis enfin, ils faisaient tout un tas de trucs extravagants de procédure qui la remplissaient d'horreur, parce qu'elle allait au devant de la vie, n'est-ce-pas... "
  (Interview Jean Guenot, Jacques d'Arribehaude, 6 février 1960, Cahiers L'Herne, biblio, poche, 1963, 1965,1972). 

 

 

 

 

 

 * SAINT-LOUP (de son vrai nom marc AUGIER, romancier, journaliste 1908-1990) : " Fournir un témoignage sur le comportement intellectuel de Louis-Ferdinand Céline lorsque j'ai fait sa connaissance en 1940... Je venais de fonder l'hebdomadaire La Gerbe avec Alphonse de Châteaubriant ; Madame et André Castelot et M. Mulhausen. En vue de la rédaction du troisième numéro, en septembre je crois, M. de Châteaubriant, qui était à ce moment-là mon Maître et ami, me dit : - " Vous devriez aller demander à Céline un article pour la une du journal, traitant de la question juive en général et de la situation actuelle des Juifs en particulier. " Je me rendis chez Céline qui habitait alors la banlieue nord, dans une rue que je ne saurais situer aujourd'hui.

    Il me reçut avec bienveillance et sa familiarité des grands jours. En réponse à ma demande, il déclara (et je me souviens très exactement de ses paroles) : - " Mon p'tit gars... mon p'tit gars... j'ai craché sur les youpins quand ils pouvaient me répondre. Maintenant, ils sont vaincus, j'crache pas sur les vaincus. T'auras pas d'article ! "
  (témoignage du 7 mars 1980, pour la Revue célinienne de Marc Laudelout dans L'Année Céline 1995).

 

 

 

 

 

* Maurice-Yvan SICARD dit SAINT-PAULIEN (écrivain, journaliste, 1910-2000): " Les romans-pamphlets de Céline influencèrent considérablement ses adversaires. Aucun écrivain n'a été plus imité et plus jalousé que lui. On le volait et on le haïssait. Lorsque parurent le Voyage, Mort à crédit, Bagatelles pour un massacre, les littératures naturaliste, psychologique, surréaliste étaient à bout de souffle. L'argot des tranchées, ayant assuré le succès de romans bien oubliés, avait perdu tout piment. Céline compris qu'il lui fallait inventer un procédé neuf : il fit du Proust à l'envers. Il adopta un langage conventionnel, haletant, obstinément ordurier, à l'image de l'époque qu'il désirait peindre ; et nous vîmes bientôt surgir le flot écumant d'immenses égouts débondés sous la lune.


Le style de Céline était un manifeste : son génie lui eût permis de " faire " du Claudel ou du Giraudoux. A la fin, il fut victime du vertige des mots et des prophéties criées dans le désert. La plupart de ses livres constituent des témoignages révolutionnaires d'une force de pénétration que Balzac, Dostoïevski, Jules Vallès et Léon Bloy avaient rarement pu atteindre. "
  (B.C. n° 232, juin 2002). 

 

 

 

 

 

* George SANTAYANA (philosophe, poète, critique littéraire américain 1863-1952): " Grand Hôtel, Rome, / Le 2 mai 1941. / ... Pour la lecture, les ressources sont assez limitées... Je peux me procurer tous les classiques latins-italiens, et le Prof. Guzzi en particulier m'a envoyé deux bons ouvrages de lui, sur Giordano Bruno et sur Saint Augustin. Mais je suis dans l'ignorance de ce qui s'écrit en ce moment.

   Par exemple, je ne trouve pas le nouveau livre de Céline. Les Beaux Draps, non parce que c'est un livre antisémite mais parce qu'aucun livre n'est importé de France actuellement et je n'ai personne à Paris pour me l'envoyer personnellement... Céline m'enthousiasme, non par son antisémitisme, mais par sa langue rabelaisienne. Si vous pouviez m'envoyer Les Beaux Draps, ou tout livre qu'il a pu publier entre celui-ci et L'Ecole des Cadavres, je serais très heureux de l'avoir... "
  (Extrait d'une lettre envoyée à Daniel Cory, L'Herne n°5, 1965).

 

 

 

 

 

* Nathalie SARRAUTE: (née Tcherniack, écrivain, 1900-1999) " J'ai voulu renouveler le langage comme l'avait fait Céline avec Voyage au bout de la nuit. (Elle, Levallois-Perret, 16 décembre 1996).

* " Il y avait dans Voyage au bout de la nuit beaucoup de tendresse et d'humanité (...) Céline était alors antiraciste. "
  (Arts, 22 décembre 1965).

 

 

 

 

 

* Jean-Paul SARTRE (écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, 1905-1980) : " Un polichinelle à parchemins, tout exultant de se voir d'un seul coup, par le miracle de l'Epuration, si grand homme ! "

   * " SARTRE est un vilain petit merle. Il m'aurait fait des pompiers, avalé le foutre pour que je consente à aller me montrer à ses pièces sous la botte... Il me faisait relancer par Dullin, Denoël, etc. Encore une fois je n'avais pas le temps. Je crois la petite ordure qu'il m'a même dédié un de ses livres, autrefois... Ce petit Jacques n'est d'ailleurs pas doué, c'est un petit raté de tout, et il le restera. Kif Miller.

  Ces gens-là n'ont pas de songe. Ils se forcent, ils se branlent à blanc, et dans le vide. Ils prennent l'extravagance et le saugrenu pour du fantastique, la crudité pour du caractère - ce n'est pas si facile. Quant à l'existentialisme il l'a volé à un vieux philosophe nazi (une fois ceux-ci sans réplique) comme il est devenu philosémite après le départ des allemands. "
 (Lettres 2009, à Robert Massin le 28 nov.1947).

 

 

 

 

 

 

 

* SARTRE fait un hommage à Céline dans la dédicace de La Nausée. Que savez-vous de ce qui a ensuite séparé les deux hommes ?

Oui, dans la dédicace SARTRE cite une phrase de Céline qui figure dans L'Eglise : " C'était un garçon sans importance collective, tout juste un individu ". D'ailleurs, au début, SARTRE admirait beaucoup Céline ; je n'ai jamais rien compris à un revirement si complet de sa part. Céline en fut très touché... 

    * Et Marcel AYME ?

   - Ah, Marcel a été admirable ; il a été d'une patience et d'un dévouement extraordinaires... D'ailleurs, dans une petite étude qu'il a faite sur Céline (cf : Les cahiers de L'Herne), Marcel dit toute la vérité. Il a parlé du vrai Céline et tout a été dit.
  (Magazine Littéraire n°26, février 1969. Entretiens avec Lucette Destouches).

