BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                              Pierre MONNIER               Alphonse BOUDARD               Jacques D'ARRIBEHAUDE

 

EN PHRASES...AVEC CELINE.

A char :        A CHARGE A-F      :   AUTEURS de A-F  Amis       :       SES AMIS Ana      :      ANALYSES Ani   :       LES  ANIMAUX
Bat  :          LES  BATEAUX Cine  :         LE  CINEMA Col     :        COLLOQUES Con   :       CONTROVERSES Cri   :        SES  CRITIQUES
Dan    :           LA  DANSE Del  :            DELIRES Echos  :    MEILLEURS ECHOS Ecri     :           ECRIVAINS Eton   :       ETONNEMENTS
Fem    :         SES  FEMMES G-L   :       AUTEURS de G-L Guer   :      SES  GUERRES Idées   :        SES IDEES Int       :      INTERVIEWS
Jour  : MEDIAS JOURNALISTES Journées :  JOURNEES CELINE Lettres   :        LETTRES Med Art :    MEDIAS ARTISTES MedEcr: MEDIAS autresECRITS
Mise     :      MISES AU POINT Mort :          LA   MORT M-R   :       AUTEURS de M-R Par    :         PARIS - CELINE Pel  :         PELERINAGES
Pers    :        PERSONNAGES Plumes : MEILLEURES PLUMES Poet  :           POETIQUE Pol Etr : POLITIQUES ETRANG. Pol Fr: POLITIQUES FRANCAIS
Réa     :         REACTIONS Recon  :    RECONNAISSANCE S-Z   :        AUTEURS de S-Z Théa     :            THEATRE Vis     :             VISITES
Visco      :     VIS COMICA Voy    :         SES  VOYAGES      
         
  A      
         
ABETZ O.                 (Pol Etr) ABOUCAYA J. (Journées, Jour) ACCAME G.             (Jour) ADG            (Amis, Echos, A-F) AEBERSOLD D.          (Med Ecr)
AGATHE                      (Pers)                    AIMABLE                    (Med Art) AIMEE                          (Pers) AJAX A.                          (Echos) ALBERGHINI M.   (A-F, Journées)
ALBERT H.                  (Pol Fr) ALBRT-WEIL J.C.               (A-F) ALCIDE Sergent                (Pers) ALLIOT D.          (Int, A-F, Crit) ALMANZOR L.   (Med Art, Fem)
ALMERAS Ph. (Int, A-F, Journées) ALTMAN G.                     (Jour) ALVES A.M.                      (Col) AMAR P.                         (Jour) AMBOR C.          (Lettres, Fem)
AMETTE J.P.                    (A-F) AMOUROUX H.                 (Jour) ANACREON R.              (Med Ecr) ANGEL A.                      (Fem) ANOUILH J.                  (A-F)
ANTOINE                        (Pers) ANTON S.                 (A-F, Col) ANTUNES A.L.                   (A-F) ARAGON L.                      (A-F) ARBOSINO A.                      (A-F)
ARCAND A.                  (Pol Etr) ARDITI M.                        (Ecri) ARENDT H.                      (Ecri) ARLAND M.                      (A-F) ARLETTY          (Amis, Med Art)
ARMANDINE                (Pers) ARON L.                          (A-F) ARTHUR Oncle                 (Pers) ASCOT R.                    (A char) ASENCIO J.                     (A-F)
ASSOULINE P.                   (A-F) ASTOR J.                        (Fem) ASTRUC A.                   (Med Art) ASTRUC R.                   (Recon) AUDIARD J.            (Med Art)
AUDIARD M.      (Med Art, Eton) AUDIAT P.                   (Jour) AUDOUARD Y.                 (A-F) AUDUIN J.                     (Jour) AUGUY J.                     (Jour)
AUPHAN Amiral L.F.        (Pol Fr) AURY D.                        (A-F) AUTAN LARA C.              (Med Art) AUTHIER Ch.              (A-F, Crit) AYME M.                  (Amis, A-F)
AZNAVOUR Ch.            (Med Art)        
         
                           B      
         
BAGNOUD A.       (A-F) BALADIER L.      (Med Ecr) BALAJO Le       (Med Art) BALLADUR E.      (Pol Fr) BALMER JF.      (Med Art)
BALTA F.           (A-F) BAO DAÏ           (Pol Etr) BARANCY A.        (Jour) BARBEAU V.        (A-F) BARDECHE M.       (A-F)
BARDOLLE O.        (Ecri) BARJAVEL R.         (A-F) BARNETT E.      (Med Art) BARRES M.       (Pol Fr) BARRIERE A.           (Med Art)
BASTIER J.        (A-F, Journées) BAUDARD A.                   (Col) BAUDRIER J.                   (Jour) BAYON B.                       (Jour) BAZIN H.                       (A-F)
BEAUJOUR M.               (Med Ecr) BEAUVOIR de S.                 (A-F) BEBERT                         (Pers) BECHTEL G.                    (Vis) BECKER J.J.                  (A-F)
BEDOS G.                  (Med Art) BEGUIN A.                      (Ecri) BEIGBEDER F.                (Ecri) BEKETCH de S.            (Jour) BELL M.               (Med Art, Fem)
BELLANCHE                      (Pers) BELLOSTA M.C.                (A-F) BELLUCCI M.             (Med Art) BELMONDO J.P.         (Med Art) BENARD J.                  (A-F, Col)
BENOIST de A.    (Ecr, Journées) BENOIT MECHIN J.            (A-F) BERAUD H.                       (A-F) BERGE P.            (Med Ecr, Vis) BERGER F.                       (Jour)
BERGERON F.                (Jour) BERL E.                            (Jour) BERNADOTTE de           (Pol Fr) BERNANOS G.                  (A-F) BERNOT A.                   (Med Ecr)
BERTHELOT J.                (Théa) BERTOGNA G.               (Med Ecr) BESSON P.                      (Jour) BESSY                           (Poet) BESTOMBES Prof.             (Pers)
BEVILACQUA A.               (Ecri) BEYALA C.                        (A-F) BIANCHINI R.                    (A-F) BICHELONNE J.            (Pol Fr) BICKLER H. (Lettres,Eton,Pol Etr)
BIDAULT G.                   (Pol Fr) BIGOUDI                        (Pers) BILGER Ph.                  (Med Ecr) BILLY A.                          (A-F) BIROUETTE Père             (Pers)
BLANRUE P.E.                  (A-F) BLIER B.                     (Med Art) BLOCH DANO E.          (A-F, Vis) BLONDIAUX I.            (A-F, Col) BLONDIN A.                     (A-F)
BLOOM A.                       (A-F) BLOT J.                        (A char) BLOY L.                           (A-F) BLUM L.                     (Pol Fr) BOFA G.                    (Med Art)
BOISDEFFRE de P.         (Pol Fr) BOISSET Y.            (Med Art, Vis) BOLLORE G.A.                 (A-F) BONABEL Ch.       (Int, Med Ecr) BONABEL E.  (Med Art, Journées)
BONNAL N.                      (A-F) BONNARD A.               (Pol Fr) BONNARD Mme               (Pers) BONNEFIS Ph.                 (A-F) BONNEFOY Cl.          (Eton,Vis)
BONNET Ch.                 (Pol Fr) BORLOO J.L.               (Pol Fr) BOROKROM                    (Pers) BORY J.L.                        (A-F) BOUDARD A. JournéesAmis, A-F
BOUJUT P.                      (A-F) BOUNAN M.                  (A char) BOUQUET M.             (Med Art) BOURBONNE M.               (A-F) BOURDET M.                 (Jour)
BOURGEADE P.               (A-F) BOURGOGNE                 (Pers) BOUSQUET M.            (Med Art) BRAMI E. (Med Ecr,Thea,Col,Mise BRANLEDORE Sergent     (Pers)
BRASILLACH R.       (A-F, Lettres) BRASSENS G.              (Med Art) BRECKER A.                  (Med Art) BRENNER J.                     (A-F) BRETON A.                  (A char)
BRIANT Th.                (A-F, Amis) BRIGNEAU F.                    (A-F)    BRINON de F.                 (Pol Fr) BRISSAUD A.  (Jour, Echos, Eton) BROCHARD M.   (Int, Med Ecr)
BROSSEAU M.                  (A-F) BRUANT A.                  (Med Art) BRUNET G.                       (A-F) BRUNHES J.                (Pol Fr) BRUNI C.                      (Pol Fr)
BRUZZO F.                 (Med Ecr) BUIN J.                          (A-F) BUISSON P.                (Recon) BUKOWSKI Ch.                (A-F) BURKARD L.                  (Col)
BURROUGHS                  (Vis) BUSNEL F.                (Jour)      
         
                           C      
         
CABU                       (Med Art) CAILLEUX R.             (A-F, Vis) CALAFERTE             (A-F, A char) CALLANDREAU J.              (Vis) CAMUS A.                     (A-F)
CAMUS C. Dr       (Amis, Med Ecr) CANARD ENCHAINE           (Jour) CANAVAGGIA M.(Med Ecr,Lettres) CARBUCCIA A.             (Med Art) CARCO F.                       (A-F)
CARDO Ch A                (Recon) CARDOT Ch.-A.             (Med Ecr) CARILE P.                   (Med Ecr) CARLES E.                       (A-F) CARLON J.                (Recon)
CAROLINE Gd'mère          (Pers) CARREFOUR                     (Jour) CASCADE                         (Pers) CASSOU J.                      (Ecri) CASTEX H.                     (A-F)
CASTILLON C.                 (A-F) CASTORF F.      (Med Art, Théa) CATHARE Evêque             (Pers) CAU J.                               (A-F) CAVANNA B.               (Med Art)
CAVANNA F.                     (Ecri) CELLARD J.                       (Jour) CENDRARS B.                   (A-F) CERESA F.                        (Jour) CERONETTI G.                 (A-F)
CESSOLE de B.                 (A-F) CEZANNE Mère                 (Pers) CHALAIS F.                       (Jour) CHALMAIN P.                    (A-F)  CHAMBRILLON P.JournéesA-FPlumes
CHAMFLEURY R.           (Med Ecr) CHANCEL J.                     (Jour) CHAOUAT B.               (Med Ecr) CHAPSAL M.               (Jour, Int) CHARBONNIERES G.      (Pol Fr)
CHARDONNE J.                  (A-F) CHARLIE HEBDO             (Jour) CHARPENTIER A.               (A-F) CHATEAUBRIANT A.            (A-F) CHATELAIN TAILHADE P.    (A-F)
CHAVAL                            (A-F) CHENAL P.                   (Med Art) CHERVIN L.                   (Med Art) CHEVENEMENT J.P.          (Pol Fr) CHICOT L.                  (Recon)
CHINAUD R.                  (Pol Fr) CHORON GOUREWITZ        (Ana) CIAN-GRANGE E.              (Int) CIORAN E.                        (A-F) CIRY M.                       (A char)
CLABEN von T.                 (Pers) CLAIR J.                            (Ecri) CLAUDEL P.                      (A-F) CLAVEL M.                       (A-F) CLEMMESEN E.                (A-F)
CLODOVITZ                     (Pers) COCTEAU J.                        (A-F) COEUROY A.                      (A-F) COLETTE                         (A-F) COLLARD G.                (Pol Fr)
COMBAT Journal               (Jour) COMBELLE L.       (Jour, Lettres) COMBESCOT P.                 (A-F) COMMUNISTE Hebdo       (Jour) CONSULAT Suisse        (Pol Etr)
COPE J.F.                      (Pol Fr) COPENHAGUE                (Voy) CORNILLE J.L.                  (A-F) COSMOS J.                 (Med Art) COSTON H.                     (Jour)
COURNOT M.                    (Jour) COURTIALS R.M.             (Pers) COUSTEAU P.A.                (A-F) CRAIG E.(MedArt,Eton,Int,Mise) CREPU M.                       (Ecri)
CRESCIUCCI A.                  (A-F) COURTELINE G.                (A-F) CROMWELL O.                (Pol Etr) CUPILLARD B.              (Med Art)  
         
                           D      
         
DABIT E.          (A-F) DANICKX D.            (A-F) DAHLSTOM S.          (A-F) DAMIEN A.           (Pol Fr) DANA R.                  (Med Art)
DANIEL J.                         (Jour) DANTEC M.G.                   (A-F) DANTZIG Ch.               (A char) DARAGNES J.G.           (Med Art) DARD F.                        (A-F)
D'ARRIBEHAUDE J. (Echos, A-F Vis DAUDET L.                   (Pol Fr) DAUPHIN J.P.                 (A-F) DEAT M.                      (Pol Fr) DE BELLEROCHE M.       (Mise)
DE BONNEVILLE P.       (Med Ecr) DEBRIE N. JournéesCriReconMedEcr DE CAUNES G.           (Jour, Vis) DEDET C.                       (A-F) DE GENNES P.G.         (Med Ecr)
DEGRELLE L.               (Pol Etr) DELANOE B.                 (Pol Fr) DE LA TOUSCHES S.  (Med Art) DELCROIX E.             (Med Ecr) DELETANG TARDIF J.        (A-F)
DELFORGE L.        (Med Art, Fem) DEL PERUGIA P.       (Echos, A-F) DELPHINE                       (Pers) DELTEIL J.                        (A-F) DELTEIL DE TON             (Jour)
DENIS S.                        (Jour) DENOEL R.                       (A-F) DEON M.                          (A-F) DEPARDIEU G.           (Med Art) DERVAL A.      (Col, A-F, Dan)
DERYCKE G.                  (Jour) DESCARGUES P.              (Vis) DESCAVES L.        (Lettres, A-F) DESCAVES M.                  (Vis) DESHAYES C.      (Jour, Lettres)
DESNOS R.                     (A-F) DESTOUCHES C. JournéesMedEcr DEUTSCH L.   (Med Art, Recon) DEVAL J.        (Med Art, Mise) DEVEDJIAN P.             (Pol Fr)
DE VILLEFOSSE R.H.           (Vis) D'HUGUES P.                   (Ecri) DIETRICH L.                      (A-F) DIVONNE Mme                (Pers) DJIAN Ph.                  (A-F, Vis)
DOMINIQUE P.                 (A-F) DONLEY M.         (Journées, A-F) DONNER C.                      (Jour) DORIOT J.                  (Pol Fr) DOS PASSOS J.               (A-F)
DOUBROVSKY                (A char) DOYON R.C.                   (Ecri) DRAULT J.                       (Jour) DRIEU LA ROCHELLE P.      (A-F) DROIT de VIVRE   (Lettres, Réa)
DUBOIS C.    (Med Ecr, Recon) DUBUFFET J.              (Med Art) DUCOIN J.E.                    (Jour) DUCROZET P.                 (Ecri) DUDULE                      (Pers)
DUHAMEL G.               (A-F) DUMAYET P.                  (Jour) DUMOURIEZ                (Pol Fr) DUNAND A.        (Med Art, Théa) DUNETON C.      (Journées, Ecri)
DUPONCHELLE V.              (Jour) DUPOYET P.        (Med Art, Théa) DUPUIS J.                (Int, Jour) DURAND P.                  (Pol Fr) DUTOURD J.                 (Ecri)
DUTEIL R.                  (Pol Fr) DUTRONC J.                 Med Art) DUVAL STALLA A.              (Ecri) DUVERGER P. (Journées,Int Med Ecr DUVIVIER J.               (Med Art)
         
                        E - F      
         
EMPAYTAZ          (Pol Fr) ENARD JP.                (A-F) EPTING K.         (Idées, Pol Etr) ESCUDERO L.   (A char,Med Art) ESPIAU M.             (Jour)
EMPIEME M.               (Pers) EVELYNE                      (Pers) FABIAN F.               (Med Art) FABRE D.                        (Vis) FAHLESTROM O.          (Ecri)
FANEHUSET                  (Voy) FARCY R.                       (Pers) FARRUGIA R.               (Théa) FAURE E.              (A-F, Lettres) FEDERSPIEL P.           (Pol Etr)
FERETTE P.             (Journées) FERNANDEZ R.                 (A-F) FERNEY F.                     (Jour) FERRE J.                          (Jour) FERRIER M.                   (A-F)
FERRY L.             (Pol Fr, A char) FILIPACCHI H.            (Med Ecr) FINKIELKRAUT A.            (Ecri) FLAMBARD WEISB V.     (Col, A-F) FOGLIA P.                  (Jour)
FOLLET E.                    (Fem) FONDANE B.                   (A-F) FONTAINE D.             (Col, Jour) FONTENOY J.                    (Jour) FORD H.                  (Pol Etr)
FOREST Ph.                    (A-F) FORLANI R.                     (Jour) FORRESTER V.             (A char) FOUCHE P.                (A-F, Mise) FOUCHET M.P.             (Jour)
FOUQUE A.                 (Pol Fr) FOURNOL L.        (Med Art, Vis)    FRANCOIS A.                 (A-F) FRANK B.                      (Jour) FRAPPAT B.                 (Jour)
FRECHE G.                  (A char) FREMIZON Cap.             (Pers) FREUD                       (Med Ecr) FREUSTIE J.                   (A-F) FUENTES C.                 (A-F)
FUMAROLI M.                (Ecri) FUTTURER J.      (Med Art, Théa)      
         
                           G      
         
GABIN J.           (Med Art) GALIC MC.             (Jour) GALLIMARD G  (Med Ecr.Lettres) GALLIMARD I.        (Med Ecr) GALTIER BOISSIERE J.    (Jour)
GANCE A.         (Med Art) GARCIN J.     (Med Ecr, Lettres)    GASCO B.               (G-L) GAULLE de Ch.        (Pol Fr) GENET J.               (G-L)
GEN PAUL     (Int, Med Art) GENTIL Dr A.           (Amis) GEOFFROY G.               (Amis) GERMON N.                     (Fem) GIACOBBI P.                (Pol Fr)
GIACOBETTI F.             (Med Art) GIBAULT FIntRecoJournéePlume GIBEAU Y.                      (G-L) GIDE A.                           (G-L) GIESBERT F.O.               (Jour)
GINSBERG A.                    (G-L) GIONO J.                       (G-L) GIRAUDOUX J.               (G-L) GIROUD F.                (Pol Fr) GISCARD d'ESTAING V.  (Pol Fr)
GODARD H. IntReconMedEcrAchar GODARD J.L.               (Med Art) GOEBBELS J.              (Pol Etr) GOETHE                          (G-L) GORKI M.                        (G-L)
GORLOGE                      (Pers) GOULD F.                  (Med Art) GRACQ J.                        (G-L) GRAFFIGNY de H.             (G-L) GRAINVILLE P.                 (G-L)
GRALL X.                     (Ecri) GRAPPA Lt.                     (Pers) GRIPARI P.                       (G-L) GROENER J.                (Med Ecr) GROVER F.J.                   (G-L)
GUEGAN G.                     (G-L) GUENOT J.           (G-L, Journées) GUILBERT C.                    (Ecri) GUILLEMIN H.                 (G-L) GUILLOUX L.              (G-L)
GUITRY S.                    (Med Art) GUTH P.                        (G-L) GWENDOLINE                (Pers)    
         