 

 

 

 

 

 

 * René SCHWOB (écrivain juif converti au christianisme, 1904-1995): " Si je vous écris enfin, après avoir laissé tant de jours passer sans vous faire connaître l'impression profonde que j'ai ressentie à vous lire, c'est que je tenais à savoir si cette impression durerait aussi vive qu'aux premiers jours. Elle dure si bien qu'il me semble impossible d'écrire à présent comme on écrivait avant votre livre. Cette mise à jour d'un univers si sombre, cette fabuleuse révélation de la nuit où se débattent et grouillent tous ceux qui sont aux prises avec la misère quotidienne, non seulement nous fait honte de ne pas nous occuper davantage de cette misère-là, mais nous transforme au point de nous dépayser de nous-mêmes et de nous donner le dégoût de tout confort, si mince qu'il soit. C'est pour cela que je tenais à vous remercier : vous êtes un des très rares qui nous interdisent la tranquillité.

  J'ajoute aussi qu'après avoir eu l'impression que vous haïssiez tous les êtres, je me suis aperçu que ce dont vouliez au contraire - tant est grand votre amour des êtres, c'est qu'il ne soit pas plus grand encore ; et qu'il reste impuissant à sauver ceux dont vous connaissez pourtant toutes les tares. Cette impossibilité d'être utile à qui que ce soit, telle est une des plus grandes leçons de votre livre, et qui pousse au délire notre dégoût de nous-mêmes. Il faut, je crois, que vous ayez beaucoup souffert pour être capable de nous convoquer, sans en parler, à un si grand amour. "
 (
Lettre ouverte à L.F. Céline, Esprit, 1er mars 1933, 70 critiques de Voyage... Imec Ed. 1993).

 

 

 

 

 

 

 * Eric SEEBOLD (enseignant, auteur de Essai de situation des pamphlets de LFC et Trébuchet pour un centenaire): " Céline a été un écrivain maudit juste assez longtemps. Maintenant on exhume petit à petit et on fait des ronds. Si un éditeur avait deux sous d'honnêteté, il rééditerait les quatre livres interdits de Céline (Mea culpa, Bagatelles pour un massacre, L'Ecole des cadavres, Les Beaux draps), et chacun pourrait se faire une idée exacte de Céline.

   Au lieu de ça, on laisse ces livres dans l'ombre et on fait baver le lecteur en en parlant dans des livres critiques. Remarquez, on comprend les éditeurs. Si Céline n'était pas encore un petit peu maudit, leurs bouquins critiques, ils pourraient se les foutre dans le cul. Alors, commerce oblige ; comme d'habitude. Puanteur et froissement de papier monnaie. "
  (Fiels, 1993).

 

 

 

 

 

 

 * Will SELF (romancier, auteur de nouvelles fantastiques et journaliste anglais) : " ... Céline que j'ai lu à un âge très formateur, est aussi une grande influence. L'humour noir du Voyage au bout de la nuit ou de Mort à crédit m'a autant marqué que celui de London fields. "
   (Les Inrockuptibles, avril 1996, BC n°165, juin 1996).

 

 

 

 

 

 

* Paul SÉRANT (nom de plume Paul Salleron, écrivain et journaliste, 1922-2002) : " Paul SÉRANT imagine que, dans l'entre-deux guerres, le monde de l'édition, au lieu d'être ce qu'il était alors, ait déjà été ce qu'il est devenu. " Et d'imaginer à la suite l'accueil qui eût été réservé à Voyage au bout de la nuit par un directeur embêté :

 

 Bien sûr, cher docteur Destouches, vous êtes de gauche (?), et c'est bien votre droit. Mais il manque quelque chose d'essentiel à votre bouquin, que je trouve formidable par ailleurs : il manque un message. On ne trouve pas, dans votre récit, la moindre lueur d'espérance. Or c'est de cela que le public de gauche a besoin plus que jamais. Tel qu'il est, votre livre va exaspérer les bourgeois, et décevoir profondément le public populaire. Le nihilisme, c'est passé de mode. Ne pourriez-vous pas reprendre certains passages et leur donner ce qui leur manque ? A mon avis, tel quel, c'est impubliable. "
  (Le Français, 13 avril 1995, dans BC n° 153).  

 

 

 

 

 

 

* William SHAKESPEARE (poète et dramaturge anglais, 1564-1616) : " Lui, est le modèle suprême... Quand vous avez à la fois le tragique et le rire, vous avez gagné (...) quand on passe de la clownerie au tragique avec vraiment de la vérité en même temps, c'est vraiment, oui, c'est plus complet, ça tient mieux, ça tient mieux le coup et le temps. "
 (Céline à Meudon, op. cit. p.32).

 

 

 

 

 

 

 

 * Georges SIMENON (écrivain, romancier belge francophone 1903-1989) : " SIMENON est, comme on sait, un des rares écrivains contemporains loués par Céline dans Bagatelles pour un massacre : - " J'ai quelques confrères admirables, je ne les cite pas tous, je ne veux pas leur faire du tort. Tenez SIMENON des " Pitard " on devrait en parler tous les jours ! "
  (BC n°232 juin 2002).

 

 

 

 

 

 

* Claude SIMON
(écrivain, prix Nobel de littérature en 1985) : " Céline ? Je le place très haut. Et je l'ai dit depuis longtemps. Il y a plus de vingt ans, la télévision sarroise est venue à Paris. Ils ne trouvaient personne pour parler de Céline. J'ai dit : " Mais oui... " Il n'y a que moi qui en ai parlé. Proust et Céline ce sont les deux grands écrivains français de la première moitié du XXe siècle. Je me souviens qu'on me disait de Céline que c'était un salaud. J'ai dit : " Un salaud ? En art, ça ne veut rien dire, salaud. "

Pourquoi est-ce si extraordinaire ? Parce que c'est très bien écrit. Parce qu'il y a une musique, parce qu'il y a une cadence. Voilà ! C'est tout. "  
 (Le monde des Livres, 19 septembre 1997).

 

 

 

 

 

 

 * Pierre-Henri SIMON (intellectuel engagé, romancier, critique littéraire 1903-1972) : " Il ne faudrait sans doute pas exagérer cette spiritualité de Céline, sur qui le charnel et l'érotique exercent un attrait fort. Mais enfin, j'approuve M. Hanrez d'avoir écrit : " A ne regarder en lui que le contempteur obscène et verveux, on risque de ne pas remarquer le secteur aristocratique de sa personnalité. " Il y a, en effet, chez Céline, un goût de la beauté, de la santé, de l'ordre même que le charriage de l'injure et de l'ordure, plus visible d'abord dans son style, ne doit pas éclipser : et peut-être cette violence et cette noirceur de l'imagination ne sont-elles que la protestation d'une pureté blessée et dégoûtée.

      " Ma fureur n'est que l'effervescence de ma pitié. " : ce n'est pas Céline qui l'a dit, mais Léon Bloy. La distance spirituelle est grande entre le crieur désespéré d'un Dieu en croix et l'athée qui hurle sous le ciel vide. Une parenté demeure, cependant, au plan de l'art comme à celui de l'âme, entre ces deux réfractaires éloquemment frénétiques. Bloy attendait " les Cosaques et le Saint-Esprit " ; Céline ne sait pas ce qu'il attend ; mais la flamme de son regard n'était point satanique ; elle ne brûlait pas pour le néant, ni pour la révolte de l'orgueil, ni pour le péché contre l'espérance. Ce qui est au bout de la nuit, même si les tempêtes en offusquent ou en retardent la clarté, doit encore s'appeler l'aurore. "
   (L'aurore est au bout de la nuit, L'Herne n°3, 1963).