                   H - I - J - K      
         
HAEDENS K.                (G-L) HAENGGLI Cl.         (Ana, Idées) HAFEZ-ERGAUT A.             (Ana) HALLIER J.E.                     (Jour) HALPHEN A.                 (Vis)
HALTER M.                        (G-L) HAMP P.                            (G-L) HAMSUN K.                        (G-L) HANREZ M.    (G-L, Journées, Vis) HARDY F.                  (Med Art)
HAREL N.                        (Jour) HARRAS Prof.                   (Pers) HARTMANN M.            (G-L, Col) HATKER K.                      (Jour) HELLER G.                    (Med Ecr)
HENEIM G.                       (G-L) HENRIC J.                         (Ecri) HENRIOT E.                        (G-L) HENROUILLE J.                (Pers) HENROUILLE Mère           (Pers)
HENRY A.           (G-L, Journées) HERGE                          (Med Art) HERIAT Ph.                (G-L, Eton) HEROLD PAQUIS J.  (Jour, A char) HERONDE Mme                (Pers)
HERON de VILLEF.        (Med Ecr) HEROTE Mme                  (Pers) HERRIOT E.                    (Pol Fr) HIKOE T.                           (G-L) HINDUS M.           (Med Ecr, Vis)
HIRSCH M.                       (Théa) HISLAIRE J.                      (Jour) HITLER A.                     (Pol Etr) HOLLANDE F.                (Pol Fr) HOLTZ G.                        (Jour)
HORTENSE                       (Pers) HOST M.                           (G-L) HOUDEBINE J.L.               (Ecri) HOUELLEBECQ M.               (G-L) HUMANITE l'                  (A char)
HUMBERT Ph.                     (G-L) HUSTER F.                    (Med Art) IFRI P.                       (G-L, Col) IGLESIS R.L.          (Med Art, Vis) IKOR R.                            (G-L)
ILLUSTRE NATIONAL       (Recon) IRENE des PEREIRES        (Pers) IRRGANG E.                     (Fem) ISORNI J.                     (Med Ecr) ISTRATOVA A.            (Journées)
IVERNEL D.        (Med Art, Théa) IZOARD J.                   (G-L, Vis) JACOB Mad.                     (Jour) JACOB Max                        (G-L) JACQUOT Dr A.           (Med Ecr)
JAEGHERE de M.               (Jour) JAMET C.                         (Jour) JAMOT A.                       (Echos) JARDIN A.                         (G-L) JAUFFRET R.                      (G-L)
JEAN G.                         (Med Art) JENSEN K.M.       (Fem, Med Art) JOANOVICI J.                 (Pol Fr) JOHANSON KARILD      (Med Ecr) JONCOURS S.                  (G-L)
JONKIND                         (Pers) JOUANNAUD M.                (Théa) JOUHANDEAU M.                 (G-L) JOYCE J.                            (G-L) JUILLAND A.      (Journées, Ecri)
JULES                              (Pers) JULLIAN M.                   (Med Art) JULY S.                              (Jour) JUNGER E.                        (G-L) JUPPE A.            (Pol Fr, Echos)
KAHN J.F.                        (Jour) KALISKI S.                 (Med Art) KAMINSKI H.E.                  (Jour) KANOKY S.                          (G-L) KARALIK                         (Pers)
KAUFMANN J.P.                (Jour) KEMP R.                            (Jour) KEROUAC J.                      (G-L) KIEFER A.                    (Med Art) KILLIAM T.                       (Col)
KLARSFELD B.              (Med Ecr) KLARSFELD S.ReconAcharMedEcr KONOPNICKI G.                (Jour) KOUROUMA A.                     (G-L) KRISTEVA J.                      (G-L)
KROGOLD Roi                   (Pers) KUNDERA M.                     (G-L) KLING A.                        (Pol Fr) KUNNAST T.                        (G-L) KUSTURICA E.               (Med Art)
         
                           L      
         
LABORDE C.        (Med Art) LABRIC P.          (Pol Fr) LAFFLY G.            (Jour) LAFONT S.            (Col)) LAGARDE A.           (G-L)
LA GERBE            (Jour) LAINE P.  (Journées, Echos, Ecri) LALANNE P.      (G-L, Plumes) LALOU R.            (G-L) LAMANDE M.H   (MedArt,Théa)
LANCON Ph.            (Jour) LANG J.         (Pol Fr, Recon) LANG L.                 (G-L) LANZA Del VASTO        (A char) LANZMANN J.          (A char)
LATIN D.                (G-L) LAUDELOUT IntJournéePlumesRecon LAUGHLIN J.          (Med Ecr) LAUNAY J.                     (Vis) LAURENS C.                    (G-L)
LAURENT J.                       (G-L) LAUTROP M.             (Med Ecr) LAVAL P.                    (Pol Fr) LAVANT D.               (Med Art) LAVELONGUE                  (Pers)
LAVENNE F.X.                 (Col) LAVILLIERS B.            (Med Art) LAZAREFF P.                (Jour) LEANDRI B.                   (G-L) LEAUTAUD P.                  (G-L)
LEBESQUE M.                (Jour) LEBLANC C.                  (Lettres) LE BOBINNEC Ch.            G-L) LE BOTERF H.             (G-L, Vis) LE BOUCHER D.              (G-L)
LEBRUN M.                   (Ecri) LECUREUR M.                 (Ecri) LEFEBVRE H.                   (G-L) LEGER F.                        (Jour) LEICHTER FLACK F.        (A char)
LEIDEN Von Isis               (Pers) LEIDEN Von R.                (Pers) LEMAITRE M.                  (G-L) LEMPREINTE                   (Pers) LEONE S.                   (Med Art)
LEOTARD F.                 (Pol Fr) LEOTARD Ph.               (Med Art) LE PEN J.M.                 (Pol Fr) LE PEN M.                   (Pol Fr) LE QUINTREC C.               (G-L)
LEROY J.                       (Ecri) LEROY LADURIE E.       (Med Ecr) LESCA C.            (Jour, Lettres) LESDAIN de J.                (Jour) LESTANDI J.                  (Réa)
LE VIGAN R.     (Med Art, Mise) LE VIGAN T.                   (Echos) LEVINAS E.                (Med Ecr) LEVI STRAUSS C.             (G-L) LEVY B.H.                 (Ecr, Crit)
LEVY P.                           (Jour) L'HUMANITE                   (Jour) LICRA                            (Jour) LITAUDON M.P.               (Col) LITTELL J.                     (Ecri)
LOCHEN F. Pasteur     (Med Ecr) LOLA                               (Pers) LONGELIN L.                  (Théa) LOTTMAN H.R.                (G-L) LOUIS J.P.                 (Med Ecr)
LOU MILLE PATTES         (Pers) LOVITON J.              (Med Ecr) LUCHAIRE C.           (Med Art) LUCHAIRE J.        (Jour, Lettres) LUCHINI F.     (Med Art, Théa)
LWOFF A.                (Med Ecr)        
         
                           M      
         
MABIRE J.    (M-R, Journées) MAC ORLAN P.        (M-R) MADELON         (Pers) MAGRE J.                    (Med Art) MAGRINI C.                (Med Ecr)
MAHE H. (Med Art Amis,Eton,Con) MAHE M.                    (Med Art) MALAQUAIS J.                  (M-R) MALAVOY Ch.     (Int, Med Art) MALLET S.                   (Pol Fr)
MALLIARAKIS J.G.          (Pol Fr) MALOUVIER J.L.         (Med Ecr) MALRAUX A.          (M-R, Pol Fr) MALTAIS M.   (Med Art, Journées) MANDAMOUR G.              (Pers)
MANDEL A.                      (M-R) MARCEAU F.                      (M-R) MARCHAND G.            (Med Art) MARCHETTI F.(Journées, Med Ecr) MARGUERITE V.              (M-R)
MARIELLE J.P.              (Med Art) MARIN J.                     (Med Art) MARMIN M.                      (Jour) MARTEAU P.                  (Med Art) MARTEL J.Ph.                 (Ecri)
MARTIN CHAUFFIER G.      (Jour) MATIGNON R.                 (Jour) MARTINELLI J.L.       (Med Art) MARTRODIN                    (Pers) MASSIN R.  (Med Art, Lettres, Vis)
MAULNIER Th.                 (Jour) MARTIN A.                (Med Art) MATTHEW                      (Pers) MAUPASSANT de G.          (M-R) MAURIAC F.                   (M-R)
MAURICE V.                    (M-R) MAUROIS A.                    (M-R) MAURRAS Ch.              (Pol Fr) MAXENCE J.P.          (M-R, Echos) MAYER D.                    (A char)
MAYER R.                        (Pol Fr) MAZAURIC L.                (Med Ecr) MAZELINE G.                    (M-R) MAZEROLE G.                 (M-R) MAZET E. (Int, Crit,Journées Ecri)
MEDINA E.                     (M-R) MEHON la                     (Pers) MEIZOZ J.                 (Med Ecr) MERCIER C.                   (Echos) MERRYWIN Nora            (Pers)
MERRYWIN Peter            (Pers) MICBERTH M.G.              (M-R) MICHON P.                    (M-R) MIKKELSEN Th.    (Med Ecr, Mise) MILKOFF I.                   (M-R)
MILLAU Ch.            (Ecri, Eton) MILLER H.                      (M-R) MILLET R.                        (M-R) MIOMANDRE de F.             (M-R) MIREILLE                      (Pers)
MIROUX P.M.              (Int, Col) MISCHIEF                       (Pers) MITTERRAND D.            (Pol Fr) MITTERRAND Fra.           (Pol Fr) MITTERRAND Fré.(Pol Fr,Recon
MITTRE S.                  (Med Ecr) MODIANO P.                    (M-R) MOHLER A.               (M-R, Vis) MOHRT M.                      (M-R) MOIX Y.                         (Jour)
MOLIERE                        (M-R) MOLINO J.                    (Ecri) MOLLY                          (Pers) MONDOR H.          (Med Ecr) MONNIER P.(Amis,Plumes, Ecr)
MONTAUDON G.             (M-R) MONTAUT A.                  (M-R) MORAND P.                  (M-R) MORANDAT Y.                  (Jour) MORANT DEILL. J.       (M-R, Col)
MORATINOS M.A.        (Pol Etr) MORESI F. (M-R, Journées,Recon) MORISSON J.          (Med Art) MOULIN J.                   (Pol Fr) MOULOUDJI M.           (Med Art)
MOUNIER E.                    (M-R) MUGNIER Abbé                 (M-R) MUGNIER J.P.                 (M-R) MURAY Ph.       (M-R, Recon, Cri) MUSSOLINI B.            (Pol Etr)
MUSYNE                         (Pers)        
         
                        N - O      
         
NABE M.E.              (Ecri) NADEAU M.                  (Ecri) NAHMIAS D.         (M-R) NAKOS L.             (M-R) NAUD A.    (Med Ecr, Lettres, Vis)
NAULLEAU E.         (Ecri) NEBOUT S.           (Fem) NEGRONI J.           (Med Art) NETTELBECK C.W.          (M-R) NEVELSON L.            (Fem)
NICE-MATIN             (Jour) NIKOLIC F.            (Med Art) NIMIER M.                 (M-R) NIMIER R.   (Amis, M-R, Lettres) NIZAN P.               (Jour)
NORDLING R.   (Pol Etr, Lettres) NORMANCE             (Pers) NOTHOM A.             (M-R) NOUGARO C.            (Med Art) NOURISSIER F.           (M-R)
NUCERA L.              (M-R) O'COLLOGHAM             (Pers) OE K.                     (M-R) OLDENBURG C.         (Med Art) OLTROMARE G.           (Jour)
ONFRAY M.                (Med Ecr) OREND K.                      (M-R) ORMESSON d' J.             (M-R) ORPHIZE R.                 (Pers) ORTOLAN Capitaine        (Pers)
OSTROVSKY E.           (Med Ecr) OSWALD M.       (Med Art, Fem) OTTERSTROM K.             (Amis) OVADIA J.            (Jour, Vis)  
         
                        P - Q      
         
PAGES Y.               (M-R, Col) PARAPINE               (Pers) PARAZ A.   (Amis, M-R, Lettres) PARINAUD A.Journées,Jour,Vis PARIS MATCH             (Jour)
PASQUA Ch.          (Pol Fr) PAULHAN J.               (M-R) PAULO                      (Pers) PAUVERT J.J.           (Med Ecr) PAUWELS L.          (Jour, Vis)
PEDERSEN H.           (Pol Etr) PEGUY Ch.                    (M-R) PERRAULT S. Amis Med Art Journées PERET B.                        (Ecri) PERRET P.                 (A char)
PETAIN Ph.              (Pol Fr) PEYRE H.                  (M-R) PFANNSTIEL A.            (Med Ecr) PHILIPPON H.                (Jour) PIA P.                               (M-R)
PICHON Ph.               (Ecri) PICPUS                         (Pers) PIERAL                        (Med Art) PIERRE                          (Pers) PINCON Cdt                  (Pers)
PISTIL                       (Pers) PIVOT B.                    (Jour) PLISNIER C.                  (M-R) PODALYDES D.         (Med Art) POIRE J.M.                   (Med Art)
POIRIER M.                (Recon) POIROT DELPECH B.         (M-R) POITRAT L.                 (Pers) POIVRE d'ARVOR P.     (Jour) POLAC M.                    (Jour)
POLIAKOV L.                   (M-R) POLLES H.                     (M-R) POLLET E.                (M-R, Fem) POMMERY J.                (Med Ecr) POMONE                       (Pers)
POP IGGY                  (Med Art) PORQUEROL E.        (Jour, Vis) POULAIN H.               (M-R, Vis) POULAIN H.               (M-R, Vis) POULET R.                  (M-R, Dan)
POUND E.                    (M-R) PRETORIUS                  (Pers) PREVOST J.                   (M-R) PRINCHARD                 (Pers) PROKOSCH F.                 (M-R)
PROTISTE l'abbé           (Pers) PROUST M.                   (M-R) PRYNTYL                      (Pers) PUBLICITE                   (Med Ecr) PULICANI A.        (Med Ecr, Amis)
PUTA Roger                  (Pers) PUYALTE F.                     (Jour) QUEFFELEC Y                  (M-R)    
         
                           R      
         
RABELAIS             (M-R) RABI                    (A char) RABONI G.               (M-R) RACZYMOW H.          (M-R) RADTCHENKO I.          (Ecri)
RAGACHE J.R.            (M-R) RAGON M.             (M-R) RAJCHMAN L.         (Med Ecr) RAMUZ C.F.            (M-R) RANCOTTE Mdl           (Pers)
RASSINIER P.           (Pol Fr) RAY J.                  (M-R) REBATET L.                (M-R) REBELLE                (Pers) REGNIEZ Ph.        (Med Ecr)
REICH A.               (Fem) REMY Col.            (Pol Fr) RENOIR J.           (Med Art) RENOUARD M.               (Ecri) RENS J.G.                  (M-R)
RESEDA Col.                (Pers) REY A.                     (Med Ecr) RICH Cath.             (Med Art) RICH Cl.                (Med Art) RICHARD F.               (M-R)
RICKARD C.                 (Jour) RIGAUD J.                    (Ecri)      RIGUELLE P.              (Med Art) RIM C.                   (Med Art) RINALDI A.        (Recon, M-R)
RICHARD G.                (M-R) ROBBE GRILLET A.           (Ecri) ROBERT J.                      (Vis) ROBERT P.E.                  (M-R) ROBERT CHOVIN V.         (M-R)
ROBINSON                (Pers) ROCHEFORT J.           (Med Art) RODOLPHE oncle            (Pers) ROLIN D.                       (M-R) ROLIN O.                      (M-R)
ROLLAND J.F.                   (M-R) ROMAINN J.                    (Ecri) ROMAINS J.                    (M-R) ROMANINC BOULAR           (Col) RONET M.                  (Med Art)
ROSNY ainé J.H.            (M-R) ROSSEL KIRSCHEN      (Med Ecr) ROTH Ph.                        (M-R) ROUART J.M.           (M-R, Jour) ROUAYRENC C.           (M-R)
ROUGERIE J.        (Med Art, Théa) ROUSSEAUX A.              (Jour) ROUSSO H.                (Med Ecr) ROUX de D.                 (M-R)  
         
                           S      
         
SABAYOT Gustin         (Pers) SACCOMANO E.            (Jour) SACHS M.                  (S-Z) SACKSICK G.           (Med Art) SAENEN F.                 (Ecri)
SAGAN F.                    (S-Z) SAINT-JEAN de R.           (Ecri) SAINT-LOUP                   (S-Z) SAINT-PAULIEN               (S-Z) SALAME L.                   (Jour)
SALATKO A.                   (S-Z) SAMUEL C.                       (Jour) SAND G.                           (S-Z) SANSON E.                  (Med Art) SANTAYANA                    (S-Z)
SARKOSY N.              (Pol Fr) SARRAUTE C.             (Jour, Vis) SARRAUTE N.                   (S-Z) SARTRE J.P.                     (S-Z) SAUTERMEISTER C.          (Col)
SAUTTER C.                (Pol Fr) SCHNEIDER                  (Lettres) SCHNEIDER M.                 (Ecri) SCHOELLER G.            (Med Ecr) SCHWOB R.                     (S-Z)
SCIZE P.                          (Jour) SEBA A.                              (Col) SEBASTIEN                  (Med Art) SEEBOLD E.                      (S-Z) SEGEV T.                     (Med Ecr)
SELF W.                         (S-Z) SEMMELWEIS              (Med Ecr) SENTEIN F.                     (Ecri) SERANT P.                         (S-Z) SERGENT A.                     (Ecri)
SEVERINE                       (Pers) SHAKESPEARE                  (S-Z) SIGMARINGEN            (Pol Etr) SIMENON G.                     (S-Z) SIMON C.                        (S-Z)
SIMON M.                   (Med Art) SIMON Ph.                        (S-Z) SINE                 (Med Art, Eton) SLAMA A.G.                    (Jour) SOLLERS Ph.        (Ecri, Crit)
SOPHIE                         (Pers) SORAL A.              (Ecri, Ana) SORIN R.                         (Ecri) SOSTHENE de ROD. H.     (Pers) SOUCHON A.             (Med Art)
SOUCY R.                  (Med Ecr) SOULAGES P.              (Med Art) SOUPAULT R.              (Med Art) SPENS de W.                  (S-Z) SPIELER R.                 (Pol Fr)
SPITZER L.                 (Med Ecr) STASKOVA A.                   (Col) STEELE B.                  (Med Ecr) STEINER G.            (S-Z, A char) STENDHAL                     (S-Z)
STEVENIN J.F.         (Med Art, Int) STILINOVIC D.               (S-Z) STRAVINSKY I.              (Med Art) SZAFRAN M.                   (A char) SZYMKOWICZ C.          (A char)
         
                           T      
         
TAGUIEFF PA.              (Ecri) TANIA                              (Pers) TARDI J.               (Int, Med Art) TAYAR E.                     (Med Art) TELEVISION                   (Jour)
TESSON Ph.                      (Jour) TESTA B.                         (Jour) TETTAMANZI R.                  (S-Z) THERIVE A.                      (S-Z) THIBAUDET A.                  (S-Z)
THIBON G.                       (S-Z) THIEFAINE H.F.             (Med Art) THOMAS H.                     (S-Z) THOMASSEN D.                  (Vis) THYSSENS H. (Int, Med Ecr, A char
TIXIER VIGNANCOUR J.L.(Med Ecr) TOINETTE                        (Pers) TOPOR R.                   (Med Art) TOUCHARD P.A.               (Ecri) TOURNIER M.                 (S-Z)
TREMOLET de VILLIERS (Med Ecr) TRINTIGNANT J.L.         (Med Art) TRINTIGNANT M.           (Med Art) TRINTZIUS R.                  (S-Z) TRIOLET E.                    (S-Z)
TROTSKI L.                  (Pol Etr) TRUC G.                        (S-Z) TRUFFAUT F.               (Med Art) TURPIN J.M.              (Ecri, Vis) TUSET Dr A.               (Med Ecr)
TZARA T.                        (S-Z)        
         
                        U - V      
         
UPDIKE J.                (S-Z) VACHER de LAPOUGE G.   (S-Z) VAILLANT R.             (S-Z) VALS P.                          (Vis) VAN BAGADEN               (Pers)
VANDROMME P.  (Int, Amis, S-Z) VANINO                     (A char) VAREGUES St.             (Théa) VAUTRIN J.                     (S-Z) VEBRET J.                     (Int)
VENNER D.                     (S-Z) VERA Stern                     (Pers) VERGES J.                  (Med Ecr) VIAL P.                         (Pol Fr) VIALAR P.                      (S-Z)
VIALATTE A.                   (S-Z) VIAN B.                           (S-Z) VIDAL M.                     (Echos) VIGEE C.                      (A char) VIGNAUX J.                    (S-Z)
VIGNOHT G.         (Med Art, Vis) VILLEPIN de D.           (Pol Fr) VILLON F.                      (S-Z) VILMOREL de L.             (S-Z) VINCENOT C.               (Med Ecr)
VINDING O.               (Jour, Vis) VIOLETTE la                    (Pers) VIRGINIE                         (Pers) VITOUX F.                (Int, S-Z) VITRUVE la                    (Pers)
VOIREUSE Jean                (Pers) VOLTAIRE                       (S-Z)      
         
  W - X - Y - Z      
         
WATTS Ph.        (Med Ecr) WESLEY B.            (Med Ecr) WHITE K.                 (S-Z) WILLEMIN A.           (Med Ecr) WINOCK M.             (S-Z, Mise)
WOLF N.                 (S-Z) WOLINSKI  G.             (Med Art) YONNET P.       (Journées, S-Z) YUDENWECK A.         (Pers) ZAGDANSKI S.   (Journées, S-Z)
ZAND N.                (S-Z) ZAORALEK J.        (Med Ecr) ZBINDEN L.A.       (Jour, Vis) ZEMMOUR E.           (Jour) ZERAPHA G.       (Med Ecr)
ZIFFER B.               (Jour) ZULOAGA A.             (Pol Etr)      
         

 

                   PREFACE.

       Pour cueillir à travers l'œuvre un bouquet d'extraits significatifs, personnels et d'un ton définitif, il fallait que le chercheur fût lui-même imprégné de tout ce qui a fait de Ferdinand l'inventeur à la fois le plus traditionnel et le plus original. Michel MOULS était là, tout désigné, au cœur de sa bibliothèque, équipée, rassemblée comme un monument célinien quasi-exhaustif. 

   Sa méthode et le sérieux de son travail ont fait le reste : le choix de textes que voici.

  On pouvait imaginer dans un premier temps que la richesse  et la diversité du tissu célinien faciliteraient les recherches autant que la sélection... que nenni !... Michel MOULS a été confronté dès le début de son entreprise aux problèmes posés par une abondance où la joie de la lecture semblait s'opposer avec malice à la nécessité du découpage. Il lui parut indispensable de fixer fortement toute une série de thèmes élaborés en chapitres. Ainsi les citations se trouvaient-elles regroupées sous des titres divers, ainsi apparaissent, comme des idées-forces, les thèmes et les ressorts qui ont, pendant toute une vie, meublé l'œuvre de l'écrivain... la guerre, le peuple, la banlieue, le communisme, l'Amérique...

    Les familiers de Louis-Ferdinand Céline le comprendront vite. Une œuvre aussi énorme où chaque syllabe a été l'objet d'une recherche et d'une véritable ciselure se refuse à la facilité du tri et de la dispersion. A la limite on eût trouvé naturel que Michel fut astreint à recopier des pans entiers de l'œuvre ; une absurdité qui fait pourtant ressortir un caractère essentiel de l'écriture célinienne. Elle est tout entière le portrait d'un travail artisanal assez tyrannique et exigeant pour que l'on n'y puisse infléchir ou soustraire un mot comme dans ces chefs -d'œuvre absolus de la peinture où l'on ne peut, sans risquer l'effondrement, modifier une nuance ou échanger la hauteur d'une valeur.

     Il n'était d'autre solution que celle adoptée par Michel... Séparation arbitraire des thèmes essentiels. Ferdinand lui-même, avait pressenti la nécessité de cette construction. Elle apparaît dès sa première entreprise, dans les années vingt, avec " l'Eglise " pièce en cinq actes consacrés tour à tour au développement d'un thème différent lié aux préoccupations viscérales du futur écrivain... Ainsi les caractères propres à cette œuvre gigantesque sont-ils, depuis le début et pour toujours, nettement dessinés.

      Voilà le travail et la pensée de Ferdinand. Un regard incisif autant que décisif, porté sur les êtres et le combat quotidien de la survie, le tout précis, murmuré, fredonné sur une musique amie... petite et fascinante.

                                                                                                    Pierre  MONNIER. 

 

 

           LA GUERRE .

 

 

 * " On est puceau de l'Horreur comme on l'est de la volupté. Comment aurais-je pu me douter moi de cette horreur en quittant la place Clichy ? Qui aurait pu prévoir avant d'entrer vraiment dans la guerre, tout ce que contenait la sale âme héroïque et fainéante des hommes ?

  A présent, j'étais pris dans cette fuite en masse, vers le meurtre en commun, vers le feu... Ca venait des profondeurs et c'était arrivé. Le colonel ne bronchait toujours pas, je le regardais recevoir, sur le talus, des petites lettres du général qu'il déchirait ensuite menu, les ayant lues sans hâte, entre les balles. Dans aucune d'elles, il n'y avait donc l'ordre d'arrêter net cette abomination ? On ne lui disait donc pas d'en haut qu'il y avait méprise ? Abominable erreur ? Maldonne ? Qu'on s'était trompé ? Que c'était des manœuvres pour rire qu'on avait voulu faire, et pas des assassinats ! " VO).

 

 

 

 * " Nous avons connu en 14-18 les derniers bourgeois braves, qui défendaient leur coffre-fort avec leur peau personnelle - Les officiers bourgeois n'emportaient pas leur armoire à glace en retraite - En 39 la bourgeoisie était devenue si juive, les cadres de l'armée si jouisseurs, si mous, que la guerre lui parut tout de suite insupportable. Défaillance totale. On ne trouva plus la bourgeoisie devant ses coffres-forts mais derrière ceux-ci. Toute la différence entre 14 et 39 se trouve là. Le rapprochement par les bourgeois était encore possible en 14 - ne l'est plus en 43 - parce que la bourgeoisie, finie, aveulie, couarde, n'a plus de rôle national à jouer (ni international), elle s'est discréditée une fois pour toutes dans la guerre - Elle a fait la preuve de sa mort. Elle contaminera tous ceux qui voudront l'épouser. 

    L'alliance franco-allemande actuelle est une alliance avec la charogne - Elle donne la mort à tous ceux qui la pelotent. Et l'on ne fait que cela depuis 3 ans. La fosse de Katyn est plus vaste qu'on l'imagine - Je suis porté à croire qu'elle va jusqu'aux Tuileries. Tu peux publier si tu l'oses ! Et à toi. / L. Ferdinand. " (Lettre à Henri Poulain, pour Je suis partout, 11 juin 1943, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 

 * " Au cours de ces années monstrueuses où le sang flue, où la vie gicle et se dissout dans mille poitrines à la fois, où les reins sont moissonnés et broyés sous la guerre, il faut un mâle. " (SE).

 

 

 

*  " - Oh ! Vous êtes donc tout à fait lâche, Ferdinand ! Vous êtes répugnant comme un rat... - Oui, tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu'il y a dedans... Je ne pleurniche pas dessus moi... Je la refuse tout net, avec tous les hommes qu'elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils neuf cent quatre vingt-quinze millions et moi tout seul, c'est eux qui ont tort, Lola, et c'est moi qui ai raison : je ne veux plus mourir. " (VO).

 

 

 

*  " Nous périrons sous les vainqueurs si c'est les fascistes qui gagnent, allemands, italiens, espagnols, mocos. Nous périrons sous nos alliés si c'est leur victoire, la victoire démocratique, la victoire des Juifs. " (EC).

 

 

* "... Les frontières ravagées, fondées dans un immense royaume de Frénésie, les hommes voulant du progrès et le progrès voulant des hommes, voilà ce que furent ces noces énormes. L'humanité s'ennuyait, elle brûla quelques Dieux, changea de costume et paya l'Histoire de quelques gloires nouvelles. " (SE).

 

 

* " Faudrait peut-être d'abord s'entendre... Qui c'est qui doit défendre la France ? les civils ou les militaires ? Les tanks 20 tonnes ou les vieillards ? Les tordus, les gnières en bas âge, les lardons morveux, les prudents affectés spéciaux, ou les régiments mitrailleurs ? Ah ! C'est pas bien net dans les propos... On arrive pas bien à se comprendre. Y a de la confusion, de l'équivoque, on dit pas toute la vérité... " (BD).

 

 

 

* " Je vous coupe mon récit. Les gens m'ont traité pas très bien. C'était la curée bordel sang ! Ca a commencé en 14 ! Tous les prétextes ! Au canon d'abord puis aux ragots, à la Police ! J'ai voulu leur sauver la glotte, compatriotes ! leurs gueules infectes, leurs cœurs de merde, leur faire esquiver l'Abattoir...mes livres pour ça. - Orgueilleux  ! qu'ils renaudent. Crèvent premier ! " (F1)

 

 

 

* " J'avais attendu devant la grille longtemps. Une grille qui faisait réfléchir, une de ces fontes vraiment géantes, une treille terrible de lances dressées comme ça en plein noir. L'ordre de route je l'avais dans la main... L'heure était dessus, écrite. Le factionnaire de guérite il avait poussé lui-même le portillon avec sa crosse. Il avait prévenu l'intérieur : - Brigadier ! C'est l'engagé ! - Qu'il entre ce con-là ! " (CP).

 

 

 

* " Gagner du temps... je pensais qu'à ça !... Arriver à la fin de la guerre sans être arrêté, ni pendu... gagner des jours... un de plus !... un de moins ! je me les comptais ! réchapper à cette charognerie !... Le reste ça irait bien tout seul... Plus de sentiments !... plus d'imprudence !... peinard, raisonnable !... Les complications j'en voulais plus !... J'avais plus vraiment la force... " (GB2). 

 

 

 

* " J'ai vu foncer sur nos malheurs toutes les tornades d'une Rose des vents, raffluer sur nos catastrophes, à la curée de nos résidus les Chinois, les Moldors, les Smyrnes, les Botriaques, les Marsupians, les Suisses glacieux, les Mascagâts, les Gros Berbères, les Vanutèdes, les Noirs-de-Monde, les Juifs de Lourdes, heureux, tout ça, bien régalés, reluis comme des folles ! A nous faire des misères abjectes et rien du tout pour nous défendre. " (GB1).

 

 

 

* " L' Angleterre alliée ? mes burnes ! Encore une fameuse balancelle ! Ils iront mollo je vous assure ce coup-ci... encore bien plus mou qu'à l'autre... Ils risquent bien davantage... Un an pour mobiliser... encore un an pour instruire... Nous serons déjà tous asticots quand débarqueront dans les Flandres les premiers invertis d'Oxford... " (BM).

 

 

* " Il déconnait à plein tube... " Cascade ! qu'il me fait, prends ma Pauline !... " Comme ça il me supplie !... Il me saisit tel quel !... " Tu me rendras service!... et puis Josette et ma Clémence ! " Ah ! du coup l'abus, j'étrangle ! " Co ? Co ? Comment ? que j'y fais... " Il me laisse pas finir... " J'embarque cette nuit ! Je rejoins le 22° à St Lô... " Il me poisse ... il m'étrangle !... A l'estomac !... Je peux pas lui refuser !... " (GB1).

 

 

* " Déjà notre paix hargneuse faisait dans la guerre même ses semences. On pouvait deviner ce qu'elle serait, cette hystérique, rien qu'à la voir s'agiter déjà dans la taverne de l'Olympia. En bas dans la longue cave-dancing louchante aux cent glaces, elle trépignait dans la poussière et le grand désespoir en musique négro-judéo-saxonne. " (VO).    

 

 

     LA MORT.

 

 

 * " J'ai cessé d'être écrivain, n'est-ce pas, pour devenir un chroniqueur. Alors j'ai mis ma peau sur la table, parce que, n'oubliez pas une chose, c'est que la grande inspiratrice, c'est la mort. Si vous ne mettez pas votre peau sur la table, vous n'avez rien. Il faut payer ! " (Interview avec Louis Pauwels et André Brissaud, Radio -Télévision Française, 1959).

 

 

 

 * " Un certain âge... 63 ans... vous avez plus qu'à dire : non ! ... non... et vous en aller ! ... courtoisie ! ... vous êtes en rab ! ... combien de fois on vous a désiré mort depuis soixante et trois ans ?... c'est pas à compter ! ... vous pouvez peut-être  qu'on vous tolère encore quelques mois... un printemps ?... deux ?... ah ! mais d'abord avant tout ! bourré ! riche ! ... riche !... essentiel ! ... et que vous vous montriez plein de cœur pour vos héritiers ! ... le véritable Père Noël ! ... que vous leur donniez par testament, certitude olographe, notariée, cachetée, enregistrée que tout est tout pour eux ! ... tout pour Lucien ! ... rien pour Camille ! ... et que vous vous sentez vraiment mal ! que vous allez pas en faire un autre ! bout de souffle que vous êtes ! ... bout de pipe ! ... bout de tout ! ... que vous pouvez pas traîner ! alors... alors... alors peut-être ?... on vous trouvera pas si tyran abject, effroyable rapace... pourtant l'unanime avis ! ... si ils vous forcent à vous lever ?... butez ! ... croulez ! ... faites venir le prêtre... l'extrême-onction fait un de ces bien aux personnes qui n'espèrent qu'en vous ! ... qu'en votre dernier souffle ! ... c'est effrayant ce qu'un agonique peut briser les nerfs des familles ! ... cette cruauté d'en pas finir !... le sadisme des " derniers moments " ! ... extrême-onction, partie remise ! ... ah, combien vous rendez de gens fous, agoniques gnangnans ! " (CA, folio, p. 147).

 

 

 

* " La grande défaite, en tout, c'est d'oublier, et surtout ce qui vous a fait crever, et de crever sans comprendre jamais jusqu'à quel point les hommes sont vaches. Quand on sera au bord du trou faudra pas faire les malins nous autres, mais faudra pas oublier non plus, faudra raconter tout sans changer un mot, de ce qu'on a vu de plus vicieux chez les hommes et puis poser sa chique et puis descendre. Ca suffit comme boulot pour une vie entière. " (VO).

 

 

* " ... elle ne pouvait plus rien dire. Elle étouffait, elle me retenait par la main... Le facteur est entré. Il l'a vu mourir. Un petit hoquet. C'est tout. Bien des gens sont venus chez elle autrefois pour me demander. Ils sont repartis loin, très loin dans l'oubli, se chercher une âme. Le facteur a ôté son képi. Je pourrais moi dire toute ma haine. Je sais. Je le ferai plus tard. S'ils ne reviennent pas. J'aime mieux raconter des histoires. J'en raconterai de telles qu'ils reviendront, exprès, pour me tuer, des quatre coins du monde. Alors ce sera fini et je serai bien content. " (MC).

 

 

* " ... On me l'avait dit, je le croyais pas... mais c'était vrai, elle était dans le sens du souvenir, d'où elle était venue, du Nord, du Danemark, le museau au nord, tourné nord... la chienne bien fidèle d'une façon, fidèle aux bois où elle fuguait, Korsör, là-haut... fidèle aussi à la vie atroce... les bois de Meudon lui disaient rien... elle est morte sur deux... trois petits râles... oh, très discrets... " (CA).

 

 

* " Décidément, je me découvrais beaucoup plus de goût à empêcher Bébert de mourir qu'un adulte. On n'est jamais très mécontent qu'un adulte s'en aille, ça fait toujours une vache de moins sur la terre, qu'on se dit, tandis que pour un enfant, c'est tout de même moins sûr. Il y a l'avenir. " (VO).

 

 

* " La Vérité c'est la mort !... J'ai lutté gentiment contre elle, tant que j'ai pu... cotillonnée, l'ai festoyée, rigodonnée, ravigotée et tant et plus !... enrubannée, émoustillée à la farandole tire-lire... Hélas ! je sais bien que tout casse, cède, flanche un moment... Je sais bien qu'un jour la main tombe, retombe, long du corps... J'ai vu ce geste mille et mille fois... l'ombre... le poids du mort !... " (GB2).

 

 

* " Bon !... Quand je me finirai je vais vous dire : c'est en pensant aux animaux, pas aux hommes ! à " Tête de Chou ", à " Nana ", à " Sarah " ma chatte qu'est partie un soir qu'on n'a jamais revue, aux chevaux de la ferme, aux animaux compagnons qu'ont souffert mille fois comme des hommes ! lapins, hiboux, merles ! passé tant d'hivers avec nous ! au bout du monde !... la mort me sera douce... j'aurai donné mon cœur à tous... je serai débarrassé de vos personnes, de vos affections, de vos mensonges !... Je veux pas que la mort me vienne des hommes, ils mentent trop ! Ils me donneraient pas l'infini ! " (F1).