 

 

 

 

 

 

 * Willy de SPENS (homme de lettres, 1911-1989) : " Olaf, le libraire danois de Mont-de-Marsan / Olaf admirait Hitler, vainqueur certain, pensait-il naguère, vaincu possible, pensait-il aujourd'hui. (...) Je revis, une dernière fois, Olaf, environ deux semaines plus tard. Beaucoup moins flambant, très énervé, il avait hâte de déguerpir. Il eut un mot désabusé : " Hitler, quel conne ! " Son grand homme il le voyait enfin jeté à bas de son piédestal. A la différence de tant de fanatiques, Olaf retira son estime à Hitler quand il le vit vaincu. Ce n'était pas lâcheté ou opportunisme, mais dégoût. Pour que l'armée allemande, qui avait fait figure d'invincible, en fût réduite à décamper, fallait-il qu'Hitler en commît des fautes ! Comme Napoléon, son frère en mégalomanie, il n'en rata aucune. Maintenant Olaf sentait la terre de France lui brûler sous les pieds, il n'aspirait qu'à filer dare-dare vers son pays natal et il pestait contre sa femme qui s'obstinait à tenir boutique : jamais les livres ne s'étaient mieux vendus, le chiffre d'affaire quotidien atteignait des sommes fabuleuses.

  Cela doit donner à rêver : en ces derniers jours de l'Occupation, les Montois vivaient de lecture. La raison conseillait à la libraire et de déguerpir et de remplir sa caisse. Quand je reviendrai la voir, peu de jours avant la Libération, le magasin sera fermé. Je passe dans la cour, sonne ou frappe à une porte de service, un individu rébarbatif se présente : le ménage et leurs enfants sont partis, me dit-il, très froid, la librairie a changé de propriétaire. J'apprendrai qu'Olaf et les siens ont réussi à quitter la France au dernier quart d'heure, après avoir vendu leur fonds.
  La femme d'Olaf deviendra à Copenhague, la " chère et géniale libraire " chez qui Céline se ravitaillait en bouquins.
  (La loi des vainqueurs, La Table ronde, 1986, BC n°325).

 

 

 

 

 

 

* Georges STEINER : ( Essayiste). " Il n'y a rien à faire. La grande littérature est souvent de droite. Et je continue de préférer Céline à Aragon. "
 (Le Monde, 24 septembre 1998).

 * " (...) S'il existe un enfer, je crois que dans l'enfer où doit se trouver aujourd'hui Céline, il y a pour lui un tout petit moment d'air conditionné. L'espèce de courage de son mal était transcendant et lui permettait tout. Vous connaissez cette page, tirée de D'un château l'autre où, à Sigmaringen, Pétain traverse le pont devant toute sa cour et, étant très sourd, n'entend pas l'approche d'un avion anglais qui va mitrailler.

  Tout le monde essaie de se cacher, mais personne n'ose vraiment, parce que lui, Pétain, maréchal de France, marche très raide : c'est, je le regrette, une page shakespearienne. "
   (Entretien au Monde de l'éducation, déc. 1999).

 

 

 

 

 

 

* STENDHAL (né Marie-Henri BEYLE, écrivain de la première moitié du XIXe siècle 1783-1842) : " Après tout, STENDHAL, c'est pas grand-chose, pour dire la vérité... On l'a monté maintenant en épingle jusqu'à la gauche... Vous savez, le type qui lit, comme STENDHAL, un chapitre du code civil avant de se mettre à écrire, eh bien, c'est pas la peine... Y transpose pas du tout, vous comprenez... Je crois qu'il ne transpose pas... Ah ! non, mon vieux, il est au niveau du bon journalisme, n'est-ce-pas, pas beaucoup plus...

   Non, je ne vois pas du tout ce qu'il y a là... Il y a là-dedans des pisse-froid qui, évidemment, se retrouvent dans STENDHAL, pourquoi pas ?... Mais c'est bien méticuleux, n'est-ce-pas, ça... C'est pas loin de Mérimée, mon vieux, tout ça... "
  (
Interview de Jean Guenot et Jacques Darribehaude, 6 fév. 1960).

 

 

 

 

 

 

* Daniel STILINOVIC
(écrivain, substitut de procureur) : " Il est l'un des auteurs qui m'a le plus profondément marqué. Et Proust aussi : pour moi, ce sont les deux plus grands écrivains français. Et c'est curieux parce que humainement, ils sont l'un et l'autre infréquentables ; Céline était égocentrique, caractériel, et je ne parle pas de son antisémitisme de pacotille, qui je crois est beaucoup plus littéraire que réel mais n'empêche : écrire toutes les conneries qu'il a écrites sur les juifs pendant la guerre il fallait vraiment être irresponsable ! Quant à Proust, cette petite chochotte qui se faisait enfiler par ses copines, cet enfant gâté... il ne devait pas être très fréquentable non plus. Moi, j'essaie de rester fréquentable... c'est se donner beaucoup d'importance que de chercher à jouer les divas !

  (...) La guerre de 14, dans Voyage au bout de la nuit, ne tient qu'en quelques pages mais je crois qu'après avoir lu ce roman, on ne peut pas penser à cette guerre sans avoir à l'esprit Bardamu et Robinson... Mais parfaitement ! Ce que Céline a écrit sur la guerre de 14 compte parmi les plus belles pages romanesques consacrées à cette période ! (...) J'essaye d'écrire comme on parle. En sachant bien que l'écrit, ce n'est jamais de l'imitation : pour donner l'illusion du langage parlé il faut fournir un putain de travail d'écriture, et ça relève vraiment de la littérature ! Si vous transcrivez simplement l'oral, à l'arrivée vous avez un truc plat, minable. Par exemple, il n'y a pas plus travaillé que la langue de Céline, alors qu'on a l'impression que c'est de la langue parlée. Mais chaque mot, chaque virgule sont pesés ; c'est un travailleur acharné. Moi c'est pareil... "
  (On sera rentrés pour les vendanges, Ed. P.G. de Roux, 2012, Extrait, Le Petit Célinien, 22 déc. 2012).

 

 

 

 

 

* Régis TETTAMANZI
(maître de conférences en littérature française du XXe siècle) : " Le malentendu n'est sans doute nulle part aussi permanent, sur ce point, qu'en ce qui concerne les titres des deux premiers pamphlets. Pour la plupart des lecteurs de l'époque, comme pour ceux d'aujourd'hui, Bagatelles pour un massacre est un appel au pogrom, à tuer les juifs ; quant aux cadavres de L'Ecole, ils ne peuvent être que ceux des juifs. Or, une lecture, même cursive, de ces textes, montre à l'évidence qu'il ne s'agit pas de cela : le massacre en question est celui des Français dans la guerre à venir ; conflit en vue duquel ces mêmes Français, futurs cadavres, sont endoctrinés, formatés, éduqués - bien entendu par les juifs, les francs-maçons, les politiciens, etc.