 

 

 

* " ... juste sur le tas... Juste devant... Il était tout racorni le vieux... ratatiné dans son froc... Et puis alors c'était bien lui !... Mais la tête était qu'un massacre !... Il se l'était tout éclatée... Il avait presque plus de crâne... A bout portant quoi !... Il agrippait encore le flingue... Il l'étreignait dans ses bras... Le double canon lui rentrait à travers la bouche, lui traversait tout le cassis... " (MC).

 

 

* " Quand on a pas d'imagination, mourir c'est peu de choses, quand on en a, mourir c'est trop. " (VO).    

 

 

* " C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir. " (VO).

 

 

 

* " Elle m'a regardé bien fixement, mais encore aimablement Grand-mère... On m'avait dit de l'embrasser... Je m'appuyais déjà sur le lit... Elle m'a fait un geste que non... Elle a souri encore un peu... Elle a voulu me dire quelque chose... Ça lui râpait le fond de la gorge, ça finissait pas... Tout de même elle y est arrivée... le plus doucement qu'elle a pu... " Travaille bien mon petit Ferdinand ! " qu'elle a chuchoté... J'avais pas peur d'elle... On se comprenait au fond des choses... Après tout c'est vrai en somme, j'ai bien travaillé... ça regarde personne... " (MC). 

 

  

      LA  BANLIEUE .

 

* " Pauvre banlieue parisienne, paillassons devant la ville où chacun s'essuie les pieds, crache un bon coup, passe, qui songe à elle ? Personne. Abrutie d'usines, gavée d' épandages, dépecée, en loques, ce n'est plus qu'une terre sans âme, un camp de travail, maudit, où le sourire est inutile, la peine perdue, terne la souffrance, Paris " le cœur de la France ", quelle chanson ! quelle publicité ! La banlieue tout autour qui crève. " (BE).

 

 

* " La seule banlieue possible d'une ville de quatre millions d'habitants c'est la mer. La mer seule assez puissante, assez généreuse pour assainir quotidiennement ce terrible infernal ramassis, cet effrayant conglomérat de pourritures organiques, inhalantes, expirantes, chiatiques, fermenteuses, fébricilantes, virulogènes. " (BM).

 

 

* " La ville la plus malsaine du monde, la plus emboîtée, la plus encastrée, infestée, confinée, irrémédiable c'est Paris ! dans son carcan de collines. Un cul-de-sac pris dans un égout, tout mijotant de charognes, de millions de latrines, de torrents de mazout et pétrole bien brûlants, une gageure de pourriture, une catastrophe physiologique, préconçue, entretenue, enthousiaste. " (BM). 

 

 

 * La lumière du ciel, à Rancy, c'est la même qu'à Détroit, du jus de fumée qui trempe la plaine depuis Levallois. Un rebut de bâtisses tenues par des gadoues noires au sol. Les cheminées, des petites et des hautes, ça fait pareil de loin qu'au bord de la mer les gros piquets dans la vase. Là-dedans c'est nous. Faut avoir le courage des crabes aussi... " (VO).

 

 

 

         LE  RACISME .

 

 * " Je regimbe un petit peu ?... pas du tout !... mes idées racistes sont pour rien ! Tartuffes !... belle qu'elle existe plus la race blanche !... regardez Ben Youssef !... Mauriac ! Monnerville ! Jacob !... demain Coty !... pas de quoi fouetter un chat !... c'est le Voyage qui m'a fait tout le tort... mes pires haineux acharnés sont venus du Voyage... Personne m'a pardonné le Voyage... depuis le Voyage mon compte est bon !... encore je me serais appelé Vlazine... Vlazine Progrogrof... je serais né à Tarnopol-sur-Don... mais Courbevoie Seine !... Tarnopol-sur-Don j'aurais le Nobel depuis belle !... mais moi d'ici, même pas séphardim !... on ne sait où me foutre !... m'effacer mieux !... honte de honte !... quelle oubliette ? quels rats supplier ? La Vrounze aux Vrounzais !... " (CA, Gallimard, folio, p.76).

 

 

 * " Si nous n'avions affaire qu'aux juifs, cher Lestandi, si nuls, si grossiers, plagiaires myopes, si creux, si burlesques, tout serait simple, mais nous avons affaire aux aryens, surtout aux aryens, si vils, si veules, si dégénérés, si antiracistes, si maçons, si dégueulasses, si enjuivés. Ne l'oubliez jamais. Arracher un chien à son maître est œuvre douloureuse sous toutes les latitudes, je ne vois pas comment vous arracheriez le Français 1941 à son Juif. Le Français, et surtout la Française n'imaginent même pas leur existence sans Juifs. Il ne s'agit plus de sauver le Français, l'actuel Français est définitivement perdu, pourri, cadavérique, il s'agit de recréer du Français. Sous quelle mystique ? De quel enthousiasme ? Sous quel Dieu ? A votre santé, cher Lestandi ! Et bon courage ! et bien cordialement. Céline. " (A jean Lestandi " Au Pilori ", 30 oct.1941, Lettres Pléiade 2009).   

 

 

 * " Mon cher Confrère, / Je n'ai jamais été mêlé de près ou de loin à cette affaire des Enfants Terribles. Affaire que je n'aimais pas beaucoup dès le début parce que les cabales moralisatrices me dégoûtent en principe.(...) Mais d'autre part vous connaissez ma position - raciale si j'ose dire. Et s'il s'agit de racisme alors, je suis contre le Juif ou n'importe qui aveuglément. Raison de Race surpasse chez moi Raison d'Art ou Raison d'Amitié. Etes-vous mon cher Cocteau antisémite ? tout est là. Si vous l'êtes nom de dieu hurlez-le et cela se saura. Pas qu'un petit peu. Mais raciste aryen tout comme les Juifs sont avant tout à travers les balivernes d'art AVANT TOUT racistes militants juifs écraseurs et détrousseurs et tyrans d'aryens. Je suis vous le savez un élémentaire. Je refuse de m'engager dans les arabesques et les distinguos (juifs) les pièges dialectiques juifs. Je parle en condamné à mort. Etes-vous avec ou contre ceux qui vont me pendre ? Etes-vous d'avis que les Juifs sont responsables de la guerre et de l'état dans lequel nous nous trouvons ? Ceci est plus grave qu'une manifestation d'art, ceci nous intéresse aussi éternellement. Je hais les tièdes. " Je ne fais pas de politique. " La belle histoire ! Le puant alibi ! Tout est politique ! Etes-vous ami de Lecache ? Alors vous ne pouvez être le mien cher Cocteau. " (A Jean Cocteau, Nov.-Déc. 1941, Lettres Pléiade 2009).

 

 

 

 * Mon cher Confrère, / Vous oubliez toujours les juifs dans vos très brillants articles ! C'est une maladie chez vous, l'oubli des juifs. Ne cherchez pas plus longtemps ! Pourquoi toute cette casuistique ? Les Juifs sont plus puissants, Worms Rotschild plus évidents en zone libre qu'ici ! Voilà tout ! Leur tyrannie mieux affirmée - leur rage raciste mieux obéie par les légionnaires - la Légion vous le savez bien est à présent complètement juive - / A vous. / LF Céline. " (A Jean Luchaire, 1941, Lettres Pléiade, 2009).  

 

 

 

 * Quelle résistance un peu sérieuse ? Aucune, pardi ! Quelques grimaces... Tout tombe dans la main du Juif, par discorde et dénigrement. Il n'a qu'à saisir. On le prie. On le supplie. Pourtant, la tâche serait facile, enfantine, avec un peu de volonté... Volatiliser sa juiverie serait l'affaire d'une semaine pour une nation bien décidée. D'où détiennent-ils, ces fameux Juifs, tout leur pouvoir exorbitant ? Leur emprise totale ? Leur tyrannie indiscutée ? De quelque merveilleuse magie ?... de prodigieuse intelligence ? d'effarent bouleversant génie ?

   Que non ! Vous le savez bien ! Rien de plus balourd que le Juif, plus emprunté, gaffeur, plus sot, myope, chassieux, panard, imbécile à tous les arts, tous les degrés, tous les états, s'il n'est soutenu par sa clique, choyé, camouflé, conforté, à chaque seconde de sa vie ! Plus disgracieux, cafouilleux, rustre, risible, chaplinien, seul en piste ! Cela crève les yeux ! Oui, mais voilà ! et c'est le hic ! Le Juif n'est jamais seul en piste ! Un Juif, c'est toute la juiverie. Un Juif seul n'existe pas. Un termite : toute la termitière. Une punaise, toute la maison. " (A Jacques Doriot, mars 1942, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 

 * " On ne devrait déjà plus parler de la question juive ! C'est la question aryenne qui se pose ! Antisémite veut dire méchant et dégoûté. C'est aryen d'honneur que je voudrais être... " (A Pierre Constantini, 9 avril 1942, Lettres Pléiade 2009). 

 

 

 

 * " Pour l'amusement de la chose - imaginez les évènements à l'envers, que les Judéo Tartares soient ici - qu'au lieu de me débattre pour les aryens (c'est-à-dire pour des prunes) je me sois au 1/10e évertué pour les Juifs ! Ah ! quelle chanson ! quel hosannah ! quel triomphe et sans nuage ! sans la moindre moue, sans le plus subtil chichi ! Ah ! ceux-là m'auraient rendu hommage en bloc - en totalité - Je me trouverais en " néon " jusque dans l'écho des Halles, sur la tour Eiffel ! Ah ! ils ne se demanderaient pas ceux-là, tortillants insidieux casuistes si le fond vaut mieux que la forme !

    Voyez ce que les Juifs ont fait de Proust - l'Homère des invertis - et le Gide des petits garçons - du moment qu'ils chantaient bien juif - Pitié cher Ami ! pitié et dégoût - de tous ces chrétiens délavés qui foirent d'angoisse et de scrupules à la pensée de recommander l'un des leurs ! Ah ! vive Lecache cher Ami, vive les Juifs ! Je vous le disais encore ! A bas les larves chrétiennes tatillonnes, molles baveuses d'envie - Vive le Talmud qui dit bien de nous, race de chiens couchants, tout ce qu'il faut penser. " (A Alphonse de Chateaubriant, février 1943, Lettres Pléiade, 2009).   

   

 

        L' ÉMOTION .

 

 

 * " Dans les Ecritures, il est écrit : " Au commencement était le Verbe. " Non ! Au commencement était l'émotion. Le Verbe est venu ensuite pour remplacer l'émotion, comme le trot remplace le galop, alors que la loi naturelle du cheval est le galop ; on lui fait avoir le trot. On a sorti l'homme de la poésie émotive pour le faire entrer dans la dialectique, c'est-à-dire le bafouillage, n'est-ce pas ? " (L.F. Céline vous parle, 1957).

 

 

 * " Mon cher Brasillach, / A vous je vais vous dire - et vous me comprendrez tout de suite. Il me semblait avant le Voyage, observant (par comparaison) le trafic de la rue, si incohérent - ces voitures, ces gens qui se butent, culbutent, se battent pour avancer, tout ce zigzag, cette incohérence des démarches absurdes et si gaspilleuses, si imbéciles, qu'il devrait y avoir tel le métro un chemin plus net, plus intime pour se rendre en un point sans tout ce gaspillage, sans toute cette fastidieuse incohérence - dans la façon aussi de raconter des histoires.

   Je vous énonce ainsi la difficulté simplement : passer dans l'intimité même du langage, à l'intérieur de l'émotion et du langage, à l'aveugle pour ainsi dire comme le métro sans se préoccuper des fastidieux incidents de l'extérieur. Une fois lancé de la sorte, arriver au bout d'émotion en émotion - au plus près toujours, au plus court, au plus juste, par le rythme et une sorte de musique intime une fois choisi, à l'économie, en évitant tout ce qui retombe dans l'objectif - le descriptif - et toujours dans la transposition. Le rythme me donne mes rails - et je n'en sors jamais. Je ne sors jamais de l'émotion non plus... " (A Robert Brasillach, le 28 sept.1943, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 

 * " Parfois, ça me remonte à la gorge. Je ne suis pas si carne qu'on croit. J'ai honte de ne pas être plus riche en cœur et en tout. Un mufle impuissant que je suis. Ca fait une boule la tendresse, pas facile à passer. Je juge peut-être les hommes plus vaches, plus bas, qu'ils ne sont vraiment mais ils sont si méchants. On ne peut pas leur faire confiance, ils vous bouffent tout cru. J'ai été con toute ma vie. J'ai cru ceci, j'ai cru cela. Ah ! oui. Tous tordus qu'ils sont et ils vous crachent à la gueule quand vous vous approchez trop. Viciards avec ça !... Maintenant, je m'en fous... ils ne m'ont pas écouté, ils m'ont vomi, volé, spolié, fait le plus de mal possible... La mort qui est au bout, seule compte... Pour moi, quand elle viendra, je lui dirai que je suis bien content... Salut la compagnie ! Vous crèverez tous, comme moi, dans la barque à Caron...

 J'ai eu, moi aussi, des raisons de vivre. Vous comprenez... je suis lyrique... la petite musique... l'émotion... les fariboles du cœur et puis, ah ! oui... la médecine. La médecine... un objet sur l'humain qu'on peut fignoler toute une vie... Pas la littérature... la vie ! Vous comprenez ? La vie... Ah ! j'ai été bien servi, merci ; ça oui, vraiment, du bon et puis beaucoup de mauvais... Ça aussi me remonte à la gorge... La condition humaine, c'est la souffrance, n'est-ce pas, je n'aime pas la souffrance ni pour moi, ni pour les autres... Vous comprenez ?... " (BRI)

 

 

      

 * " Ah ! que je fais : toi ! on s'embrasse... je t'embrasse. J'aurais voulu que vous l'entendiez ! ça venait du cœur... tout de suite au but ! comme pressée de ce qu'elle voulait me dire... elle était au courant un peu... enfin le principal. - Ah, tu serais resté avec nous !... Elle évoquait Londres fin 17... - Tu vois Louis... tu vois !... Les reproches... et les larmes... mon nom intime : Louis.
 - Janine serait pas morte !
  ( F1).

 

 

 

* " Le moment du départ arriva. Nous allâmes un soir vers la gare un peu avant l'heure où elle rentrait à la maison... Le train est entré en gare. Je n'étais plus très sûr de mon aventure quand j'ai vu la machine. Je l'ai embrassée Molly avec tout ce que j'avais encore de courage dans la carcasse. J'avais de la peine, de la vraie, pour une fois, pour tout le monde, pour moi, pour elle, pour tous les hommes. " (VO).

 

 

 

* " ... Je l'ai vue rire, moi, sur des dentelles, sur les " Malines ", les " Bruges ", des finesses araignées, des petits nœuds, des raccords, ma mère, surfils, qu'elle se crevait les yeux... ça devenait des dessus de lit immenses, de ces Paradis à coquettes, de ces gracieusetés de dessin... de ces filigranes de joliesse... que personne maintenant comprend plus ! c'est en allé avec l'Epoque... c'était trop léger... la Belle !... " (F1).

 

 

 

* " C'est une autre onde beaucoup plus subtile que " braquemard, amur et ton cœur "... mystère féminin... c'est une sorte de musique de fond... oh ! pas captable comme ci !... comme ça !... Mme Bonnard, la seule malade que j'aie perdue avait cette finesse, dentelle d'ondes... comme elle disait bien du Bellay... Charles d'Orléans... Louise Labé... j'ai failli avec elle comprendre certaines ondes... mes romans seraient tout autres... elle est partie... " (CA).

 

 

 

* " C'était pas d'hier nos adieux... Je les avait quittées Leicester Square... abandonnées sa sœur et elle... Je vois encore l'arbre, le banc, les fleurs... les piafs, les myosotis, les géraniums... C'est en plein Londres vous connaissez ?... en détresse là, orphelines d'hommes... Je suis pas artiste mais j'ai la mémoire des fleurs... Je les vois... la pelouse... et le pourtour aussi, le trafic... les monstres autobus écarlates... tout tourne !... et la musique !... c'est des filigranes la vie, ce qu'est écrit net c'est pas grand' chose, c'est la transparence qui compte... la dentelle du Temps comme on dit. " (F1).

 

 

 

* " ... J'ai l'oreille, voilà !... Tous les vagissements me passionnent... pensez, des années à Tarnier !... Brindeau, Lantuéjoul... les premiers cris... le premier cri !... Tout gras et glaires... mon affaire !... les toutes petites tronches, écarlates, bleues, strangulées déjà !... si j'ai aidé des êtres à naître !... Comme ils arrivent !... Vous me remettez dans les souvenirs !... " Poussez, ma petite dame ! Poussez !... " J'ai entendu bien des cris... Je suis un homme d'oreille... mais le duo d'accouchement maman le petit gniasse, voilà un accord à se souvenir... la maman juste fini de crier le môme reprend... " (F1).

 

 

 

* " Evidemment Alcide évoluait dans le sublime à son aise et pour ainsi dire familièrement, il tutoyait les anges, ce garçon, et il n'avait l'air de rien. Il offrait à cette petite fille lointaine assez de tendresse pour refaire un monde entier et cela ne se voyait pas. Il s'endormit d'un coup, à la lueur de la bougie. Il avait l'air bien ordinaire. Ça serait pourtant pas si bête s'il y avait quelque chose pour distinguer les bons des méchants. " (VO).

 

 

* " Et puis Bébert, autre innocent, mon chat... Vous direz un chat c'est une peau ! Pas du tout ! Un chat, c'est l'ensorcellement même, le tact en ondes... c'est tout en " brrrt ", " brrrt " de paroles... " (F1).

 

 

 

* " Tout s'éclaire ! Il comprend ! Ciel ! Une sirène à bord !... Damnation !... Il implore Pryntyl si hardie ! qu'elle ne bouge pas ! ne parle ! ne chante surtout ! Il implore le silence !... Qu'elle se blotisse mieux encore... jusqu'au soir !... elle plongera le soir venu !... rejoindra ses sœurs !... sans scandale !... C'est promis !... Ils s'embrassent... Oh ! si jamais le Kapitaine Krog s'apercevait... découvrait une sirène à bord !... Tout serait perdu !... " (SC).

 

 

 

* "... les Champs-Elysées... mais alors, quatre fois plus larges, inondés d'eau pâle... la Néva... Elle s'étend encore... toujours là-bas... vers le large livide... le ciel... la mer... encore plus loin... l'estuaire tout au bout... à l'infini... la mer qui monte vers nous... vers la ville... Elle tient toute la ville dans sa main la mer !... diaphane, fantastique, tendue... à bout de bras... tout le long des rives... toute la ville, un bras de force... des palais... encore d'autres palais... Rectangles durs... à coupoles... " (BM).

 

 

 

      LA  VÉRITÉ .