  Et de fait, la lecture à contresens de ces titres ne doit pas être interprétée de la même façon à l'époque et aujourd'hui. En 1937-38, on répond à Céline sur le mode pamphlétaire, en le prenant au pied de la lettre, avec les déformations qu'autorise, précisément, une parole polémique " à chaud ". De nos jours, il s'agit de tout autre chose, en l'occurrence d'une lecture rétroactive de ces titres, puisque nous savons, nous, qu'il y a bien eu massacre des juifs entre 1940 et 1945. Mais ce savoir ne doit pas conduire à une interprétation faussée des titres dont nous parlons ici, et dont la visée est bel et bien pacifiste, à ce moment précis. "
   (Esthétique de l'outrance, Idéologie et stylistique dans les pamphlets de L.F. Céline, vol.1, Du Lérot éd.)

 

 

 

 

 

* André THERIVE
(écrivain, romancier, journaliste 1891-1967): " Le livre de M. Louis-Ferdinand Céline couvre également six cents pages ; tant de grossièretés et d'obscénités le déparent qu'on ne peut en parler qu'avec précaution. Imaginez une espèce d'autobiographie frénétique et truculente, qui tour à tour évoque M. Blaise Cendrars, M. Aragon ou Laurent Tailhade. Le talent de l'auteur est incontestable ; son imitation de la langue parlée brille par un naturel et une fécondité rares. Les premiers chapitres, quoique d'une violence si continue que les effets s'y perdent, ont de la tenue.

  Le ton dégénère ensuite, et la littérature envahit peu à peu le style. Le héros, d'abord à la guerre, puis étudiant puis colonial, enfin médecin de banlieue, semble voir l'existence à travers d'étranges lunettes. Il est doué pour la satire. Mais il trouve moyen d'être bien fastidieux à force de verve, et bien gris à force de couleur... "
  (Le Temps, 24 nov.1932, 70 critiques de Voyage... Imec Ed.1993).

 

 

 

 

 

* Albert THIBAUDET
(critique littéraire très apprécié de l'entre-deux-guerres, 1874-1936) : " Maître, / Je ne lis jamais d'articles parce que tout aimables ou cinglants qu'ils puissent être ils ne traitent pour ainsi dire jamais du livre en lui-même mais de cent petits potins qui font plaisir, soulagent, signalent, situent, dégagent, affirment leur auteur et celui-ci seulement. Tous ces censeurs ont une peur bavarde de se risquer à la critique de la chose en soi. Il est tellement plus facile de garder ses distances...

  Il en va tout autrement avec votre article de La Dépêche de Toulouse. Il ne me semble pas que vous alliez encore au fond des choses mais déjà vous me faites le grand honneur de vous intéresser à autre chose qu'à ma valeur morale, à la couleur de mon patriotisme et à l'insuffisance de mes sentiments filiaux. Une écœurante niaiserie, une mièvrerie prétentieuse et passionnée tient lieu de toute recherche. / Depuis Balzac, les critiques ne semblent plus rien vouloir apprendre sur l'Homme. L'échelle est tirée. L'énorme école freudienne est passée inaperçue. Toute la haine raciale n'est qu'un truc à élections. Le tourment esthétique n'est même pas murmurable. C'est une délivrance, Monsieur, de vous avoir trouvé sur un chemin que les esprits semblent déserter avec frénésie, celui de la pensée libre. / Bien reconnaissant / L.-F. Céline. "
  (Fin janvier-début février 1933, Lettres Pléiade 2010).

 

 

 

 

 

* Gustave THIBON
(philosophe occidental, époque Moderne, 1903-2001) : " L'écrivain que je considère comme le plus grand prosateur du siècle, c'est Céline. Avec quelques réserves évidemment, en particulier sur ses dernières œuvres, où il semble s'être un peu imité lui-même. Mais le Voyage, Mort à crédit, et cet étonnant pamphlet écrit à son retour d'U.R.S.S., Mea culpa, comptent nombre de pages prodigieuses. Là aussi, la psychologie - quoique le mot soit impropre, et qu'il y ait chez Céline davantage de vision que d'analyse - confine sans cesse à la métaphysique.

  C'est ce qui éclate d'un bout à l'autre du Voyage au bout de la nuit, qui est un pur chef -d'œuvre. Simone Weil en avait inscrit une phrase en tête d'un de ses cahiers : " La vérité, c'est une agonie qui n'en finit pas. la vérité est du côté de la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir... Je n'ai jamais pu me tuer, moi... " Encore une fois, et quelles que soient ses outrances, ses extravagances, Céline me paraît être définitivement le grand prosateur français du siècle. "
  (Philippe Barthelet, La Place Royale, 1994).

 

 

 

 

 

* Henri THOMAS
(écrivain, romancier, traducteur 1912-1993): Et cramponné à l'existence, avec cela, incapable de s'en aller avec le minimum de discrétion. Il revient à Paris, il écrit, on le publie encore ! Il écrit D'un château l'autre. Quel livre embarrassant pour nos grands Progressistes ! Où irions-nous, s'il fallait reconnaître que, par ce livre, Céline donne à notre littérature la grande œuvre qui aurait dû, si le sens de l'Histoire et l'esprit de création avaient, comme il se doit, partie liée dans les lettres, surgir du bon côté, d'où nous sont venus les Notre-Dame des Fleurs et le Bloc -Notes ? Encore, si D'un château l'autre était l'œuvre d'un suppôt des plus meurtrières erreurs en tant qu'il est cet homme-là, ce serait assez simple, il y aurait même là quelque chose comme une recette connue : la conscience dans le mal comme ressort du talent, mettant celui-ci à la portée de tous les délinquants.

   Il se peut bien que Céline ait regretté comme un chacun ce qu'il trouvait de raté dans sa vie, qu'il ait souvent même été aveuglé de colère et de souffrance, qu'il vouait à des ennemis imaginaires. Mais ce sont là des considérations que la lecture D'un château l'autre balaie. Ce qui surgit, c'est le témoin, pris dans sa vision, laquelle est trop grande, trop pleine, trop active, pour ne pas apporter à la fois joie et supplice à qui la crée. Plus de Bardamu, plus de " héros " distinct de Céline et dans quelque mesure l'abritant. Le génie de Céline brise la barrière qui sépare la fiction de la réalité, le personnel de l'impersonnel. Il en résulte qu'il n'a jamais été aussi présent que dans cette œuvre impitoyablement objective. "
 (A propos D'un château l'autre, Cahier de L'Herne, Poche, Biblio, Essais, 1963-1965-1972).

 

 

 

 

 

* Michel TOURNIER
: (membre de l'Académie Goncourt). " Il faut savoir distinguer entre les livres que l'on aime et les chefs- d'œuvres indiscutables... que l'on peut ne pas aimer. Le malheur veut que les deux romanciers français que je reconnais comme les plus importants du XXe siècle ne sont pas du tout ma tasse de thé, je veux dire Marcel Proust et Louis-Ferdinand Céline. C'est qu'il y a deux sortes d'œuvres, les œuvres de dérision et les œuvres de célébration. Les premières grimacent et ricanent, et ça peut donner d'immenses réussites comme les Mémoires de Saint-Simon.