 

 

 * " Comme ça ses mots du soupirail...
  - Sans cœur ! qu'il me traite...
    Il essaye tout !
  - Retourne en France !
  Il me lancine au mal du pays !... et pensez si j'en suis atteint !... si j'en ai un chagrin d'être loin !... de plus avoir la jacasserie, la vacherie, là, autour, des miens, banlieue, sacripants, chnoks, pelures, macs, donneuses... ah, chère Estrême !
  Le chagrin pire que le mal aux os, que le cul qui colle, les dents qui barrent, la viande qui fond, les yeux qui suintent, les trains en panne sous les tunnels qui sifflent et sifflent : le mal natal ! le pire que tout ! " (F1)

 

 

 * " C'est dégoûtant d'écrire sur soi-même, moi, moi, moi ; et se faire sympathique ce serait plus dégoûtant encore, il vaut mieux se présenter au public sous un jour ignoble. Il faut que le caractère soit plus vrai que lui-même. " (Interview avec Olga Obry, Le Phare-Dimanche, 1957).

 

 

 * " Les jouisseurs n'ont pas besoin d'écrire. Poser une semblable question à un écrivain ! On écrit parce qu'on est malheureux. Votre monde dévore tout le reste. Vous êtes seul. Et soutenu par le style. Les poètes n'ont pas de vie intérieure. Les écrivains sont en général des bafouilleurs. " (Réponse à l'enquête de Tel Quel : Pensez-vous avoir un don d'écrivain ?, 1960).

 

 

 * " Pourquoi j'écris ? Je vais vous le dire : pour rendre les autres illisibles... " (Interview avec Pierre Audinet, Les nouvelles littéraires, 1960).

 

 

 * " La vérité, là, tout simplement, la librairie souffre d'une très grave crise de mévente. Allez pas croire un seul zéro de tous ces prétendus tirages à 100 000 ! 40 000 !... et même 400 exemplaires !... attrape-gogos ! Alas !... Alas !... seule la " presse du cœur "... et encore !... se défend pas trop mal... et un peu la " série noire "... et la " blème "... En vérité, on ne vend plus rien...

    C'est grave ! le Cinéma, la télévision, les articles de ménage, le scooter, l'auto à 2,4,6 chevaux, font un tort énorme au livre... tout " vente à tempérament ", vous pensez ! et " les week-ends " !... et ces bonnes vacances bi ! trimestrielles !... et les Croisières Lololulu !... salut, petits budgets !... voyez dettes !... plus un fifrelin disponible !... alors n'est-ce pas, acheter un livre !... " (EY).

 

 

 

 * " Brottin lui c'est l'insensible !... que j'aie pas été fusillé et que je vienne me plaindre ! ah ! le culot !... les bras lui tombent... si je pouvais lui dire ce que je pense  !... que ce qui m'intéresse c'est qu'ils se battent, s'écorchent, au finish !... qu'ils se dépiautent les carotides !... si je me retiens pas d'y dire tout... c'est pour les chiens, les oiseaux... que je le ménage ! pour nous aussi !... on parle toujours trop... la nouille !... nouille, d'abord ! et le carbi et le gaz !... je l'aurais traité comme je pensais je l'aurais plus revu ! " (CA, folio, Gallimard, p.52).

 

 

 

 * " Ça peut se lire en métro - c'est notre but au fond à tous aux temps d'aujourd'hui, d'être lisible dans le métro. Comme les digest. Si on vise la Banlieue, les trains, on peut taper déjà dans la grande littérature exiger de l'attention. Mais c'est bien prétentieux de notre part écrivains français. Les Banlieusards veulent de l'américain ne bandent qu'à l'américain. C'est-à-dire de l'Eugène Sue-Sioux ! dénaturé, dénaturalisé, maupassantisé, zolatisé... Mais du moment que ça leur vient du Carthage Atomique ! Ils avalent toutes les merdes pourvu qu'on les présente en chewing-gums ! Et quand je pense que n'importe quelles " 3 pages " de Tallemant sont infiniment plus valables et marrantes ! Mais les dénaturés ! ils savent plus comment faire marcher leur tête... comme les pieds-bots les chaussures normales ils pensent qu'on se fout d'eux - Ton vieux. / LFC. " (A Albert Paraz, 30 nov.1949, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 * " Breton, je suis mystique, messianique, fanatique tout naturellement - sans effort, absurde. J'ai été élevé tout naturellement en catholique =  baptême , première communion, mariage à l'église etc. (comme 38 millions de Français !) La foi ? hum ! c'est autre chose. Comme Renan hélas, comme Chateaubriand, en désespoir... Pire, je suis médecin - Et puis païen par mon adoration absolue pour la beauté physique, pour la santé. Je hais la maladie, la pénitence, le morbide - Grec à cet égard totalement - J'adule l'enfance saine. Je m'en pâme - Je tomberais facilement éperdument amoureux, je dis amoureux - d'une petite fille de 4 ans en pleine grâce et beauté blonde et santé. Je hais la boisson, la fumée, les toxiques. Je comprends je crois l'enthousiasme des Grecs. " (A Milton Hindus, 23 août 1947, Lettres Pléiade, 2009).  

 

 

 * " Tout est là. Dès la parution du Voyage je devins l'objet de toutes les sollicitations et amabilités des divers partis politiques, qui m'offraient évidemment dans leurs rangs les places les plus flatteuses et les plus éminentes. Le parti communiste à cet égard se montra particulièrement pressant. Mon style dynamique, ma truculence, ma force pour tout dire, me désignaient au remplacement d'Henri Barbusse déjà très malade à l'époque. Le Voyage au bout de la nuit dès sa parution fut traduit aux soviets à plusieurs cent mille exemplaires (alors qu'il était interdit par Hitler).

    Ces faits ne sont pas oubliés par le Parti communiste en France. Le P. communiste possède une mémoire remarquable ; il n'est pas tendre pour les écrivains qui ont décliné d'avance et féroce pour ceux qui ont publiquement dénigré son système. C'est mon cas avec Mea culpa. Or le P. communiste forme l'aile marchante, active du Gouvernement français actuel. On ne lui refuse rien. Je n'ai pas besoin d'en dire davantage. " (A Thorvald Mikkelsen, 5 mars 1946, Lettres Pléiade, 2009).   

 

 

 * " Les articles sont excellents ils donnent envie d'y aller voir. C'est tout ce qu'il faut demander aux critiques - Ils ne disent jamais que des sottises. Ils esquivent l'effort par le cancan et le menu chantage - Journalistes avant tout - ce sont des papoteurs - Vous vous habituez vite à ne jamais rien lire que sous cet angle. Mais ce qu'ils écrivent là est encore beaucoup trop favorable. Je voudrais bien que qu'autre (sic) se décide à me couvrir de crachats - cette modération relative est banale. C'est un ton qui s'oublie trop vite, la foule est sadique et lâche et envieuse et destructrice. Il faut lui donner des sensations de sac et de pillage et d'écrabouillage - autrement elle ne marche pas. " (Lettre à Marie Canavaggia, Londres 20 mai 1936, Lettres Pléiade 2009).

 

 

* " Corniauds vous avez tout gaffé ! vous avez pas traqué le vrai monstre ! le Céline, bouzeux il s'en fout ! Même que vous seriez plus hanteurs tracassiers, assoiffés, mille fois, que toute l'espèce d'Afrique, d'Asie, chacals, Amérique réunis, condors et dragons, il s'en gode ! C'est le Docteur Destouches qu'est sensible ! Vous y auriez effleuré le Diplôme, c'était du finish et la mort ! " (F1).

 

 

* " C'est l'âge aussi qui vient peut-être, le traître, et nous menace du pire. On n'a plus beaucoup de musique en soi pour faire danser la vie, voilà. Toute la jeunesse est allée mourir déjà au bout du monde dans le silence de vérité. Et où aller dehors, je vous le demande, dès qu'on n'a plus en soi la somme suffisante de délire ? La vérité c'est une agonie qui n'en finit pas. La vérité de ce monde c'est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n'ai jamais pu me tuer moi. " (VO).

 

 

* " Dieu si la France, je note, la plus lumineuse, la plus humaine, la plus généreuse des patries, gode pour les Droits de l'homme, si elle reçoit tant qu'elle peut tous les persécutés du monde, couleurs, sectes, races, dans ses jardins, dans ses basses-cours, ses facultés  et son lit !..." Vous avez bien un petit Valaque qui a été giflé et qui souffre ? Envoyez, envoyez !... Un sorcier paoin qui a pas digéré le missionnaire, mal cuit, trop barbu... Envoyez, envoyez... " (VM).

 

 

* " Et puis la tourmente apaisée, les grandes espérances ensevelies pour quelques siècles encore, chacune de ces furies partie " sujette " pour la Bastille en revint " citoyenne " et retourna vers ses petitesses, épiant son voisin, abreuvant son cheval, cuvant ses vices et ses vertus dans le sac de peau pâle que le Bon Dieu nous a donné. En 93, on fit les frais d'un Roi. " (SE).

 

 

* " Comment le plus infime crétin, le canard le plus rebutant, la plus désespérante donzelle, peuvent-ils se muer en dieux ?... déesse ?... recueillir plus d'âmes en un jour que Jésus-Christ en deux mille ans ?... Publicité ! " (BM).

 

 

* " C'est alors qu'on se déboutonne éperdument et que la saloperie triomphe et nous recouvre entiers. C'est l'aveu biologique. Dès que le travail et le froid ne nous astreignent plus, relâchant un moment leur étau, on peut apercevoir des blancs, ce qu'on découvre du gai rivage, une fois que la mer s'en retire : la vérité, mares lourdement puantes, les crabes, la charogne et l'étron. " (VO).

 

 

* " Je suis de ces auteurs qu'ont du souffle, du répondant, du biscoto. J'emmerde le genre humain à cause de mon répondant terrible, de ma paire de burnes fantastiques (et bordel de dieu je le prouve !). Je jute, je conclus, je triomphe, je trempe la page de plein génie... De vous à moi, entre copains, c'est ce qu'on me pardonne pas du tout, à la ronde, ce qu'on me pardonnera jamais, jamais, la façon que je termine, que j'achève les entreprises, que je vais au pied comme une reine, à tous les coups. " (EC).

 

 

* " Je m'arrange Karen. Je triche un peu - mais quand je sens le vrai danger, je brise net - durement, brutalement. Poésie d'abord Karen et poésie c'est continuité d'une histoire qui va si possible de l'enfance à la mort. Pour ma part je n'ai jamais coupé le fil, jamais. Je ne suis pas moderne, je ne suis pas raté. J'ai gardé dieu merci, le sens des valeurs profondes. " (CC5).

 

 

* " Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien, comme le mal, se paie tôt ou tard. Le bien c'est plus cher, forcément. " (SE).

 

 

* " La supériorité pratique des grandes religions chrétiennes c'est qu'elles doraient pas la pilule. Elles essayaient pas d'étourdir, elles cherchaient pas l'électeur, elles saisissaient l'homme au berceau et lui cassaient le morceau d'autor. Elles le rencardaient sans ambages : " Toi petit putricule informe, tu seras jamais qu'une ordure... De naissance tu n'es que merde... Cependant, peut-être... que t'as encore une petite chance de te faire pardonner d'être tellement immonde, excrémentiel, incroyable... C'est de faire bonne mine à toutes les peines, épreuves, misères et tortures de ta brève ou longue existence. " (MEA).

 

 

* " Le moindre obstrué trou du cul se voit Jupiter dans la glace. Voilà le grand miracle moderne. " (MEA).

 

 

* " Je viens d'avoir 67 ans, ma peau de chagrin bien racornie, je devrais être claboté depuis belle, j'ai tout fait pour... applaudissez !... je me dirais : j'emmerde bien du monde, ça serait une bonne raison de rester, mais même pas !... de temps en temps un coup de téléphone, quelques curieux... C'est pas vous des fois, autrefois, qu'avez écrit ceci... cela... sous le nom de Céline ? Je réponds rien, je raccroche... " (RI).

 

 

* " Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches et j'ai ma dignité moi ! " (VO).

 

 

* " Nous sommes environnés de pays entiers d'abrutis anaphylactiques le moindre choc les précipite dans les convulsions meurtrières à n'en plus finir. Nous voici parvenus au bout de vingt siècles de haute civilisation et, cependant, aucun régime ne résisterait à deux mois de vérité. Je veux dire la société marxiste aussi bien que nos sociétés bourgeoises et fascistes. " (HAZ).

 

* " Depuis 7 ans que le Poteau m'attend... Poteau-sur-Seine - pour moi la Ville... la France... Et je suis né à Courbevoie tu le sais ! 1894... au mois de mai  ma jolie... et grelotter à 47 ans ! en Baltique. Même que Lucette plus vicieuse que moi y prend encore 2 bains par jour - à travers la glace, trésor ! Le tempérament des femmes m'a toujours étonné - Quel brasier là-dedans ! J'ai tout tu sais, le Cirque - la Danseuse - la chienne - 12 chats... la Ménagerie ! même un hérisson ! - et 30 ou 40 mésanges. " (LMB). 

 

 

* " L'art n'est que Race et Patrie ! Voici le roc où construire ! Roc et nuages en vérité, paysage d'âme. " (BD)

 

 

* " Ces perpétuelles grimaces qu'il faut faire pour se justifier de crimes dont on est absolument innocent. Se sentir méprisé par des gens dont on a voulu précisément sauver l'existence ! Alors que l'on a tout perdu par eux pour leur bien. Il faut encore faire l'imbécile la comédie pour être toléré, vaguement autorisé à pourrir en prison. Tout cela est vraiment trop inique, trop imbécile, trop grotesque. Il est vrai je lis dans Plutarque qu'il en a c'est exact toujours été ainsi - infailliblement. S'occuper des hommes ! Quelle monstrueuse sottise ! " (LDP).  

 

 

       LES  JUIFS . 

 

 * Céline remarquait peu de temps avant sa mort : " Ils me donnent l'impression des petits chats - qui secouent, lancent en l'air des bouts de viande morte pour les rendre vivants, ainsi font-ils des soi - disants antisémites ! pauvre clique de héros mille fois trépassés, il leur faut des antisémites ! ils en tirent profits, places, journaux. " (Nicole Debrie, BC n°90, fév. 1990).

 

 

 * " Jacques D'ARRIBEHAUDE -  

  - Et l'antisémitisme s'est greffé chez vous sur cette prise de conscience ? 

  - LFC : Ah, ben, là, j'ai vu un autre exploitant. A la Société des Nations, là, j'ai bien vu que c'est par là que ça se goupillait. Et plus tard, à Clichy, dans la politique, j'ai vu... tiens il y a une espèce de morpion, là... j'ai vu tout ce qu'il fallait... Oui, oui, oui... " (interview)

 

 

    

* " J'ai rien de spécial contre les Juifs en tant que juifs, je veux dire simplement truands comme tout le monde, bipèdes à la quête de leur soupe... Ils me gênent pas du tout. Un Juif ça vaut peut-être un Breton, sur le tas, à égalité, un Auvergnat, un franc-canaque, un " enfant de Marie "... C'est possible... Mais c'est contre le racisme juif que je me révolte, que je suis méchant, que je bouille, ça jusqu'au tréfonds de mon benouze !... Je vocifère ! Je tonitrue ! Ils hurlent bien eux aux racistes ! Ils arrêtent jamais ! " (BM).

 

 

* " Pas de fainéants dans la famille. A 71 ans, j'emmerderai encore les Juifs, et les maçons, et les éditeurs, et Hitler par dessus le marché, s'il me provoque. Qu'on se le dise. " ( EC).

 

* " J'en voulais aux Juifs de nous lancer dans une guerre perdue d'avance. Je n'ai jamais désiré la mort du Juif ou des Juifs. Je voulais simplement qu'ils freinent leur hystérie et ne nous poussent pas à l'abattoir. L'hystérie est le vice du Juif, mais au moins il est une idée une passion messianique, leur excuse. L'aryen est une tirelire et une panse - et une légion d'Honneur. " ( CC6).

 

* " On joue avec grande canaillerie sur le sens de mes pamphlets. On s'acharne à me vouloir considérer comme un massacreur de juifs. Je suis un préservateur patriote acharné de français et d'aryens - et en même temps d'ailleurs de juifs ! Je n'ai pas voulu Auchwitz, Buchenwald. Foutre ! Baste ! Je savais bien que déclarant la guerre on irait automatiquement à ces effroyables " Petioteries " ! ... " (NRF).

 

* " Popol : " ... les Juifs, c'est mariole, mon pote, tu seras détruit calamiteux ver de vase Ferdinand ! ... avant que t'ayes dit ouf ! ... Ils te feront repasser... pas eux-mêmes ! ... mais par tes propres frères de race... Je te le prédis ! ... " (BM).

 

 

* " C'est pas du tout une question de race. C'est une question de classe. Tout le monde sait ça... Le Juif est l'ami de l'ouvrier, démocrate, ami du progrès, partisan de l'instruction publique, du suffrage des femmes. C'est ça qui compte ! C'est autre chose que du cagoulard. Un ami de la liberté ! C'est un persécuté le Juif, un homme qui souffre pour sa religion ! Une victime des dictatures ! " (BD).

 

 

* " Vous allez recevoir un de ces prochains jours, la copie du procès officiel de mon interrogatoire. Le document vaut la peine. Quelle farce ! A croire que le Parquet est aux mains d'ivrognes délirants - Il faut dire que mon Procureur s'appelle Zouman ! Tout un programme, un pogrom ! " (LMC).

 

 

* " Je n'ai qu'en foutre - la seule bonne nouvelle serait que je sorte. Mais je suis encore là je le sens pour des années. Les Juifs font sauter les Anglais en Palestine ils ont bien raison. Vive les Juifs ! Personne ne peut les remplacer. Plus je vais plus je les respecte et les aime. Il y a 500 millions d'aryens en Europe s'en est-il levé un seul pour demander qu'on me libère ! Vive les Juifs la prochaine fois que je voudrai me sacrifier je le ferai pour les Juifs. Je ne donnerai plus de perles aux cochons. " (LDP).

 

 

* " J'entends comme ça à la radio le mal qu'ils se donnent à Tel-Aviv pour accueillir leurs braves frères juifs qui leur arrivent de partout, de Patagonie en Alaska, de Montreuil à Capetown, tous si persécutés, pantelants, héros du travail, du défrichage, du marteau, de la banque et faucille... le mal qu'ils se donnent à Tel-Aviv pour recevoir leurs frères dispersés ! Comités affectueux d'accueil, larmes à gogo, gerbes d'azalées, dons en nature, espèces, orphéons, baisers (...) Je dis que ce pays d'Israël est bien une vraie patrie d'accueil et que la mienne est toute charognerie... parole d'engagé volontaire, mutilé 75 % médaille militaire et tout... " (RI).

 

 

        LE  RIRE .

 

 

 * " Achetez-le, vous ! et hurlez !... mais regardez un peu les autours si c'est pas trop haineux, jaloux... à tous risques : " Il va crever ! " vous ajoutez... " Il est agonique mais marrant ! C'est le marrant du Siècle !... pas du demi !... faible le " demi-siècle "!... c'est comme " demi-dieu "... c'est rien !... parlez pas de génie !... c'est plein les rues les génies !... ça me ferait du tort !... " Achetez-le ! " c'est tout... bref ! net ! ma gratitude vous est acquise... le trèpe se rue sur les " Librairies "... emporte les grossistes d'assaut ! Je reboume !... ma fesse cicatrise et mon coude !... Féerie !... Féerie !... mon névrome ?... j'admets... le hic !... mais Tailhefer m'opère... je reprends un " état général "... je revois clair on me sort de ma fosse, on m'adule... je m'achète un vélo, un cottage, une bonne pour ouvrir la porte... je pars plus en Sibérie du tout !... je me rétablis praticien sur la Côte d'Emeraude ! et vous me pouvez tout d'un seul mot : " Il désopile " ! tant pis pour Montandon, sa balle, son cancer, Clamart-les-Asies, foultra ! Toundras ! Fulda ! flûte ! Zazov ! qu'il y reste ! (F1)

 

 

 * " Achille Brottin me l'a dit l'autre soir : " Faites rire ! vous saviez, vous savez plus ?... " il était surpris ! tout le monde a ses petits ennuis ! vous n'êtes pas le seul ! ... j'ai les miens, allez ! ... si vous aviez perdu comme moi cent treize millions sur la de Beers ! si vous aviez " avancé " deux cents millions à vos auteurs ! vous auriez un peu d'autres soucis ! tout le monde a les siens ! cent treize millions sur la de Beers ! ... quarante-sept millions sur le Suez ! et écoutez ! ... en deux séances ! et quatorze millions sur les " Croix " ! ... qu'il a fallu que je porte moi-même ! à mon âge ! à Genève ! les " croix " à l'acheteur ! ... heureusement que mon fils m'aidait ! ... quatorze millions en " 20 francs suisses ! ... " vous vous rendez compte ? " (CA, folio, p.21).

 

 

 * " Ah si j'avais joué communiste - au lieu d'aller me faire martyriser à défendre très gratuitement ces charognes d'archi canailles bourgeoises - si l'on viendrait m'en offrir, et à l'œil, des châteaux sur l'Oder ! (Le Saint-Esprit et les Cosaques !) Bloy - Bolorée Hertz Boyer viendraient me chercher en train spécial ! Le Préfet me porterait mes bagages ! Ils me prieraient d'honorer leurs filles ! " (A Augustin Tuset, fin août 1951, Lettres Pléiade 2009).

 

 

 * Vive les Juifs ! vive les nègres ! vive les Papous ! et vive la Lune ! moi je suis sur les gradins - Que les autres se déchirent étripent dilacèrent, entrebouffent ! Je regarde j'applaudirai les plus vaillants ! Je compterai les tonnes de viandes à saler ! Sans compter qu'au fond tu vois que tout est simple. La Bourgeoisie a fait un Pacte avec le diable américain pour avoir les Dollars. Le Populo a fait un pacte avec le diable russe pour avoir les Soviets - à présent les deux diables présentent leurs notes - et les bombes ! " (A Jean-Gabriel Daragnès, 23 sept.1949, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 * " Tosi m'écrit à l'instant une lettre cafouilleuse, amphigourique - C'est d'avoine dont j'ai besoin point de littérature. J'en vends ! Votre bien amical et reconnaissant. LF Céline. " (A Albert Naud, 21 déc.1947, Lettres Pléiade,2009). 

 

 

 * " Mon monde à moi est défunt  - parmi les défunts - Je ne vois dans le réel qu'une effroyable, cosmique, fastidieuse méchanceté - une pullulation de dingues rabâcheurs de haine, de menaces, de slogans énormément ennuyeux. C'est ça une décadence  ? Qu'ils ont dû s'embêter à Byzance ! on comprend qu'ils s'y soient tant enculés les pauvres Bougres ! " (A Albert Paraz, 23-1-48, Lettres Pléiade, 2009).   

 

 

 * J'ai connu aussi Laval à Sigmaringen. Je ne l'aimais pas. Il ne m'aimait pas, de longue date. Et puis à son contact (je l'ai soigné), je me suis pris de sympathie pour lui. Il avait deux vertus, admirables à mes yeux. Il était ennemi absolu de toute violence - ghandiste à cet égard - et très patriote, fanatique sur ce point, comme moi - En rigolant ensemble je lui demandais toujours (s'il revenait au pouvoir (??!!!) de me faire nommer gouverneur de St Pierre et Miquelon - ma seule ambition terrestre. Il me promettait toujours d'étudier la chose... " (A Albert Naud, 9 sept.1947, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 * " Les érections " pures " sont-elles seules prolifiques ? Alors, il faudrait vivement faire saillir les curés et les ministres si peu portés sur la famille et si prédicants en tous lieux. La France bande peu en vérité, elle est chiche et prudente de sperme comme du reste, mais elle boit sec effroyablement. Péguchet va-t-il s'attaquer aux débits, nos rois innombrables ? Point si brave, le cafard ! Sus à l'écrivain ! Que risque-t-il ? Rien ! Que les ovations des multitudes toujours destructrices, parfaitement hypocrites et mufles. Et la Grand-Croix ! " (Lettre au " Merle ", 14 juillet 1939, Lettres Pléiade 2009).

   

 * " Je donnerais volontiers aux flammes toutes les cathédrales du monde si cela pouvait apaiser la Bête et faire signer la paix demain. Deux mille années de prières inutiles, je trouve que c'est beaucoup. Un peu d'action ! Demain l'on fera sans doute une architecture en trous ! pas de flèches ! Les leçons de la guerre auront porté. Par terreur des bombes, nos descendants vivront sans doute dans le Tous à l'égout. Ainsi soit-il ! " (Au journal " La Gerbe ", 22 juin 1944, Lettres Pléiade, 2009)  

 

 

* " Des aveugles ! Et le petit, tu le vois bien aussi ? Le chétif ! L'infirme !... Cet avorton de radis ?... C'est pourtant bien simple un radis ?... Non, c'est pas simple ?... Tiens, tu me désarmes !... Et un radis très gros, Ferdinand ?... Suppose un énorme radis !... Tiens, gros comme ta tête !... Suppose que je le gonfle ainsi, à coups de bouffées telluriques, moi ! ce tout petit ridicule !... Alors ?... Hein ?... Comme un vrai ballon !... Ah ? et que j'en fasse comme ça cent mille !... des radis ! " (MC).

 

* " Il rengueulait Kerdoncuf, ça servait pas à grand chose. Il se connaissait plus de colère. Il a eu beau enlever son casque pour que la flotte lui trempe la tête, il bouillait de rage... il en rejetait des vapeurs avec des tonnerres de jurons. Le mot venait pas quand même, y avait rien à faire. " (CP).

 

 

* " Claben avec les clients je l'ai dit il parlait pas beaucoup... mais il gafait longuement l'article, il l'examinait en détail... il louchait sur le fin " contrôle "... il se rapprochait d'encore plus près avec sa grosse loupe... ça y appuyait sur les bajoues, la panne lui remontait aux oreilles, tellement qu'il pressait sur sa loupe... si passionnément... Il en oubliait son asthme... Il reprenait encore une autre loupe... une encore plus grosse... une énorme... " (GB1).

 

 

* " C'est toujours la croix, la bannière, pour avoir quelqu'un chez Gaston... ils partent en cure où ils en reviennent... si ils en reviennent ils ont tellement des lettres en retard qu'ils sont des mois à répondre... dicter, redicter... une fois mis les lettres sous enveloppes, collé les timbres, ils sont à bout, sur le flanc... ils repartent en cure... " (EY).

 

 

* " A chaque plongée l'âme s'échappe... on la reprend à la montée dans un reflux de glaires et d'odeurs... Un passager implore pardon... Il hurle au ciel qu'il est vide... il voudrait vomir ses deux yeux... Il essaye qu'ils lui sortent des trous... maman elle, va s'écrouler sur la rampe... Elle se revomit complètement... Il lui est remonté une carotte... un morceau de gras... et la queue entière d'un rouget... " (MC).

 

 

* " Textuel. Holà ! Voici donc ce qu'écrivait ce petit bousier pendant que j'étais en prison en plein péril qu'on me pende. Satané petite saloperie gavée de merde, tu me sors de l'entre-fesse pour me salir au dehors ! Anus Caïn pfoui ! Que cherches-tu ? Qu'on m'assassine ! C'est l'évidence ! Ici ! Que je t'écrabouille ! Oui !... Je le vois en photo... ces gros yeux... ce crochet... cette petite ventouse baveuse... c'est un cestode ! " (AAB).

 

 

* " Mon cher Roger on peut peut-être STOP vous demander STOP si des fois Hachette STOP vous a rien fait savoir pour mon épicier-libraire STOP et sa demande de dépôt de quotidiens. STOP à la bonne vôtre STOP et je vous la serre... STOP. Louis. " (NRF).

 

 

* " Madame : Dites donc Lulu les capotes ont encore augmenté. Je vois ça là. - Lulu : Oui, le pharmacien a dit que c'était à cause du change. Forcément c'est anglais. - Madame : Ah ! Zut on touche plus à rien qu'est pas anglais ou américain, le charbon, le gaz, la soie, les capotes, les musiques, y a plus que mon... oui... qu'est français ! - Lulu : Ah ! c'est encore à voir, il doit bien parler l'anglais aussi depuis qu'il en reçoit ! " (PRO).

 

 

        L' AMÉRIQUE .

 

 

* " Figurez-vous qu'elle était debout leur ville, absolument droite. New-York c'est une ville debout. On en avait déjà vu des villes bien sûr, et des belles encore, et des ports et des fameux même. Mais chez nous, n'est-ce-pas, elles sont couchées les villes, au bord de la mer ou sur les fleuves, elles s'allongent sur le paysage, elles attendent le voyageur, tandis que celle-là l'Américaine, elle ne se pâmait pas, non, elle se tenait bien raide, là, pas baisante du tout, raide à faire peur. " (VO).

 

 

* " Je ne connais rien de plus déchirant de plus sinistre que l'Amérique ce pays absolument dépourvu de vie profonde dès qu'on cesse de s'y exciter et qu'on commence à y réfléchir. Une impuissance spirituelle inouïe. Un lyrisme de Galeries Lafayette - des enthousiasmes d'ascenseur. Une nation de garagistes ivres, hurleurs et bientôt complètement juifs. " (CC5).

 

 

* " J'avais déjà vu bien des gens de la rue y disparaître et puis en ressortir. C'était dans ce souterrain qu'ils allaient faire leurs besoins. Une espèce de piscine, mais alors vidée de toute son eau, une piscine infecte, remplie seulement d'un jour filtré, mourant, qui venait finir là sur les hommes déboutonnés au milieu de leurs odeurs et bien cramoisis à pousser leurs sales affaires devant tout le monde, avec des bruits barbares. " (VO)

 

 

* " ... C'était écrit sur une ardoise qu'on demandait du monde. J'étais pas le seul à attendre. Dans cette foule presque personne ne parlait l'anglais. Ils s'épiaient entre eux comme des bêtes sans confiance, souvent battues. De leur masse montait l'odeur d'entre-jambes urineux comme à l'hôpital. Quand ils vous parlaient on évitait leur bouche à cause que le dedans des pauvres sent déjà la mort. " (VO).

 

 

* " Il pleuvait sur notre petite foule. Les files se tenaient comprimées sous les gouttières. C'est très compressible les gens qui cherchent du boulot. Ce qu'il trouvait de bien chez Ford, que m'a expliqué le vieux Russe aux confidences, c'est qu'on y embauchait n'importe qui et n'importe quoi. " (VO).

 

 

        LE  STYLE .

 

 

 * " Je suis un styliste, si je peux dire, un maniaque du style, c'est-à-dire que je m'amuse à faire des petites choses. On demande énormément à un homme, or il ne peut pas beaucoup. La grosse illusion du monde moderne, c'est de demander à l'homme d'être à chaque fois un Lavoisier ou un Pasteur, de tout faire basculer d'un coup. Il ne peut pas ! L'histoire, mon Dieu, elle est très accessoire. C'est le style qui est intéressant. Les peintres se sont débarrassés du sujet, une cruche, ou un pot, ou une pomme, ou n'importe quoi, c'est la façon de le rendre qui compte.

   La vie a voulu que je me place dans des circonstances, dans des situations délicates. Alors j'ai tenté de les rendre de la façon la plus amusante possible, j'ai dû me faire mémorialiste, pour ne pas embêter si possible le lecteur. Et ceci dans un ton que j'ai cru différent des autres, puisque je ne peux pas faire tout à fait comme les autres. Dans le Voyage, je fais encore certains sacrifices à la littérature, la " bonne littérature ". On trouve encore de la phrase bien filée... A mon sens, au point de vue technique, c'est un peu attardé. " (Interview avec Madeleine Chapsal, L'Express, 1957).

 

 

 

 * " Le truc, c'est que moi je fais le boulot pour les lecteurs, vous comprenez... En somme, le bonhomme, quand il lit un livre, il est forcé de faire un effort de représentation. Moi, je le fais pour lui, l'effort. Je lui raconte. Je fais passer le langage écrit à travers le langage parlé. Il se produit alors un peu ce qui s'est produit pour les impressionnistes. Avant on ne voyait jamais, par exemple, la fleur, l'écrevisse ou la jolie femme sur l'herbe. On montrait un magnifique bouquet de fleurs, des scènes de chasse, de naufrage, mais tout ça en jour d'atelier.

 Alors il fallait faire un effort, pas un effort gros, mais tout de même un petit effort pour sentir la bataille ou sentir le naufrage. Tandis qu'avec les impressionnistes, là, avec Manet, Monet et la suite, là on les a vues sur l'herbe les écrevisses et les jolies femmes avec Le Déjeuner sur l'herbe et le Bonheur à Bougival. " (Propos recueillis par Léon Darcyl, Paris-Match, 1960).

 

 

 

 * " Ils nous font chier avec l'argot on prend la langue qu'on peut on la tortille comme on peut elle jouit ou ne jouit pas - Voltaire me fait jouir Bruant aussi - C'est le pageot qui compte c'est pas le dictionnaire ! Tous ces rafignoleurs d'argots suent l'impuissance. Les mots ne sont rien s'ils ne sont pas notes d'une musique du tronc... On peut écrire à la Sévigné une lettre à la petite cousine qui fasse pâmer les débardeurs. On peut rendre des viols en " Chautard ", chiadés Villon, Rictus, la Maub, que tout un régiment débande - La magie n'est pas dans les mots elle est dans leur juste touche, ainsi du piano - des airs, du Chopin - des notes - Tu sais tout cela - Bien affectueusement. LFC. " (A Albert Paraz, 29-2-48, Lettres Pléiade, 2009).

  

 

 * " Le fait que vous me trouviez styliste me fait plaisir. Je suis cela avant tout - point penseur nom de Dieu ! ni grand écrivain mais styliste je crois l'être. Mon grand-père était professeur de Rhétorique au Havre. je tiens de lui sans doute cette adresse dans le " rendu " émotif, un mitron de mots comme disent mes ennemis. Je suis bien l'émotion avec les mots je ne lui laisse pas le temps de s'habiller en phrases... Je la saisie toute crue, ou plutôt toute poétique - car le fond de l'Homme malgré tout est poésie. Le raisonnement est appris - comme il apprend à parler, le bébé chante, le cheval galope - le trot est d'école. " (A Milton Hindus, Copenhague, le 16 avril 1947, Lettres Pléiade, 2009).

 

   

* " Ce sont les pires pelures du livre qui nous font chier... interminable, avec les ressources de leur style. Ils en ont foutrement jamais eu de style ! ils en auront jamais aucun ! Le problème les dépasse de partout. Un style c'est une émotion, d'abord, avant tout, par dessus tout... Ils ont jamais eu d'émotion... donc aucune musique. Se rattrapent-ils sur l'intelligence ?... Ç' a se verrait. (BM).

 

 

 * " Je représente quelque chose, moi, le génie français, gloire littéraire, patrimoine spirituel de la France et le reste... invention, j'ai inventé un style, ça vaut bien cent mille par mois... et je pourrais me passer de Gallimard, prendre ma retraite... j'ai tout de même soixante-trois ans. Je la mérite bien la rente, la rente et le prix Nobel... L'invention du style émotif parlé, comme le chas de l'aiguille, je l'ai dit, ça vaut le Nobel, je veux... Surtout quand on voit ceux qui l'ont eu, qui le méritaient pas, qui avaient rien inventé : Gidouille la crotte... Mauriac qui pète de fric... Hemingway et son vieux naturalisme éculé chromo... " (Interview avec Jean Callendreau, Artaban, 1957).

 

 

* " Les banlieusards veulent de l'américain ne bandent qu'à l'américain. C'est-à-dire de l'Eugène Sue-Sioux ! dénaturé, dénaturalisé, maupassantisé, zolatisé... Mais du moment que ça leur vient du Carthage Atomique ! Ils avalent toutes les merdes pourvu qu'on leur présente en chewing-gums ! " (CC6).

 

 

* " Le secret de l'Impressionnisme ! Je vous ai parlé de l'Impressionnisme ? - Oh oui ! oh oui ! oui ! - Pas simplement à son oreille !... non !... dans l'intimité de ses nerfs ! en plein dans son système nerveux ! dans sa propre tête ! - Eh, bien !... C'est quelque chose !... " (EY).

 

 

* " La Surface est plus fréquentable !... la vérité... voilà... alors ?... j'hésite pas moi !... c'est mon génie ! le coup de mon génie ! pas trente-six façons !... j'embarque tout mon monde dans le métro, pardon !... et je fonce avec : j'emmène tout le monde !... de gré ou de force !... " (EY).

 

 

* " Avec moi !... le métro émotif, le mien ! sans tous les inconvénients les encombrements ! dans un rêve !... jamais le moindre arrêt nulle part ! non ! au but ! direct ! dans l'émotion !... par l'émotion ! rien que le but : en pleine émotion... bout en bout ! " (EY).

 

 

* " Oh ! il fait bien de vous prévenir ! nous n'achèterons jamais cette suite ! Quel voleur ! Quel livre raté ! Quel raseur ! Quel guignol ! Quel grossier ! Quel traître ! Quel Juif ! Tout. Je sais, je sais, j'ai l'habitude, c'est ma musique ! Je fais chier tout le monde. Et s'ils l'apprennent au bachot, dans deux cents ans et les chinois ? Qu'est-ce que vous direz ? " (GB1).