  Les secondes chantent la beauté, la grandeur, le fantastique, et ça donne Racine, Victor Hugo ou Paul Valéry. Or c'est cela que j'aime et que je cherche à faire. Quant à Proust et Céline, leurs romans sont géniaux bien sûr, mais ce ne sont que des théâtres de fantôches tous plus grotesques et répugnants les uns que les autres. "
  (Le Journal du dimanche, 30 juillet 1995).

 

 

 

 

 

* René TRINTZIUS
(écrivain, guérisseur, romancier, auteur dramatique 1898-1953) : " Quand on a des choses si importantes à révéler, " la langue de Voltaire " ne suffit plus. Le Dr Céline cherche la langue du Dr Céline ou plutôt non, il ne la cherche pas. Du fond du peuple un torrent boueux monte à son secours. Tous les mots plus vrais que la vie laissés pour compte par les stylistes - qui n'ont jamais su ce qu'était le style - et qu'on avait respectueusement enterrés, toutes les tournures où le peuple a jeté sa joie ou son agonie, le tout mêlé de grammaire et de correction et de lettres quand il le faut, car en définitive, pourquoi ces grandes dames ne rendraient-elles pas quelques humbles services ?

  Je me demande quel châtiment attend le Dr Céline pour avoir accompli tous ces crimes. Il n'est pas de Joachim du Bellay pour le mener voir le pape Clément VII. On ne lui accordera aucune absolution. La démocratie bourgeoise a supprimé les libertés d'exception dont jouissaient la pensée et les actes de la pensée. A moins que quelque prébende n'essaie de le faire taire, mais le Voyage au bout de la nuit est un livre qui ne se taira plus.
 (L'homme malade de civilisation, les critiques de notre temps et Céline, Garnier, 1976)

 

 

 

 

 

* Elsa TRIOLET
, de son vrai nom Elsa Kagan (écrivaine, compagne de Louis Aragon, 1896-1970) : " Madame, / Je me permets de vous écrire parce que je ne reçois aucune réponse, de nulle part, à une question que j'ai posée à Paris et à Moscou : ce qu'a pu devenir votre traduction en russe du Voyage au bout de la nuit. Je ne voudrais pas vous importuner, mais vous excuserez peut-être cette petite curiosité d'auteur, enfoui sous tellement d'évènements et trente années, ou presque, de silence. / Veuillez croire Madame à mes sentiments très respectueux. / L.-F. Céline. "
   (Lettres à Elsa Triolet, 29 sept. 1960, La Pléiade 2010).


*
" Daredare je saute sur une feuille... une lettre à Mme TRIOLET !... bien courtoisement j'ose... je lui demande si des fois depuis 34 elle n'a pas entendu parler de sa traduction ? et j'attends... quinze jours... deux mois... un an... rien !... Mme Elsa boude... "
  (Rigodon, p. 840).

 * " Le 26 mars 1933, Elsa TRIOLET écrit à sa sœur Lili Brik au sujet de sa traduction en cours de Voyage au bout de la nuit : " Sur 630 pages, j'en ai traduit 175. C'est bien peu. Je traduis en condensant au passage. Le roman est remarquable. " Céline dira : " Ils m'expliquèrent qu'ils coupaient beaucoup de passages et en arrangeaient beaucoup d'autres, pour adapter l'ouvrage à la mentalité du lecteur soviétique. Je ne pouvais exercer aucun contrôle. "
 Elsa TRIOLET avouera tardivement : " On me rédigeait mon texte, comme c'est l'habitude en Union Soviétique. On coupait dedans sans consulter ni l'auteur ni le traducteur. Cela rendait le travail détestable, affolant, impossible. "
 (Nouvel Observateur, juin 1970, n° 293).

 

 

 

 

 

 

* Gonzague TRUC (critique littéraire, essayiste, biographe 1877-1977): Je ne me donne pas le ridicule de vouloir découvrir en M. Céline un père de l'Eglise. Je m'étonne cependant à voir jusqu'où il conduit et mes délicatesses, mes refus, mes révoltes sont bien près de se taire devant l'approbation, l'admiration, le respect où il me force à consentir. (...) Il a fait entendre contre l'effarante et abominable imbécilité où s'abîme le monde le cri nécessaire et averti du suprême danger qui menace toute civilisation. Il n'a pas craint pour cela  de se dresser contre des forces qui ne pardonnent point, et s'il a connu un succès de scandale, il peut voir que c'est par le scandale aussi qu'on tente d'organiser son insuccès.

  Il faut donc saluer son courage. Il faut davantage et savoir trouver en des livres forcenés la sagesse et la beauté qui s'y cachent, et dans ce même délire, presque sacré, des vues divinatoires où n'atteint pas le bon sens ; il faut sentir à travers ces immondices fumants, le souffle salubre des mers. Car à côté d'un Gide, par exemple, si net, si clair, si lucide, si impurement pur, un Céline, avec son tumulte, ses vociférations et ses monstres, quel torrent de santé !...
(L'art et la passion de M. Ferdinand Céline, Les critiques de notre temps et Céline, Garnier, 1976)

 

 

 

 

 

 

* Tristan TZARA
(de son vrai nom Samuel Rosenstock dit Tristan TZARA, écrivain, poète et fondateur du mouvement surréaliste Dada, 1896-1963) : " Quand j'ai lu le Voyage au bout de la nuit, j'ai été fasciné par ce personnage qui inventait un langage. Je l'ai rencontré chez Denoël : c'était un homme déchaîné. " 
 (Anonyme, Que dites-vous de Céline ? Tristan Tzara, Le Nouveau Candide, 6-13 juillet 1961).

 

 

 

 

 

 

 

* John UPDIKE (romancier, poète, essayiste américain, 1932-2009): " Longtemps avant Vol au dessus d'un nid de coucou, il a vu dans les malades mentaux une sorte de société supérieure. Avant Wiliam Burroughs, il a pressenti derrière l'équipement électronique de l'époque moderne un ennemi. (...) Avant Kerouac et les Beatniks, il a perçu qu'un bon monologue suffisamment étendu suffit à faire un roman.

 (...) Un narrateur à la première personne est un survivant, ou bien il ne serait pas là à écrire. Ce petit fait technique change le sens de la mort que Céline évoque ostensiblement et nuance de frivolité le genre du roman autobiographique dont il est le saint patron. "
 (New Yorker, 13 septembre 1976, dans Spécial Céline n°8, E. Mazet).

 

 

 

 

 

 

* VACHER de LAPOUGE (le comte Georges
VACHER de LAPOUGE, anthropologue, magistrat, théoricien de l'eugénisme 1854-1936) : " Question biographie si j'étais obligé de m'y mettre je choisirais VACHER de LAPOUGE ce me serait l'occasion de me renseigner moi-même et d'un ! mystérieux homme ! pourtant il semble procureur général à Poitiers vers 1880... bien en évidence donc ! ses livres sont à la Bibliothèque Nationale mais lui-même ne figure dans aucun dictionnaire ! "
 (A Roger Nimier, 9 mai 1959, Lettres Pléiade,2009).