 

 

* " Moi, je suis un raffiné !... Un raffiné de droit, de coutume officiel, d'habitude doit écrire au moins comme Mr Gide, M. Vanderen, M. Benda, M. Duhamel, Mme Colette, Mme Fémina, Mme Valery, les " Théâtres Français "... pâmer sur la nuance... Mallarmé, Bergson, Alain... troufignoliser l'adjectif... goncourtiser... merde ! enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser, cocoriquer dans les micros... Révéler mes " disques favoris "... mes projets de conférences... " (BM).

 

 

* " Ah ! mais y a les " merde " ! Grossièretés ! C'est ça qu'attire votre clientèle ! - Oh ! Je vous vois venir ! C'est bien vite dit ! Faut les placer ! Essayez donc ! Chie pas juste qui veut ! Ç'a serait trop commode ! " (GB1).

 

 

* " Je pourrais, je pourrais bien devenir aussi moi, un styliste véritable, un académique " pertinent ". C'est une affaire de travail, une application de mois... peut-être d'années... On arrive à tout... comme dit le proverbe espagnol : " Beaucoup de vaseline, encore plus de patience, Eléphant encugule fourmi. " (BM).

 

 

* " Je suis un styliste, si je peux dire, un maniaque du style, c'est-à-dire que je m'amuse à faire des petites choses. On demande énormément à un homme, or il ne peut pas beaucoup. La grosse illusion du monde moderne, c'est de demander à l'homme d'être à chaque fois un Lavoisier ou un Pasteur, de tout faire basculer d'un coup. Il ne peut pas ! Un type qui trouve un petit quelque chose de nouveau, c'est déjà beaucoup, il est fatigué ! Il en a pour la vie ! " (INT1).

 

 

* " Une certaine musique, une certaine petite musique introduite dans le style, et puis c'est tout. C'est tout. L'histoire, mon Dieu, elle est très accessoire. C'est le style qui est intéressant. Les peintres se sont débarrassés du sujet, une cruche, ou un pot, ou une pomme, ou n'importe quoi, c'est la façon de le rendre qui compte. " (INT1).

 

 

       LA  DANSE .   

 

 

 * " C'est vrai que je regardais la danse, j'ai toujours aimé les danseuses... et alors ?... leurs formes hors de chair, leurs mirages, pas des êtres là de juste viande ! ... pas qui restent qui partent ! ... et alors ! ... tort à personne ! tout bien tout honneur ! ... Je suis pas povoïte ? ouizoucrotte, pas artiste, entendu, comme Jules ! modeleur, tcétéra ! ... mettons que je pelote pas... povoïte, mais alors comme médecin un peu ! ... ça pelote un médecin ! ça pelote ! j'en profitais pas ! " (F1)

  

 

* " Danser ?... Mais nous allons t'apprendre ! Nous ! ... Veux-tu que nous te montrions ?... Veux-tu apprendre les grands secrets de la Danse ? " Le petit roi des esprits appelle, invoque, commande les esprits de la Danse... D'abord la " Feuille au Vent " ... le " Tourbillon des Feuilles " ... " l'Automne " ... le " Feu follet " ... " Zéphyr " lui-même... les " Buées ondoyantes " ... la " Brise matinale " ... la " Lumière des sous-bois " ... etc... Evelyne danse de mieux en mieux ! ... Ah ! elle peut retourner vers la vie ! ... Elle n'a plus à craindre de rivale... " (BM).

 

 

* " J'ai été à l'Américan School of Ballet chez Balanchine. Là il y a de la jolie femme ! Ah ! Ah ! Quelles merveilles ! Quelle souplesse ! Quel miracle ! Juste à la limite extrême de l'esprit ! Le raffinement du corps presque à l'absolu ! Oui spécialement miraculeuses Daphne Vane et Kathryn Mallowry - danseuses assez insensibles je pense mais êtres de  féerie. " (CC5).

 

 

* " La sorcière veut l'empêcher... Rien à faire ! ... Virginie vide tout le flacon... Le délire la saisit alors... monte en elle... elle arrache ses vêtements et elle danse avec plus de flamme encore, plus de fougue, plus de provocations, de lubricité, que tout à l'heure Mirella... C'est une furie... une furie dansante... Jamais encore Paul ne l'avait vue ainsi... Et cela lui plaît... le subjugue... Il quitte Mirella et se rapproche de Virginie... Il va danser avec elle... " (BM).

 

 

* " Au ciel éparses à bouquets... fleurettes partout luisantes, pimpantes scintillent ! Volée d'étoiles ! ... tout alentour tintent clochettes ! ... c'est le ballet ! ... et tout s'enlace et tout dépasse, pirouette, farandole à ravir ! ... ritournelles argentines... musique de fées ! ... " (BD).

 

 

* " Je vous vois bien ténia, certes, mais pas cobra, pas cobra du tout... nul à la flûte ! Macbeth n'est que du Grand Guignol, et des mauvais jours, sans musique, sans rêve... Vous êtes méchant, sale, ingrat haineux, bourrique, ce n'est pas tout J.B.S. ! Cela ne suffit pas... Il faut danser encore ! ... Je veux bien me tromper bien sûr... J'irai vous applaudir lorsque vous serez enfin devenu un vrai monstre, que vous aurez payé, aux sorcières, ce qu'il faut, leur prix, pour qu'elles vous transmutent, éclosent, en vrai phénomène. En ténia qui joue de la flûte. " (AAB).

 

 * " Dans une jambe de danseuse le monde, ses ondes, tous ses rythmes, ses folies, ses vœux, sont inscrits ! ... Jamais écrits ! ... Le plus nuancé poème du monde ! ... émouvant ! (...) Le poème inouï, chaud et fragile comme une jambe de danseuse en mouvant équilibre est en ligne, (...) aux écoutes du plus grand secret, c'est Dieu ! C'est Dieu lui-même ! Tout simplement ! (...) La vie les saisit, pures... les emporte... au moindre élan, je veux aller me perdre avec elles... toute la vie... frémissante, onduleuse... " (BM).

 

 

        LE  PEUPLE

 

 * " Ce peuple clos, racorni, sans folie, grimacier, sans cœur, tourne en rond sans sa raison d'être : chier toujours de plus gros colombins. La France n'est plus qu'un énorme concours de vidanges. La France est à refaire. Là où il nous faudrait un lyrisme de feu on nous propose des jus de pandectes. Misère ! éternelle connerie de ce pays abruti de raison, prosaïque comme une panse - Nous périssons non seulement de raclée militaire, d'alcoolisme invétéré, de vinasserie inondante, d'égoïsme absolu, de juiverie forcenée, de boustifaille éperdue, mais surtout, avant tout, de notre haine de tout lyrisme. " (A un journaliste de " La Vie nationale ", le 27 août 1940, Lettres Pléiade, 2009).

 

 

 * " Cent ivrognes mâles et femelles peuplent ces briques et farcissent l'écho de leurs querelles vantardes, de leurs jurons incertains et débordants, après les déjeuners du samedi surtout. C'est le moment intense dans la vie des familles. Avec la gueule on se défie et des verres plein le nez. Papa manie la chaise, faut voir, comme une cognée, et maman le tison comme un sabre, aux faibles alors. C'est le petit qui prend... Dès le troisième verre de vin, le noir, le plus mauvais, c'est le chien qui commence à souffrir, on lui écrase la patte d'un grand coup de talon. Ça lui apprend à avoir faim en même temps que les hommes. On rigole bien à le voir disparaître en piaulant sous le lit comme un éventré. C'est le signal. Rien ne stimule les femmes éméchées comme la douleur des bêtes, on n'a pas toujours des taureaux sous la main. " (VO).

 

 

 

 * " Le malheur en tout ceci c'est qu'il n'y a pas de " peuple " au sens touchant où vous l'entendez, il n'y a que des exploiteurs et des exploités, et chaque exploité ne demande qu'à devenir exploiteur. Il ne comprend pas autre chose. Le prolétariat héroïque égalitaire n'existe pas. C'est un songe creux, une FARIBOLE, d'où l'inutilité la niaiserie absolue, écœurante de toutes ces imageries imbéciles, le prolétariat en cotte bleue, le héros de demain, et le méchant capitaliste repu à chaîne d'or. Ils sont aussi fumiers l'un que l'autre. Le prolétaire est un bourgeois qui n'a pas réussi. Rien de plus. Rien de moins. Rien de touchant à cela, une larmoyerie gâteuse et fourbe. C'est tout. Un prétexte à congrès, à prébendes, à paranoïsmes... Demandez-vous à Brughel à Villon s'ils avaient des opinions politiques ?... (A Elie Faure, Badgastein, 22 ou 23 juillet 1935, Lettres Pléiade, 2009).

  

 

* " C'est pas vrai ! La race, ce que t'appelles comme ça, c'est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C'est ça la France et puis c'est ça les français. " (VO).

 

 

* " Jamais je l'ai vu se faire engueuler le Claben pour ses performances, ses exactions de commerce, pourtant il se montrait dégueulasse, le pire chacal, abject, râleux question d'usure et mauvaise foi ! Question " prêt et bail " un immonde ! jamais grâce d'un jour... d'un penny... le pire tyran sur les délais... il les écorchait à zéro !... " (GB1).

 

* " L'Opinion a toujours raison, surtout si elle est bien conne... " (CA).

 

 

 

* " ... notons, vous notez, vous ne les verrez jamais d'accord, sur les mérites, vertus ou crimes, de personne! de n'importe qui... même archi-saouls, dégueulant, roulant... que ce soit sur Landru, Petiot, Clémenceau, Poincaré, Pétain, Guillaume II, Mistinguett, De Gaulle, Dreyfus, Déroulède, Bougrat... controverses dialectiques, baveries, à plus finir !... " (NO).

 

 

* " Masochistes ? Oh tu les flattes ! idiots lâches veules digestifs biberons, c'est tout... larbins torves mouchards fastidieux... cheptel dégénéré total... la foule ! tu n'as qu'à la regarder passer... leurs viandes en auto, leur cerveau a disparu, leurs jambes ont disparu aussi... comme le Taenia, au bocal, tous ! " (CC6).

 

 

* " Le peuple il a pas d'idéal, il a que des besoins. " (BD).

 

 

* " Ah Monsieur Jules ! Ah, Monsieur Jules ! Plus il envoyait des vannes sales plus elles frétillaient, gloussaient ! Moi-même il me bluffait ce qu'il trouvait comme saloperies crues ! - Elles reviendront pas ! Mais si elles revenaient ! enchantées !... des pucelles plein son divan, parfaitement aimables et à poil... et pas des petites gredines morveuses pouilleuses ! Ah pas du tout !... Instruites ! Bonnes manières ! " (F1).

 

 

* " D'où lui vient ce goût-catastrophe ? avant tout, surtout de l'école, de l'éducation première, du sabotage de l'enthousiasme, des joies primitives créatrices, par l'empesé déclamatoire, la cartonnerie moralistique. O pions fabriquants de Déserts ! " (BD).

 

 

* " Quant au peuple, je vais t'expliquer... Bonnard, dupe, lui, toujours cocu, farci de meneurs, pourvu qu'on le divise par pancartes, qu'on lui refile un coup de fanfare, il ira vinasseux à tordre, où l'on voudra ! toupillonner ! se faire résoudre dans les rafales... C'est son destin... C'est sa bonne chance !... A la bonne fortune des riflettes ! pour la marrante magie des mots ! " (BM).

 

 

* " Il attend pas que les autres se fendent... Ah ! pardon ! pas lui ! Au sacrifice toujours premier !... C'est pour les héros de la mer jaune... pour les bridés du Kamtchatka... les bouleversés de la Louisiane... les encampés de la Calédonie... les mutins mormons de Smyrne... les empalés coptes de Boston... les Polichinels caves d'Ostende ... n'importe où pourvu que ça souffre ! " (BD).

 

 

* " Sans or les idées ne sont rien. Il faut verser l'or à foison, à boisseaux, à tonnes, pour soulever le peuple. Qui n'en a pas n'insurge personne... On n'insurge qu'avec des espèces et pas du semblant ! des pichenettes ! Non ! Non ! Des trombes ! Cyclones de pèze ! Guillotine est fille de Guichet. " (BD).

 

 

       LE  COMMUNISME .

 

 * " Mais depuis le drôle de bolchévisme que vous pouvez plus dire un mot !... Picasso ci !... Boussac par là ! Tartre re-coco !... milliards partout ! damnés par là !... vous n'existez plus ! le plus de bide, popotin... bajoues, le plus damné de la Terre ! vous marrez ? ils vous coupent la tête... (CA, Gallimard, folio, p.78).

 

  

* " Altman se rendait malade à bout de transes, l'enthousiasme, l'état où le mettait le " Voyage " !... aux temps où Mme Triolette et son gastrique Larengon traduisaient cette belle œuvre en russe... ce qui m'a permis d'y aller voir en cette Russie ! A mes frais ! pas du tout aux frais de la princesse !... vous voyez si j'étais placé ! je remplaçais Barbusse ! d'autor ! les Palais, Crimée, Sécurit ! l'URSS m'ouvrait les bras ! J'ai de quoi me la mordre !... ce qui est fait est fait, bien sûr !... l'Histoire repasse pas les plats !... " (CA).

 

 

* " J'ai été à Leningrad pendant un mois. Tout cela est abject, effroyable, inconcevablement infect. Il faut voir pour croire. Une horreur. Sale, pauvre, hideux. Une prison de larves. Toute police, bureaucratie et infect chaos. Tout bluff et tyrannie. Enfin je vous raconterai. Je suis passé en bateau par Copenhague où je suis resté 3 heures ! Quel paradis après la Russie ! " (CC5).

 

 

* " Le Capital et ses lois, elle les avait compris, Mireille... Qu'elle avait pas encore ses règles. Au camp des Pupilles à Marty-sur-Oise on y trouvait de la branlette, du bon air et des beaux discours. Elle s'était bien développée. Le jour annuel des Fédérés, elle faisait honneur au Patronage, c'est elle qui brandissait Lénine, tout en haut d'une gaule, de la Courtine au Père-Lachaise. Les bourriques en revenaient pas tellement qu'elle était crâneuse. Mais alors des molletons splendides, elle levait le boulevard derrière elle à chanter l'Internationale ! " (MC).

 

 

* " Non ! Non ! Non ! J'ai jamais micronisé, macronisé dans les meetings !... Je vous adore mon Staline ! mon Litvinoff adoré ! mon Comitern !... Je vous dévore éperdument ! Moi j'ai jamais voté de ma vie !... Ma carte elle doit y être encore à la Mairie du " deuxième "... J'ai toujours su et compris que les cons sont la majorité, que c'est donc bien forcé qu'ils gagnent !... " (BM).

 

 

* " Capital ! Capital ! Faut plus rugir, c'est toi tout entier, Prolo ! De la Rolantique au croupion... Popu, t'es seul ! T'as plus personne pour t'accabler ! Pourquoi ça recommence les vacheries ?... Parce qu'elles remontent spontanées de ta nature infernale, faut pas te faire d'illusions, ni de bile, sponte sua. Ç'a recommence. " (MEA).

 

 

* " Etouffer la dure vérité : que ça ne colle pas les " hommes nouveaux " ! Qu'ils sont tous fumiers comme devant ! On y avait juré à Prolo que c'était justement les " autres " qui représentaient toute la caille, le fiel profond de tous ses malheurs ! Ah ! l'entôlage ! la putrissure ! Il trouve plus les " autres "... " (MEA).

 

 

* " Je me vois plutôt très Vallès, aussi avec un côté légendaire très celte, légende d'abord, pour ainsi dire Barde. Barde à la con ! Et con de barde ! La preuve ! Ah, mille fois plus communiste qu'Aragon et Thorez, communiste naturellement, d'âme si j'ose dire, va de soi. Ma devise, j'en parle même pas, tout donner, merde ! Le " Voyage " est le seul roman communiste d'âme paru, Trotsky l'avait parfaitement compris, d'où je crois le très fond de haine de ce côté-là, dont j'écope. " (LPM).

 

 

* " J'ai vu pourtant bien des naufrages... des êtres... des choses... innombrables... qui tombaient dans le grand limon... qui ne se débattaient même plus... que la misère et la crasse emportaient au noir sans férir... Mais je n'ai jamais senti d'étouffoir plus dégradant, plus écrasant, que cette abominable misère russe... cet épileptisme policier, cette hantise du bouton de porte, cette détresse, cette rage, ce gémissement de chaussure qui prend l'eau, qui prendra l'eau éternellement, amplifié cosmique... " (BM).

 

 

* " Faut dire... je serais d'une Cellule, d'une Synagogue, d'une Loge, d'un Parti, d'un Bénitier, d'une Police... n'importe laquelle !... je sortirais des plis de n'importe quel " Rideau de fer "... tout s'arrangerait ! sûr ! dur ! pur ! ... d'un Cirque quelconque !... comme ça que tiennent Maurois, Mauriac, Thorez, Tartre, Claudel !... et la suite !... l'abbé Pierre... Schweitzer... Barnum !... aucune honte !... et pas d'âge ! Nobel et Grand Croix garantis ! " (CA).

 

 

          LA  MÉDECINE .   

 

 

 * " Parlons médecine... il me vient encore quelques malades... certes !... jamais vous pouvez vous vanter d'être absolument sans malades !... non !... un de temps à autre... bon !... je les examine... pas plus mal que les autres médecins... pas mieux... aimable, je suis ! oh ! très aimable ! et très scrupuleux !... jamais un diagnostic de chic !... jamais un traitement fantaisiste !... depuis trente et cinq années, jamais une prescription drôlette !... pas que je me tienne pas au courant !... que si ! que si !... je lis à fond tous les prospectus... deux, trois kilos par semaine !... au feu ! au feu le tout ! Rien à me reprocher ! seulement un petit truc... que je demande jamais d'argent ; je peux pas tendre la main !... même pour les A.S... même les A.M.C... je démordrai pas !... idiot d'orgueil ! " (CA, Gallimard, folio, p.13).

 

 

 * " En attendant j'ai plus de " Pachon "... je me suis fait prêter un Pachon pour liquider les ennuyeux, pas mieux !... vous les faites assoir, vous leur prenez leur " tension "... comme ils bouffent trop, boivent trop, fument trop, c'est rare qu'ils se tapent pas leur 22... 23... maxima... la vie pour eux c'est un pneu... que de leur maxima qu'ils ont peur... l'éclatement ! la mort !... 25 !... là, ils s'arrêtent d'être loustics ! sceptiques ! vous leur annoncez leur 25 !... vous les revoyez plus ! ce regard qu'ils vous jettent en partant ! la haine !... le sadique assassin que vous êtes ! " au revoir ! au revoir !... " (CA, folio, p. 7).

 

 

 * " Jacques D'ARRIBEHAUDE : - Qu'est-ce que ça représentait, un médecin, dans votre enfance ?

  LFC : - Un bonhomme qui venait au passage Choiseul, voir ma mère malade, mon père... Je voyais un type miraculeux, moi, qui guérissait, qui faisait des choses étonnantes avec un corps qui n'a pas envie de marcher. Je trouvais ça formidable. Il avait l'air très savant. Je trouvais ça, absolument, un magicien. " (Interview).

 

 

* " Trop d'humiliation, trop de gêne portent à l'inertie définitive. Le monde est trop lourd pour vous. Tant pis. Pendant qu'elle invoquait, provoquait le Ciel et l'Enfer, tonitruait de malheur, je baissais le nez et baissant déconfit je voyais se former sous le lit de la fille une petite flaque de sang, une mince rigole en suintait lentement le long du mur vers la porte. Une goutte, du sommier chutait régulièrement. Tac ! Tac ! " (VO).

 

 

* " Aux malheureux, retiens mon avis, c'est l'occupation qui manque, c'est pas la santé... ce qu'ils veulent c'est que tu les distrayes les émoustilles, les intrigues avec leurs renvois... leurs gaz... leurs craquements... que tu leur découvres des rapports... des fièvres... des gargouillages... des inédits !... Que tu t'étendes... que tu te passionnes... C'est pour ça que t'as des diplômes... Ah ! s'amuser avec sa mort tout pendant qu'il la fabrique, ça c'est tout l'Homme, Ferdinand ! " (MC).

 

 

* " C'est comme ça que j'ai débuté, un petit peu ainsi clandestin au " London Freeborn Hospital " avec le docteur Clodovitz dans la carrière professionnelle. J'ai appris à dire tout comme lui, tout de suite, partout, Soon be over ! C'a va passer ! C'est devenu comme une habitude, un tic, quelque sorte... " (GB1). 

 

 

* " Oh je m'amuse ! Vanitatas ! Invidivia ! Javalousie ! comme Jules ? Oh maldonne totale ! mon ambition n'est pas aux Arts ! ma vocation c'est la médecine !... mais je réussissais pas beaucoup... et la médecine sans clients !... Le roman est venu... J'ai continué, alas ! alas ! tout petits bénéfices d'abord et puis menottes ! cachots ! haines ! n'écrivez jamais ! " (F1).

 

 

* " A cet instant il est si près de la vérité qu'il est en train de la circonscrire. Il en est encore plus près quand il imagine de faire pratiquer le lavage des mains à tous les étudiants avant qu'ils n'abordent les femmes enceintes. On se demande le " pourquoi " de cette mesure, elle ne répondait à rien dans l'esprit scientifique de l'époque. C'était une pure création. Toujours est-il qu'il fit disposer des lavabos aux portes de la clinique et donna l'ordre aux étudiants de se nettoyer soigneusement les mains préalablement à toute investigation ou manœuvre sur une parturiente." (SE).

 

 

* " Devenez franchement vicieuse sexuellement. Cela aide beaucoup et libère du romantisme, la pire des faiblesses féminines - et surtout des faiblesses allemandes. Apprenez à faire l'amour " par derrière ". Cela aide énormément à contenter les hommes sans risques aucun. Devant c'est une plaie. Attention ! Mille fois attention ! " (CC5).

 

 

* " Quelle importance ces misères ? je déraille !... J'ai quelques confrères admirables, je ne les cite pas tous, je ne veux pas leur faire du tort. " (BM).

 

 

* " Je demandai tout de même à voix timide si le placenta était expulsé déjà tout entier. Les mains de la fille, pâles et bleuâtres au bout pendaient de chaque côté du lit, rabattues. A ma question, c'est la mère encore qui a répondu par un flot de jérémiades dégoûtantes. Mais réagir, c'était après tout beaucoup trop pour moi. " (VO).

 

 

* " Ceux qui parlent, aussi malins soient-ils, tôt ou tard, ils sont foutus. Ce qu'il faut, c'est hocher de la tête, je le dis toujours aux jeunes confrères. L'imagination des gens fait le reste, et elle le fait bien. Tout le monde peut dire des choses, mon vieux, parler n'est qu'humain. Ce qui est important, inusable, ce qui donne confiance, c'est ce qu'on ne dit pas. " (LE).

 

 

         LA  JUSTICE . 

 

 

 * " (...) la haine des Allemands, soit dit en passant, s'est surtout vraiment exercée que contre les " collaborateurs "... pas tellement contre les Juifs, qu'étaient si forts à Londres, New York... ni contre les fifis, qu'étaient dits " la Vrounze nouvelle ", de demain !... dure, pure... mais à fond contre les " collabos ", ordures du monde ! et qu'étaient là, faibles on ne peut plus, à merci, vaincus total !... et sur leurs mômes plus faibles encore... je vous dis : Nuremberg est à refaire !... ils ont parlé de tout, mais au pour ! pas du tout pertinents, sérieux... à côté !... Tartuffes !... " (CA, folio, p.163).

 

 

 * " (...) que ça me serait arrivé bel bien si j'étais resté ! plein pif ! vrang ! brang ! comme Renault Louis... Renault lui, c'était l'usine, et 50 milliards... moi, pour le plaisir, simplement !... quand l'armée fout le camp, chiasse aux chausses, vous pouvez vous attendre à tout... sept millions de déserteurs, plein de pive, vous pouvez vous dire : ça va ! l'Apocalypse !... monde à l'envers !... mensonges partout !... de ces coups de grâce plein les nuques et dans les motos ! de ces représailles contre les objets et les culs- de-jatte ! de ces papouilles aux agoniques !... que j'ai bien fait de quitter la Butte !... tambours ni trompettes !... sûr, y aura d'autres Epurations !... bavelles !... canifs et petits lards ! " (CA, Gallimard, folio, p.49).

 

 

* " Listes après listes, incessantes listes de noms illustres au secours du petit Valaque giflé... Du théâtre, des beaux-arts, la science, les académies toutes ensemble pour le soulagement du brave paoin, son missionnaire sur l'estomac... Mais depuis 44, treize années, jamais vu passer une seule liste pour l'amnistie générale... Comme si c'était Dieu impossible que les Français pensent à autre chose que d'être encore un peu plus vaches indéfectiblement féroces pour leurs nationaux dans le malheur !... " (VM).

 

 

* " Je suis le bouc, je pue - A mort ! mille morts... C'est aussi simple. Mais quand j'aurais été sapé j'écrirai un petit pamphlet : " Terreurs, Enterreurs, déterreurs. " On rigolera. Il m'a toujours frappé qu'on avait déterré Cromwell pour le juger et le pendre, en cadavre. Ainsi va la haine, le désir du monde et de Caliban. " (CC6).

 

 

* " Tenez de bric et de broc je vous fais remarquer la muflerie monstre !... depuis le " Voyage " c'est à qui me pique, plagie, s'en baffre, me vole tout, bien simple... la horde au complet !... je me fais l'impression de les régaler tous depuis 33, ils sont à table, à ma table, et ils en redemandent, tant et plus, baffrent et jamais, jamais ils avouent... " (RI).

 

 

* " Le petit succès de mon existence c'est d'avoir tout de même réussi ce tour de force qu'ils se trouvent tous d'accord, un instant, droite, gauche, centre, sacristies, loges, cellules, charniers, le Comte de Paris, Joséphine, ma tante Odile, Kroukroubezeff, l'abbé Tirelire, que je suis le plus grand ordure vivant ! De Dunkerque à Tamanrasset, d'URSS en USA... " (NO). 

 

 

* " Les miracles vous le savez ne sont point tenus pour véritables miracles avant scrupuleuses enquêtes, conciles etc... Car enfin miracle il semble ! Et vous êtes l'astrologue, sorcier grigri ! Cela demande confirmation par cette chère Ambassade et monsieur Thomas ! quel nom ! Vice consul des Incrédules ! attendons ! mais n'attendons point pour vous témoigner, assurer, jurer mille affectueuses et éblouies reconnaissances ! " (LAT).

 

 

* " On m'a tout volé : mon appartement, 4 rue Girardon, mes meubles, sept manuscrits, mon honneur. Je suis perpétuellement menacé. " On vous tuera ", me dit-on. Tous ceux qui m'ont volé sont, au moins, commandeurs de la Légion d'honneur. Autrefois, on pendait les voleurs aux croix. Aujourd'hui, on pend des croix aux voleurs. " (INT5).

 

 

* " Il n'est pas question vous le pensez bien que je rentre pour me justifier ! J'ai payé déjà bien trop cher mon espèce d'asile ici ! A peine à Paris ce serait la levée de toutes les " mères de Buchenwald " ! les hachés d'Auschwitz ! etc... pour réclamer ma mise à mort - vingt témoins pour déclarer que j'étais la maîtresse d'Hitler etc... le fait d'avoir été à Sigmaringen suffit pour 20 ans de prison ! NON ! Pas question ! " (LAN).

 

 

* " Même croulants, fondants, urineux, " honoraires ", " Emblèmes des Partis " ! Juanovicistes ! ça va !... tout va... n'importe quoi vous est permis sitôt que vous êtes bien reconnu clown ! que vous êtes certainement d'un cirque !... vous êtes pas ? malheur ! pas de chapiteau ? billot ! la hache !... " (CA).

 

* " ... Zerhof, Berlin ou Montmartre, nos comptes sont bons... damnées viandes !... toutes les guerres totales, Révolutions, Inquisitions, chambarderies, pirouettes de Régimes, sont des occasions magnifiques, providences pour bien des personnes... la preuve mézig rue Girardon, comme mon local me fut soufflé, et tout ce qu'il contenait... vous croyez peut-être qu'ils m'auraient mis une petite plaque " Ici demeurait, et fut pillé, etc... " Je peux attendre !... Zéro !... " (NO).

 

 

        L ' AVENIR . 

 

* " On est parti dans la vie avec les conseils des parents. Ils n'ont pas tenu devant l'existence. On est tombé dans les salades qu'étaient plus affreuses l'une que l'autre. On est sorti comme on a pu de ces conflagrations funestes, plutôt de traviole, tout crabe baveux, à reculons, pattes en moins. On s'est bien marré quelques fois faut être juste, même avec la merde, mais toujours en proie d'inquiétudes que les vacheries recommenceraient... Et toujours elles ont recommencé... " (GB1).

 

 

* " Je vous l'écris de partout par le fait ! de Montmartre chez moi ! du fond de ma prison baltave ! et en même temps du bord de la mer de notre cahute ! Confusion des lieux, des temps ! Merde ! C'est la féerie vous comprenez... Féerie c'est ça... l'avenir ! Passé ! Faux ! Vrai ! Fatigue ! " (F1).

 

 

* " La grande prétention au bonheur, voilà l'énorme imposture ! C'est elle qui complique toute la vie ! Qui rend les gens si venimeux, crapules, imbuvables. Y a pas de bonheur dans l'existence, y a que des malheurs plus ou moins grands, plus ou moins tardifs, éclatants secrets, différés, sournois... " C'est avec des gens heureux qu'on fait les meilleurs damnés ". (MEA).

 

 

* " Qu'ils viennent ici seulement un an ils baisent tout le monde ! le tour est joué ! plus un blanc ! Cette race n'a jamais existé... un " fond de teint " c'est tout ! l'homme vrai de vrai est noir et jaune ! L'homme blanc religion métisseuse ! des religions ! juives catholiques protestantes, le blanc est mort ! il n'existe plus ! qui croire ? " (RI).

 

 

* " Je serai parvenu tout de même à passer à travers la plus grande chasse à courre qu'on ait organisée en Histoire... C'est déjà pas mal !... je ne renie rien du tout... je ne change pas d'opinion du tout... je mets simplement un petit doute, mais il faudrait qu'on me prouve que je me suis trompé, et pas moi que j'ai raison. " (INT4).

 

 

* " C'est un prodigieux moyen de propagande. C'est aussi, hélas ! un élément d'abêtissement en ce sens que les gens se fient à ce qu'on leur montre. Ils n'imaginent plus. Ils voient. Ils perdent la notion de jugement et ils se prêtent gentiment à la fainéantise. La TV est dangereuse pour les hommes. L'alcoolisme, le bavardage et la politique en font déjà des abrutis. Etait-il nécessaire d'ajouter encore quelque chose ? " (INT5).

 

 

* " Pourquoi ? Voici !... je suis informé ! les Chinois, les vrais, les Chinois de choc, ceux qui viendront nous occuper, bivouaquent déjà en Silésie... Breslau et les environs... mines et hauts fourneaux... il en viendra d'autres ! bien d'autres d'à travers les steppes... de ces hordes !... Kirghizes, moldo-finnois, balto-ruthènes, teutons... vous les verrez à Pantin, à la porte que vous connaissez, accueillis je ne vous dis que ça par de ces foules ! hurlantes au pinard, au bonheur, à la liberté ! " (RI).

 

 

* " Le sang des blancs ne résiste pas au métissage !... il tourne noir, jaune !... et c'est fini ! le blanc est né dans le métissage, il fut crée pour disparaître ! sang dominé ! Azincourt, Verdun, Stalingrad, la ligne Maginot, l'Algérie, simples hachis !... viandes blanches ! " (RI).

 

 

* " De loin, le remorqueur a sifflé ; son appel a passé le pont, encore une arche, une autre, l'écluse, un autre pont, loin, plus loin... Il appelait vers lui toutes les péniches du fleuve toutes, et la ville entière, et le ciel et la campagne et nous, tout qu'il emmenait, la Seine aussi, tout, qu'on n'en parle plus. " (VO).

 

 

        L' AMOUR .

 

 

 * " Est-ce que dans vos romans l'amour tient une grande place ?
 
- Aucune. Il ne doit pas en tenir. Il faut avoir de la pudeur quand on est romancier : article 2 ! (Interview avec André Parinaud, Arts, 1960).

 

 

 * (...) terrible le dada des beautés ! plus les villes brûlent, plus on massacre, pend, écartèle plus elles sont folles d'intimités... l'article n°1 du monde : foutre !... moi qui n'oublie pas grand-chose (nulle flatterie), je me souviens très bien qu'en octobre 14, le régiment pied à terre, sur la rive droite de la Lys, attendant l'aube sous le feu continu des batteries d'en face, plein de demoiselles et de dames, bourgeoises, ouvrières, profitaient du noir pour venir nous tâter, relevaient leurs jupes, pas une parole dite, pas un mot de perdu, pas un visage vu, d'un cavalier pied à terre l'autre...

... les bonnes mœurs mettent dix mois, dix ans, à faire traîner les fiançailles, d'un sport d'hiver l'autre, vernissage l'autre, surprises-parties, ruptures d'autos, petits grands gueuletons, alcools formids, rots, bans, Mairie, mais s'il le faut, les circonstances font copuler des régiments méli-mélo de folles amoureuses, sous des voûtes d'obus, mille dames à la fois !... à la minute !... pas d'histoires !... trous dans la nature ?... morts partout ?... djigui ! djigui ! amours comme des mouches ! " (NO, folio, p.284).

 

 

 

 * " Je l'avais bien senti, bien des fois, l'amour en réserve. Y'en a énormément. On peut pas dire le contraire. Seulement c'est malheureux qu'ils demeurent si vaches avec tant d'amour en réserve, les gens. Ça ne sort pas, voilà tout. C'est pris en dedans, ça reste en dedans, ça leur sert à rien. Ils en crèvent en dedans, d'amour. " (VO).

 

 

 

* " Je t'aième !... c'est un abominable mot, que pour ma part je n'ai jamais employé, car on ne l'exprime pas, ça se sent et puis c'est tout. Un peu de pudeur n'est pas mauvais. Ces choses existent, mais se disent peut-être une fois par siècle, par an... pas à longueur de journée, comme dans les chansons... " (MH).

 

 

* " T'as du cœur, dis, Léon, t'en as un peu tout de même du cœur ? Pourquoi alors que tu le méprises mon amour ? On avait fait un beau rêve tous les deux ensemble... Comme tu es cruel avec moi quand même ! ... Tu l'as méprisé mon rêve, Léon ! Tu l'as sali ! ... Tu peux dire que tu l'as détruit, mon idéal ! ... Tu veux donc que j'y croie plus à l'amour, dis ? "

  A ce propos, Léon ne répond pas grand' chose. On peut même dire qu'il ne répond rien. Il a bien tort. On ne se méfie jamais assez de personnes nourries jusqu'aux sourcils de goualantes réalistes. Madelon le lui fera savoir par l'intermédiaire de trois balles dans la peau. " (KH).

 

 

 * " Santé, vivacité, surprise, danse, et toutes les combinaisons possibles. En bref je suis cochon ! Et je consomme peu hélas, concentré comme je suis sur mon terrible boulot si sérieux - malgré moi, scrupuleux, féroce à ma tâche. J'ai toujours aimé que les femmes soient belles et lesbiennes. Bien agréables à regarder et ne me fatiguant point de leurs appels sexuels ! Qu'elles se régalent, se broutent se dévorent, moi voyeur. Cela me chaut ! et parfaitement ! et depuis toujours ! Voyeur certes et enthousiaste consommateur un petit peu mais bien discret !...

   J'ai toujours eu le mépris parfait des maquereaux pour les clients avec leurs queues toujours à la main et le madrigal aux lèvres, l'idiote espèce ! porcs sentimentaux - En parler est une bonne raison de rigoler et de bander. " Parler d'amour c'est faire l'amour prétendait Balzac ". D'où peut-être toute cette littérature prêchi-prêcha du cul anglo-saxonne - (...) Rigolons cher Hindus ! " (HIN)

                                

 

                                                                  ABREVATIONS:

 

 VO  : Voyage au bout de la nuit.           SE  : Semmelweis.       KH: Kléber Haedens, Nouveau Candide,1962

 MC  : Mort à crédit.                            BD  : Les Beaux draps   MH: Marc Hanrez, La Biblio Idéale, 1961.

 LE   : L'Eglise.                                    NO  : Nord.                 HIN: Lettres à Milton Hindus. 

 EC  : L' Ecole des cadavres.                  RI  : Rigodon.

 BM  : Bagatelles pour un massacre.        BE  : Bezons à travers les âges.

 CA  : D'un château l'autre.                   VM  : Vive l'Amnistie, Monsieur ! 

 CP  : Casse pipe.                                SC  : Scandale aux Abysses. 

 EY  : Entretiens avec le professeur Y.    AAB: A l'agité du bocal.

 F1  : Féerie pour une autre fois 1.         CC5: Cahiers Céline 5.   

 GB1: Guignol's band 1.                         CC6: Cahiers Céline 6.

 GB2: Le pont de Londres.                     NRF: Lettres à la NRF.

 MEA: Mea culpa.                                 LMB: Lettres à Marie Bell.

 LAT: Lettres à Tixier.                           LDP: Lettres de prison à L. Destouches et Mikkelsen.

 LMC: Lettres à Marie Canavaggia.          LAN: Lettres à son avocat (Albert Naud).   

 PRO: Progrès.                                     HAZ: Hommage à Zola.  

 INT1: Interview à l'Express.                   INT4: Interview à Radio-Lausanne.

 INT5: Interview à Télémagazine (Chancel).