 

 

 

 

 

* Roger VAILLANT
(écrivain, essayiste, grand reporter et scénariste, 1907-1965) : " Les succès littéraires d'un VAILLANT, en cette époque de médiocrité, d'intrigues et de bluff doivent nous laisser indifférents. Ils ne peuvent servir tout au plus qu'à marquer dans le temps notre décadence littéraire. Vous restez un des derniers " grands " écrivains et l'un des derniers individualistes en même temps qu'un homme propre et courageux auquel je suis heureux de rendre hommage. "
 (Lettre envoyée par Chamfleury Robert à Céline reproduite dans Le Petit Crapouillot de juin 1958).

* Roger VAILLANT, dans Drôle de jeu, avait inventé , romancé des faits de " résistance " qui se seraient déroulés dans l'appartement de Chamfleury... qu'un seul étage séparait de celui de Céline au 5 de la rue Girardon. " Tout le reste est à l'avenant : imagination, délire, bouffonnades, sous l'aspect de vraisemblance qu'il croit donner par le luxe et la précision des détails. Le fond de cette histoire fanfaronne est tout simple : Céline a du talent, VAILLANT en est jalousement ulcéré jusqu'à rêver d'estourbir ce prestigieux rival, autant que " traître dangereux " . N'ayant point lui-même le triste courage de l'assassiner, il lui reste celui de l'accuser d'avoir dénoncé les résistants du 5 de la rue Girardon... "
  (Robert Chamfleury, L'Herne, p.55, 1968).

 

 

 

 

 

* Pol VANDROMME
(critique, journaliste, écrivain, essayiste, biographe, 1927-2009) : Interrogé inévitablement lors d'un interview par son interlocutrice qui lui demandait s'il s'était intéressé à ces écrivains (Brasillach, Rebatet et Drieu La Rochelle), par affinité ou pour leur rendre la juste place qu'on leur refusait au nom de leur comportement durant la guerre Pol VANDROMME fut sans ambages : " Parce qu'ils étaient des écrivains de grand talent, et même de génie dans le cas de Céline. S'ils n'avaient été que des collaborateurs, ils ne m'auraient intéressé d'aucune manière. C'est leur talent qui suscitait ma curiosité, à une époque où la critique littéraire assujettie à l'esprit de vindicte, organisait, aux dépens de la littérature, la conspiration du silence.

   Le confort intellectuel du temps me paraissait indigne d'un esprit libre. Céline est un écrivain majeur du XXe siècle et Les deux étendards de Rebatet, un des plus superbes romans de ce temps. Point à la ligne. Ce que Céline et Rebatet ont pu faire ne relève pas du regard d'un critique littéraire mais de celui d'un censeur civique... "
  (Francine Ghysen Le Carnet et les Instants n°150 février-mars 2008).

 

 

 

 

 

 

* Jean VAUTRIN
(de son vrai nom Jean Herman, écrivain, réalisateur de cinéma, scénariste et dialoguiste) : " J'ai voulu sortir de la petitesse de la littérature actuelle, la langue est devenue trop policée. Céline disait que le grand oublié de la langue française était Rabelais. J'ai trouvé qu'il était important de réintroduire la tradition orale pour pallier le manque d'aventurisme. "
 (La République du Centre, 26 septembre 1989).

 

 

 

 

 

 

* Dominique VENNER
(historien, écrivain, directeur de revue, 1935-2013) : " Cinq plumes noires dont celle de Céline, - l'idéaliste blessé - rongé par une lucidité effroyable, celle-là même qui lui fera pousser ces hurlements de rage que sont les pamphlets.

 Il faudra bien un jour les rééditer et les lire pour ce qu'ils sont réellement : une révolte totale contre la disparition biologique des Français, un refus du déclin et l'appel lancé aux forces vitales : " Je veux des chants et des danses... Je me sauve de raison... Qu'ai-je à faire d'intelligence, de pertinence ? de dessein ? n'en ai point ! "
  (Histoire de la Collaboration, Pygmalion, Paris 2000).

 

 

 

 

 

* Paul VIALAR
(1898-1996, écrivain et romancier, prix Fémina en 1939) :  " Ce qui m'intéresse par dessus tout, c'est d'écrire, de dire ce que j'ai à dire, avec passion ; je ne pourrais pas le faire autrement. J'ai mis des années à rédiger Voyage au bout de la nuit. Il me faudra peut-être cinq ans pour écrire le livre que j'ai commencé. Je veux qu'il soit comme une cathédrale gothique. On y verra des bons et des méchants, des assassins et des maçons, pêle-mêle tout d'abord, et puis tout s'ordonnera, si j'en ai la force, comme dans une cathédrale. Il faut longtemps pour penser un livre et pour l'écrire. Tenez, Voyage au bout de la nuit a d'abord été une pièce de théâtre. Ça s'appelait L'Eglise. Jouvet et Dullin l'ont eu entre les mains. Ça ne devait pas être jouable.

 Le roman ? Eh bien, voilà, il y a eu cinquante mille pages, dans lesquelles j'ai rogné et taillé ; il a été dactylographié douze fois. Mon style ? Lorsque je l'abaisse à la familiarité et à la grossièreté, c'est parce que je le veux ainsi. "
  (Les Annales politiques et littéraires n°2421, 9 décembre 1932).

 

 

 

 

 

 

* Alexandre VIALATTE
(romancier, chroniqueur, traducteur de Kafka, 1901-1971): " Céline est un monstre sacré. Il a bâti des cathédrales de vomissure qui se mirent dans des lacs de purin. Il n'en reste pas moins que ce sont des cathédrales dans l'hallucination par un personnage titanesque, oraculaire, et prophétique, clownesque et même parfois féerique. (...) Je crois qu'il avait écrit des choses antisémites. Mais contre qui n'avait-il pas écrit ? Tonitrué ? Craché ? Vomi ? A commencer par les Français.  (...) Il avait prédit le cataclysme. Oraculaire et prophétique. C'était Cassandre : c'est pourquoi il a tant d'ennemis.

 (...) Un incendiaire, inventeur d'une musique, un " éclopé au cœur déçu ", une " clameur de vitalité " qui sort d'une œuvre où se bousculent tous les démons du désespoir. "
  (Dernière chronique pour La Montagne, dans Spécial Céline n°8, E. Mazet).
 

 

 

 

 

 

* Boris VIAN (écrivain, poète, chanteur et trompettiste de jazz, 1920-1959) : " Boris VIAN lisait volontiers Céline et à haute voix, plusieurs l'attestent dont le témoignage est irrécusable, et qu'il était un lecteur enthousiaste de Céline dès 1940. Il proclamait souvent : " C'est comme ça qu'on doit écrire ". Et cependant Boris VIAN n'a pas écrit " comme ça ". Il va jusqu'à se défendre de subir l'influence de Céline, mais il ne nie pas, ou du moins il s'avoue à lui-même dans cette note intime du 11 novembre 1951, que les méthodes céliniennes d'écriture l'aident ; qu'elles sont - si l'on veut - sous-jacentes à son expression propre.

 " ... Je ne précise pas le passé ni le présent, c'est tout mêlé comme un métro, c'est vraiment de la littérature infecte. Dans le genre, Céline a fait mieux. C'est drôle je ne me sens pas influencé par Céline. Je sais pourquoi. J'ai lu l'autre jour chez Dody un petit bouquin, une plaquette d'un nommé Yves Gandon, intitulé " de l'écriture artiste au style canaille ". Idiot, le truc. Style canaille ? J'ai rien d'une canaille. Et je parle comme ça absolument naturellement. Il ne peut pas appeler ça le style parlé, Gandon ? Ça lui ferait mal ? (...) C'est pas vulgaire parce que c'est écrit comme ça. C'est les gens qui sont vulgaires. C'est pas le style. Tu parles, d'ailleurs les gens vraiment vulgaires, ils écrivent pas comme ça. Ils soignent vachement la fioriture. Ils écrivent avec des ampoules au cul. "
  (Noël Arnaud, Boris Vian, le style et Céline, Bizarre, n° 39/40, février 1966, dans BC n° 337, janv. 2012).

 

 

 

 

 

 

 

* Jean VIGNAUX
(né Albessart, écrivain, critique, 1924-2011): " Pour une certaine gauche, Céline demeure le " salaud " dont il faudrait brûler les livres. Par soucis de salubrité publique. " Sans qu'il y ait contradiction avec le désir de liberté auquel j'aspire dans ma profession, déclarait récemment l'éditeur Eric Losfeld, je voudrais qu'on refuse la survie aux salauds du type Céline, admis à l'immortalité littéraire, en vertu d'une œuvre paraît-il géniale. " (...) Ramassant ses arguments n'importe où, utilisant n'importe comment des statistiques douteuses, ressuscitant les arguments qui avaient traîné dans les pires feuilles racistes au moment de l'affaire Dreyfus, Céline s'enfonça avec délectation dans la polémique la plus venimeuse. (...) " Aucune différence, je le déclare, entre la paix juive et la paix allemande... Et je préfère la paix allemande n'importe quand. L'occupation Blum, en fin de compte, plus hypocrite, plus larvaire, est plus dégradante, certainement que l'aurait été pour nous l'occupation Falkeinhayn. "

 Oui, il fut un antisémite virulent. Comme il fut antimarxiste, antiroyaliste, anti-armée, anti-Gide, anti-Duhamel, anti-Mallarmé, anti-Bergson, anti-Colette, impitoyable. Je sais que ses pamphlets ont alimenté le racisme des futurs petits gauleiters locaux. Je sais que son talent a servi de caution à tous les plumitifs de la collaboration.
    Mais il reste le prodigieux spectacle d'un homme seul, le dernier individualiste peut-être de notre temps, anachronique, hargneux, toujours misanthrope parce qu'il craignait de trop aimer, aigri, malade et vivant sa pensée, ne vivant que pour elle, par elle. Un homme qui ne se trahit pas, c'est rare. "
  (Pourquoi pas, 6 mars 1969, Spécial Céline n°8, E. Mazet).

 

 

 

 

 

 

 

* VILLON
: - Céline : " Il est capable... C'est notre Shakespeare, s'pas... (...) Ce qu'est dégoûtant, c'est les gens qui s'attachent à VILLON Alors, n'est-ce pas, ils languissent dans les périodes... Oh ! y sont dégueulasses, alors... Y vous dégoûteraient de VILLON pour toujours, les récitateurs de VILLON n'est-ce pas... Oh ! lala... C'est une catastrophe... / - (Nous lui demandons s'il tient VILLON pour un poète au rythme vif.)

  - Céline : " Ben, y a mieux que ça ... Y a de la trouvaille, chez lui. Y a de la trouvaille profonde, un mystère, comme le mystère Chopin, n'est-ce pas... Mais alors, lui, pas du tout dans le genre Chopin... Y a un mystère... Y a un côté mystérieux, enfin... Y ramène tout d'un coup, n'est-ce pas, des mélancolies qui viennent de loin... Qui sont bien au-dessus, au fond, de la nature humaine, qui n'a pas cette qualité-là, n'est-ce pas... Et, il les fait venir en surface... C'est un... un médium, d'une certaine façon... Il est médium... (Très animé.) Oh ! mais, gardez-moi des récitateurs, alors... Oh ! nom de Dieu, n'est-ce pas... (Singeant.) Oh ! vi, c'est bô, alors... (Normal, c'est-à-dire furieux et résigné.) Ça devient une réflexion... On attend les choses à venir, et pis c'est tout, quoi... Les admirateurs ne sont pas discrets, vous savez... C'est ça qu'est embêtant... Y sont emmerdants... Y sont pas discrets... Y sont grossiers... Alors... Alors... Y sont faisandés... Y sont pourris, n'est-ce pas... "
 (Interview du 6 février 1960, Jean Guenot et Jacques Darribehaude).

 

 

 

 

 

 

* Louise de VILMORIN
(écrivain, amie de Saint-Exupéry et de Malraux) : " (...) C'est Louise de VILMORIN qui dit en 1969 à François Truffaut : " Céline c'est grand, c'est courageux, c'est audacieux, c'est compromettant. " 

Il est aussi compromettant de le dire : si on aime Céline, on aime tout Céline. "
  (Stéphane Denis, Le Figaro Magazine, 23 oct.2004).

 

 

 

 

 

 

 

*
Frédéric VITOUX (écrivain, biographe et académicien en 2001) : " ... Louis arrivait seul à l'étranger avec un traitement mensuel de 1000 francs suisses pour débuter et un titre ronflant de " médecin de la Section d'hygiène Classe B ". Il se retrouve face à la S.D.N. face au Pouvoir, face à la Vie Internationale, face à toutes les majuscules possibles. Son ambition peu contestable, sa volonté, ses espoirs, son goût de l'inconnu allaient sans nul doute y trouver leur compte. Mieux, Ludwik Rajchman, son patron, ne lui avait-il promis pour bientôt des missions à l'étranger, vers l'Amérique, ce vieux rêve lointain ? Oui, la Suisse était belle en cet été 24 (...)

... où il faut imaginer un médecin français de trente et un ans, saccadé, bruyant, acharné à lire de nouveaux livres, à poursuivre de nouvelles et inutiles conquêtes féminines, à brocarder les fonctionnaires trop abstraits de la trop gigantesque Société des Nations et, qui voulait laisser sa marque, creuser un profond et douloureux sillage sur l'époque qu'il avait encore à traverser. "

 

*
L'anecdote est inédite. Je la dois à l'un des participants de ce déjeuner, qui par la suite fit une brillante carrière dans l'édition française. Autour de Drieu la Rochelle et de sa compagne du moment étaient réunis ce jour-là à table, en décembre 1943, sous l'Occupation, quelques amis et relations, dont Céline (qui s'était laissé pousser alors une petite barbiche, en raison d'une blessure au menton qui l'empêchait de se raser) et Otto Abetz, l' " ambassadeur " de l'Allemagne hitlérienne à Paris (impeccablement vêtu d'un costume de tweed et d'une cravate club). De tout le repas, Céline n'ouvrit pas la bouche. Voyeur et auditeur bougon, dans son coin. Comme d'habitude. Au dessert cependant, pointant son doigt sur Abetz et sa belle tenue, il dit avec un drôle de sourire : " Ah ! Ah ! Abetz ! Prudent ! Prévoyant ! British, british ! " Un ange passa sur l'assemblée. Sans s'émouvoir, Céline reprit, se désignant cette fois et caressant sa provisoire barbichette : " Mais moi, Abetz, plus prévoyant encore ! Moujik, moujik ! "
  (Le Nouvel Observateur, 21-27 mai 1994, BC n°142, juillet 1994)

 

 

 

 

 

 

* VOLTAIRE (François-Marie Arouet, écrivain et philosophe, 1694-1778) : " Ce qui les rapproche intimement, ce ne sont pas tant leurs épreuves communes : VOLTAIRE embastillé, Céline emprisonné, tous les deux exilés, que la manière dont ils les ont surmontées. - " on ne peut guère lire l'histoire sans concevoir de l'horreur pour le genre humain. " - C'est l'historien VOLTAIRE qui parle ; mais les hommes de son époque - il en témoigne assez - sont tout aussi abominables.

   Et le chroniqueur Céline, aux prises avec ses contemporains, pourra dire la même chose. N'empêche que, pessimistes en général, ils restent optimistes en particulier. Il y aura toujours un individu, sinon pour sauver le monde, du moins pour s'en sortir. Et c'est Candide, ou l'Ingénu, ou Bardamu, ou Ferdinand... "
 (Marc Hanrez, L'Infini, printemps 1989).

 

 

 

 

 

 

* Kenneth WHITE
(poète et penseur Ecossais): " Si je me sens des affinités avec Céline, seraient-elles, comme le diraient certains, " celtiques " ? Il serait possible de dresser une petite liste de traits de caractère et de tendances qui pourraient se ranger dans cette catégorie. D'abord, une volonté, ou plutôt non, rien d'aussi conscient qu'une volonté, plutôt un instinct qui le porte à ne pas s'intégrer, à rester en dehors.

  Ensuite, c'est un mouvement rapide à travers l'espace, celui des Celto-Scythes sur les steppes de l'Asie centrale, et qui se traduit chez Céline par des déambulations obsessives à Paris, le voyage au Cameroun, la traversée de l'Amérique. Et puis il y a le style, le langage, la musique. A travers toute la littérature celtique, on trouve cette recherche, cette écoute d'une musique lointaine. Elle est présente dans la plus ancienne littérature gaélique, elle est là dans la prose de Stevenson. "
  (Les affinités extrêmes, Albin Michel, 2009).

 

 

 

 

 

 

* Michel WINOCK
(historien): " Le massacre auquel le livre de Céline, Bagatelles pour un massacre faisait allusion était celui des Français livrés par les juifs aux horreurs d'un nouveau 14-18. Les liens du pacifisme et de l'antisémitisme ne cessèrent d'être évidents dans les écrits non romanesques de Céline.

   Ses bagatelles, dira-t-il, étaient un acte de paix, un barrage au niveau carnage, et, en ce sens, il restait fidèle au héros du Voyage, Bardamu. Seuls les juifs, persécutés par Hitler, pouvaient vouloir la guerre : Une guerre pour la joie des Juifs ! "
  (La France et les juifs de 1789 à nos jours, Le Seuil, 2004, dans BC n°265).  

 

 

 

 

 

 * Nelly WOLF (Maître de conférences à l'Université de Lille III) : " Le style imprime au texte la marque de l'auteur et la trace d'une subjectivité profonde. Il entretient par ailleurs avec la pensée, ou les pensées du roman une relation intime, dont l'analyse littéraire se charge de préciser le degré (rapports du fond et de la forme, du style et du contenu...) En effet, pour procéder à la littérature, l'écrit doit aussi, deuxième point, se prévaloir d'une vision du monde. Le Voyage au bout de la nuit engage ses idées, ses pensées, son interprétation des choses et de la vie dans ses passages déclaratifs, " dissertatifs ", universalisants dont l'existence a été mentionnée ici.

   " La vérité de ce monde, c'est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. " " L'âme c'est la vanité et le plaisir du corps tant qu'il est bien portant. " " Quand on n'a pas d'argent à offrir aux pauvres, il vaut mieux se taire. " " C'est pas la peine de se débattre, attendre ça suffit, puisque tout doit finir par y passer dans la rue. Elle seule compte au fond " : par ces interventions, le roman prend un sens, donne un sens à cette réalité, à ce monde, à cette vie qu'en d'autres énoncés il avait tout simplement, tout bêtement décrits. "
  (Le peuple dans le roman français de Zola à Céline, PUF, 1990, p.253).

 

 

 

 

 

 

 

* Paul YONNET (sociologue, essayiste, 1948-2011): " Céline a annoncé l'avènement de l'individu souffrant et le règne du faux. Il se serait sans doute repu du règne de la publicité, où toutes les photos sont retouchées. Ou de ces techniques chirurgicales destinées à tromper sur son âge et que l'on a le culot de baptiser " esthétiques ".

   Très cultivé, il aurait sans doute aussi été frappé par la crise d'une culture du livre dans laquelle il était encore immergé. Mais, si Céline reste d'actualité, c'est que la question centrale de son œuvre, " Comment vient, comment reviendra la guerre ? ", est une question d'actualité. "
  (La Nouvelle Revue d'Histoire n° 45, nov-déc. 2009).

 

 

 

 

 

 

 

 * Stéphane ZAGDANSKI (romancier et essayiste) : " Je considère que Céline est un écrivain phosphorescent. Mais de lui on n'a retenu que ses pamphlets antisémites. Pourtant autour, ce qu'il dit est original. Mais son antisémitisme a complètement occulté le reste de sa pensée que personne ne veut plus savoir. Il porte un regard d'une acuité unique sur l'évolution de la France de son époque.

  A mes yeux il est celui qui l'a fait de la manière la plus éblouissante. Sa poétique est celle du délire. Mais antisémite il a sombré dans le délire antisémite. Parce qu'il vivait une époque de délire collectif. "
 
(Le Maine libre, 13 octobre 1997).

 

 

 

 

 

 

* Nicole ZAND (critique littéraire au Monde): " Pour moi, les pires antisémites ne sont pas ceux qui, comme Céline, crachent leur haine du juif... Je n'ai pas plus de dégoût en lisant Céline qu'en lisant Guyotat par exemple. Je n'arrive pas, en fait, à savoir vraiment si Céline était le pire des antisémites. J'estime que Céline est un des plus grands et des plus importants écrivains du XXe siècle.

  Son action n'a pas été antisémite et c'est un texte tellement excessif, au XXe siècle, qu'il en devient une curiosité, un peu comme les lectures érotiques. Qui irait penser que Miller, dans Sexus, écrit une autobiographie ? "
 (Information juive, février 1987, Spécial Céline n°8, E. Mazet).